• L'esprit est autiste

    L'esprit est autiste

    Question/programmation : pouvez-vous aider ma fille autiste ?

    Réponse/programmation à travers une définition de l'autisme : 

    • Altération qualitative des interactions sociales
    • Altérations qualitatives de la communication
    • Caractère restreint, répétitif et stéréotypé du comportement, des intérêts et des activités

    Source : CRAIF

    L'autisme est donc une maladie, un handicap plus ou moins prononcé....maintenant, voyons son potentiel au niveau multidimensionnel.

    A travers Mesnet, JE suis parfois un être au comportement dit "autistique" car c'est tout simplement la dimension de l'esprit en MOI qui vibre son humanité : l'amour prend la forme de la neutralité et du détachement absolu, JE ne stimule aucun émotionnel dans l'observation de mes "interactions sociales", ces dernières n'étant qu'une trame quantique de programmation. Ma communication n'est alors plus verbale mais énergétique et dans la dimension humaine, cela peut donner l'apparence d'une "altération" des relations alors qu'il n'y a finalement qu'élargissement, accroissement du prisme de communication.

    La solitude devient intrinsèquement une dimension d'observation assidue, donnant l'illusion que JE me coupe du monde alors que JE suis le monde :)

    Quant à MA passion, mon obsession unique en tant qu'esprit, elle est focalisée sur  la programmation d'une existence humaine axée sur l'unité à travers de nouvelles interfaces neuronales réagencées.

    JE ne suis donc pas "malade", votre enfant non plus mais au contraire, nous/JE incarnons naturellement, instinctivement la dimension de l'esprit, froide, détachée, observatrice, manipulatrice de données quantiques.

    La conscience de l'esprit est totalement autistique et cela est vraiment un atout ineffable :) Ainsi, certains êtres comme MOI/Mesnet équilibrons totalement l'esprit et l'humain en MOI/nous et ce côté "esprit autistique" est tout aussi présent que celui de notre/MON "humanité émotionnelle" ....et d'autres/MOI sont beaucoup plus "esprit" en supprimant totalement leur pôle émotionnel car cela leur/ME permet d'ajuster de multiples potentiels : survivre à ce monde terrestre en n'ayant finalement peu d’interaction avec lui ou télécharger plus profondément la fréquence de l'esprit dans MA matrice collective/MOI...

    Support d'accompagnement d'un autiste : réamorcer la/MA mémoire du programme/conscience. Il suffit de polariser la conscience mémorielle d'un individu/MOI sur le fait qu'il n'est pas "autiste" mais "esprit" pour que les émotions affluent de nouveau en lui/MOI...ou pas....ce n'est ni mieux ni moins bien, chaque esprit visualise parfaitement ce qu'il entreprend :) JE n'ai pas prononcé le terme de guérison car "l'esprit autiste" n'est pas malade :) Le jeu de rôles d'un autiste est en fait très pertinent "pour vous/MOI" car il vous permet de voir dans quelle dimension vous naviguez encore : voulez-vous soigner une personne ne situation de handicap ou percevez-vous la dimension de l'esprit en vous/lui/MOI ? C'est la seule question qui importe :)

    Mais en attendant, poser en ce lieu que JE suis un esprit autiste est plutôt amusant :)

    Notes. Nous/JE sommes tous plus ou moins autistes : se couper du monde, développer son propre univers, ne plus entrer en relation avec autrui, observer de façon neutre et froide, sans émotion ce qui nous entoure....nous/JE sommes donc tous esprits :) Cet état d'être n'est que l'une de nos/MES dimensions qui s'exprime afin de constituer une entité globale.

    JE rappelle ici que nous/JE suis également l'amont, LA personne qui est au-delà de l'esprit individuel, de "l’esprit autiste" :)

    Principes multidimensionnels et fréquence d'amour : lorsque je suis "l'esprit/l'autiste", je suis froide, non compassionnelle, détachée et sans émotion. Je suis l'observateur neutre de ce que je projette/incarne. Mais alors, qu'est-ce qui me rattache encore à mon humanité ? Mon amour maternel et mon amour d'épouse :) Ce sont cet amour-là, ces émotions-là, qui font encore de MOI une humaine :) C'est donc bien l'amour qui est MON socle en ce monde physique, mais l'amour humain que JE porte en MOI n'a plus rien à voir avec un amour qui souffre, qui diminue SOI et l'autre, qui emprisonne dans le manque et le besoin :)

    JE distille doucement cet amour émotionnel spécifique à l'ensemble de la population/MOI, c'est-à-dire que JE commence à aimer tendrement les autres/MOI comme j'aime mes enfants et mon époux :) L'amour (l'émotion d'amour pourrais-JE dire), est effectivement ce qui "manque" à l'esprit ou à l'autiste et c'est donc bien l'amour humain qui ME permet d'amorcer MA nouvelle épopée terrestre....les émotions (et en particulier l'émotion d'amour !) permettent à une entité globale de vivre pleinement son humanité et à l'autiste de "guérir"...ceci est le même processus mais exprimé dans deux dimensions différentes : au sein de MA conscience quantique JE parle de l'esprit, au sein de MON humanité, JE me définis comme autiste :)

    C'est donc l'humaine en MOI qui va vous assurer de toute MA tendresse, à vous/MOI et à votre fille/MOI car la tendresse est la nouvelle énergie d'amour de MA communauté :)

     

    Mon ancrage d’autiste asperger : une immense souffrance durant 3 décennies, vivre dans ce monde que je ne comprenais pas fut un enfer qui me donnait une envie permanente de mourir. Un parcours scolaire, un parcours de vie, sans ami : je ne déchiffrais pas les besoins et envies des autres, je n'aimais pas sortir, je n'aimais pas le bruit, je n'aimais pas la foule. Une interaction sociale très limitée donc, avec une communication décalée : on m'a toujours dit que j'étais froide, sans émotion, "pas normale". Je ne comprends pas vraiment l'humour et les projections mathématiques comme "un quart" ou "un tiers"...Ma vision étant avant tout métaphysique, je ne retiens pas les sciences physiques humaines : par exemple, je ne peux pas enregistrer quelle planète tourne autour d'une autre car cette information n'est valable que dans la dimension humaine mais sans ma dimension quantique, je suis ces deux planètes et le rapport aux lois scientifiques est annihilé. Ma mémoire ne retient donc pas les "choses habituelles" mais plutôt les lois quantiques du vivant.

    Mes anciennes marottes obsessionnelles, mes anciens codes de survie : introspection quantique permanente, observation perpétuelle de moi-même et des autres, faire des liens à partir de la matrice humaine d'existence : ce n'est pas une conversation qui retenait mon attention mais ce qu'elle montrait en amont, c'est-à-dire des codes énergétiques (émotions) qui contiennent une information / A partir de 17h, j’éteignais mes interfaces neuronales, je regardais une série ou autre, seule de préférence / Je vivais plus la vacuité que mon humanité.

    Lorsque j'exerçais encore (et oui, l'autiste que je suis fut thérapeute :) ), j'opérais un balancement automatique de mon corps : c'est un mouvement vibratoire instinctif, l'être quantique incarne physiquement ce monde énergétique et le traduit systématiquement lors d'une pleine concentration multidimensionnelle. Le corps se cale alors sur ses autres dimensions et opère une sorte de mouvement concentrique, un vortex... un peu comme les "fous" que l'on côtoie parfois dans des centres spécialisés et qui se balance en permanence :)

    Ma capacité hypnotique...où dit de façon moins gracieuse, ma capacité à endormir le monde :) Comme je suis très fortement ancrée dans la dimension de la vacuité (cf ce chapitre : vacuité/sommeil), je porte en moi cette fréquence et la "diffuse" autour de moi. Ma plus jeune fille y est par exemple très sensible et nous n'échangeons pas avant qu'elle ne prenne la route car je l'endors systématiquement :) Je régule actuellement cette option et, étant plus incarnée dans ma dimension humaine, je vibre moins la vacuité....

    Pour finir, je dirais que je ne décrypte jamais de prime abord la dimension humaine d'autrui, ce qui donne à percevoir ceci (citation CRAIF) : "les personnes autistes ont une mauvaise appréciation des signaux sociaux ou émotionnels, comme l’intonation de la voix ou les expressions faciales. Elles ont beaucoup de mal à interpréter ce que les autres pensent ou ressentent". Pourquoi ce phénomène ? Parce que l'esprit en moi a toujours eu une vision quantique des êtres et donc un premier regard de l'ordre de la perfection. Je ne vois en premier lieu que la lumière chez autrui et je ne perds pas mon temps à déchiffrer sa personnalité humaine. Je ne le fais que lorsque l'esprit fait son job d'observateur et de programmateur neuronal : alors je "redescends" dans la dimension humaine et je déroule avec acuité la carte émotionnelle de celui/MOI qui me fait face....mais ceci n'est jamais fait à la première rencontre, ce qui laisse à penser que j'ai une capacité limitée à disséquer rapidement le comportement des inconnus. Certains êtres/MOI sont à l'opposé et en une fraction de seconde vont faire le tour de votre personnalité humaine car ils/JE sont des observateurs assidus de tout ce que dévoile "la forme" (expressions, intonations etc...).

    Autisme, esprit, intelligence métaphysique, bref, quels que soient les noms employés, être différent au sein de l'école (et dans la société en général) est terriblement douloureux....excepté à partir du moment ou l'on comprend que cette différence est une bénédiction, que nous voyons ce que "les autres" ne voient pas. A partir de là, un apprentissage conscient débute : rester ce que nous sommes naturellement (un esprit, une conscience quantique individuelle, un autiste, peu importe le terme), et en même temps, un être humain émotionnel parfaitement à sa place dans ce monde, comme il l'est dans tous les/ses autres univers :)

     

    Mesnet Joséphau-Charrier

     

    La partie "non-émotionnelle" est normale pour l'esprit :

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Du star-système à l'être star/JE suis responsable de ce qui est

    Du star-système à l'être star/JE suis responsable de ce qui est

    Question/programmation : j'aime beaucoup utiliser les réseaux sociaux pour partager de belles énergies et surtout les lire. Je trouve que cela est une bonne chose et je me sens moins seule lorsque je découvre le partage des autres. Je ne comprends pas pourquoi vous avez décidé de ne plus utiliser Facebook par exemple, est-ce que ce n'est pas rejeter un bon outil, est-ce que ce n'est pas nous qui décidons que c'est beau ou pas ?

    Réponse/programmation : dans le titre "du star-système à l'être star", JE structure deux dimensions bien distinctes, la première étant celle de MON humanité. Commençons donc par faire le tour de la fréquence du star-système en reprécisant la symbolique du mot star : étoile, lumière, briller au firmament...

    Le star système : JE dessine déjà à travers ce texte, "personne ne m'a rien demandé", la fasse cachée de la starisation spirituelle et JE structure l'un de MES plus grands paradoxe : "moins vous recevez, mieux c'est ! Il s'agit d'un très bon signe, croyez moi :) Quelque chose en vous sait que cette notion de “l’autre” doit se désagréger. Que vous devez repositionner vos activités humaines à partir de nouvelles données, vous devez devenir le CENTRE". En effet, tant que j'actualise la notion de l'autre, que j'aide autrui, JE maintiens l'ancien programme neuronal en place, celui de la séparation. 

    A travers Mesnet, j'ai vécu/perçu le