• L'affirmation, le socle du nouveau monde

    L'affirmation, le socle du nouveau monde

    Je suis un être réalisé, je suis un être aimant, je suis un être conscient, je suis un être intelligent, je suis un être immortel, je suis un être structuré, je suis un être de lumière…..mais je ne suis plus un être spirituel. Pourquoi ? Parce que la spiritualité interdit de tels propos. Il est incongru et égotique d’évoquer sa beauté. L’ancien monde considère que cela ne peut être que de l’affichage médiatique, qu’il n’existe aucun être réalisé en ce monde  Ainsi, le fait d’exposer mon curriculum vitae cosmique de cette façon, amène les humains à penser que je suis le contraire de mes allégations. Mon exhibition est indubitablement malsaine pour beaucoup et sans une once de réalité.

    Nous faisons nos premiers pas dans le nouveau monde et certains d’entre nous vont devoir utiliser la loi neutre de l’affirmation, en pleine lumière et sans état d’âme. Il n’est plus temps de tergiverser, d’hésiter, de douter : vous êtes un être réalisé, là, sous cette apparence.

    Un être réalisé n’est rien d’autre qu’un humain perpétuellement en paix, s’aimant profondément sous cette forme et ayant CONSCIENCE qu’il existe également au-delà de son corps de chair. C’est tout, il n’y a rien d’autre, voyez comme c’est simple !  Lorsque vous avez retrouvé la mémoire de l’être cosmique que vous êtes de toute éternité, le travail spirituel s’achève, vous n’avez plus rien à rechercher, à prouver. Quand vous ressentez ce flux cosmique et vibratoire en vous, que votre conscience est illimitée, que votre vie est parfaitement ce qu’elle doit être, dans la sérénité et l’amour, qu’êtes vous-donc d’autre que Dieu qui s’exprime dans la grâce ? Qu’est-ce qui vous empêche de le verbaliser au grand jour ? Certains mots seraient-ils jugés par Dieu ? Honnis, interdits ?

    Il ne s’agit pas ici de vous afficher, de surévaluer ce que vous êtes par rapport aux autres mais d’affirmer votre grandeur et votre magnificence. Cette dernière ne se valide pas en cachète, de peur de froisser le monde qui vous entoure, mais se donne, se vivifie lorsqu’elle imprègne votre verbe, sans fausse honte, sans gêne, sans tabou. Tous ces discours surannés qui dessinent les êtres de lumière d’une façon et pas d’une autre vous limitent. Il est convenu par tous qu’un maître n’a pas besoin de dire les choses mais qu’il les transpire…mais vous n’êtes pas un maître, vous êtes Dieu ! Dieu ne s’interdit aucun mot, aucun adjectif capable de définir son être. Ne vous conformez plus à l’image collective de ce que doit être un esprit pleinement conscient, soyez cette conscience ! La norme doit imploser, sortez des sentiers mille fois rabattus et qui ont creusés des sillons tellement profonds qu’ils sont devenu une prison de la bien-pensance.

    Allez-y, foncez ! Écrivez-le, dites-le, vivez-le enfin ! Vous êtes un être réalisé, un être aimant, un être conscient, un être intelligent, un être unifié, un être structuré, un être de lumière. Surtout, ne le cachez plus, affirmez-le de toutes les façons possibles afin que cette nouvelle perception du Soi imprègne chaque atome de ce monde avec force et ténacité.

    Cette affirmation ne se fait jamais contre l’autre mais pour soi, naturellement, gracieusement. Elle induit un nouveau souffle ici-bas : chacun va confirmer sa réalisation et ne vexera personne en posant ce juste et lumineux regard sur son être, si simplement beau et vrai.

    P.S : ce qui bloque ce processus est une déformation quantique de la réalité : au sein de la troisième pièce, je suis la vacuité, tout est en moi. Ainsi, lorsque j’affirme que je suis un être réalisé, je ne le fais en aucun cas « dans le monde extérieur« , pour éblouir « les autres »…car je suis le monde extérieur et les autres. Lorsque cela est vécu, plus rien ne limite mon verbe, surtout pas le concept spirituel de ce qui se dit ou ne se dit pas

     

    Mesnet Joséphau-Charrier,

    2016

     

    Données complétées le 8 janvier 2020 : cette énergie nous libérant de la "notion de l'autre", commence à submerger la matrice collective. Il ne s'agit plus de penser "je me fiche de ce que pense l'autre de moi" mais bien de fusionner avec le concept "de l'autre"...et ici, quand JE suis chacun, je n'ai plus à mentir ou provoquer, mais juste à affirmer mon état d'être. C'est d'une grande légèreté lorsque ce phénomène de fusion est efficient. Cette fréquence spécifique de l'affirmation n'est plus celle de la peur du jugement d'autrui, qui nous pousse à cacher ce que nous sommes vraiment. Elle n'est plus celle d'un affichage décalé et agressif qui continue à s'adresser au monde extérieur...elle est celle de l'être qui a désamorcé le programme quantique de la séparation et qui n'a donc plus rien à prouver mais juste à être ce qu'il est...MOI sous cette forme, sous toutes MES formes...j'entends beaucoup ce terme actuellement au sein du collectif : affirmation...c'est un bel équilibre :)

    Mon propre passage dans la sphère d'affirmation : ICI

    Lire aussi : je me fiche de ce que les autres pensent de moi

     

     

     

     


  • La conscience se vit au présent, la création s'instaure dans le temps

    Ebook 5 : création de l'être intérieur

    La conscience se vit au présent, la création s'instaure dans le temps

    Mesnet Joséphau-Charrier

    2016

     

     

     

     


  • Le monde animal
      

    Le monde animal

    Lorsque l'homme aura planté les racines de son âme dans le cœur de cette terre, nous serons les branches d'un même arbre, les animaux y compris.

    Il est vrai que dans MA dimension absolue, JE suis tout, la proie comme le prédateur. Ainsi, JE suis celui qui est chassé, tué et mangé tout autant que celui qui chasse, tue et mange, mais JE ne porte aucun jugement sur ces dimensions de MOI-même. De plus, en tant qu'esprit, JE n'éprouve pas de compassion pour MES différentes strates d'existence, JE ne fais qu'observer chacun de mes axes de conscience.

    Mais JE suis aussi humain, cet espace physique est vrai, il n'est en rien une illusion....et ici, en tant qu'humain, JE réalise désormais quelle est ma responsabilité vis-à-vis du monde animal : JE ne tue plus LA VIE, sous aucune de ses/MES formes, j'éprouve une empathie infinie face à leur/MA souffrance en ce monde.

    Dans le cycle qui s'ouvre à nous/MOI, nous ne mangerons plus d'animaux, nous ne privilégierons plus la "solution finale" lorsque nous considérons que le monde animal nous gêne ou ne va pas dans "notre sens".

    J'ai dit dans un autre temps, "tu ne tueras point"....JE voulais insinuer ici que le nouvel humain ne sera plus un tueur : insectes, mammifères, animaux sauvages et animaux de compagnie, JE suis responsable de votre/MON vécu ici-bas puisque j'ai institué une classification "du vivant" et que cette dernière est mortifère (tout autant que parfaite :) ) dès lors que JE ne la vibre pas en conscience.

    Lorsque j'évoque la communauté, j'intègre bien évidement MON monde animal : MA nouvelle communauté unifie tout, ne sépare plus rien, donne une place à chacun.

    En devenant ce que vous êtes et ainsi, en intégrant ma "part animale", JE ne peux que vous demander pardon pour le mal que nous/JE vous faisons, pour l'idée reçue que vous/JE nous êtes inférieurs et que l'on peut ainsi vous mépriser, vous anéantir, vous briser, vous utiliser, vous monnayer....et vous manger.

    Pardon, profondément, infiniment....Pardon.

     

    Mesnet Joséphau-Charrier,

    2016

    Lire également ces textes concernant le monde animal...certains articles ne sont plus en ligne, ils sont regroupés dans ce livre, sur Calaméo : ICI

    L'éveil spirituel chez les animaux

    Pardonnez-moi mes frères

    Un monde sans cadavre, est-ce possible ?

    Le monde sera le fruit de mes entrailles

    J'aime mon canidé plus que ma famille

    En ce cycle, nous nous connectons à la conscience, pas aux animaux

    Au sein de la conscience, animaux et humains communiquent enfin

    Est-il nécessaire d'être végétarien pour se réaliser ?

    Voir aussi :  l'alimentation luminique

    Je ne mange pas d'animaux, excepté lorsque je décide de faire plaisir à quelqu'un que j'aime et qui me propose du poisson (1 à 2 fois par an)  ou quand je mange un plat sans savoir qu'il s'y trouve un corps animal (peut-être 5 à 6 fois par an ?)...

     

     

     

     

     

     


  • Alimentation, corps luminique

    Ebook 3 : création du monde extérieur

    Reconstruction dentaire : la matière fusionne avec la matière

    Mesnet Joséphau-Charrier

    2016

     

     

     

     

     

     


  • Le silence de l'esprit

    Le silence de l'esprit

    Voyez comme tout est simple. Là où vous êtes, vous n'avez plus rien à dire, à prouver, à expliquer, à argumenter. Lorsqu'une conversation s'ébauche, vous remarquez parfois que l'être qui vous fait face revient sans cesse à lui, même s'il est à votre écoute. Il relate sa vie, il expose ses problèmes et ses douleurs, sa quête d'absolu et de liberté. Vous ne ressentez plus le besoin d'évoquer votre propre cheminement, le chemin étant derrière vous. Vous constatez qu'instinctivement, vous faîtes silence et que de cette façon, vous recevez l'autre en vous.

    Sachez que votre frère se parle à lui-même, il recherche depuis des éons une fréquence qui intégrera ses questions et lui donnera réponse. Vous devenez cette fréquence. Vous êtes la conscience unifiée à ses côtés, vous entendez, comprenez, traduisez toute l'existence de cet humain, vous ne reflétez plus que la solution à son dilemme. Nul besoin de mot pour cela. Votre cœur communique avec le sien dans le silence de l'âme. Vous lui donnez ce qu'il recherche désespérément : la paix. Il sait qu'il se connecte au TOUT à travers vous, il peut poser des mots, encore et encore, répéter en boucle la faille qui l'habite dans le moment présent.

    Il ressort apaisé et mieux structuré après un tel moment passé avec vous. Au sein de votre silence, il y a pourtant eu échange et partage, mais à un niveau subliminal et vibratoire.

    Vous pouvez dorénavant parler de vous ou ne rien dire. Vous saurez quand l'une de vos expériences peut être utilisée comme exemple afin d'aider celui qui souffre et vous devinerez de la même façon quand votre silence est la structure quantique requise par l'autre.

    Le silence et la solitude sont une fréquence bénie par l'esprit. Il y puise son essence, son être profond. Ainsi, quel plus beau cadeau que le vide pouvez-vous offrir à ceux que vous aimez ? Ce rien à leurs côtés contient le TOUT, vous le savez désormais. 

     

    Mesnet Joséphau-Charrier

    2014

    Lire aussi :

    Quel silence dans la vie en dehors de la conscience

    Le véritable silence

     

     

     

     

     

     






    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires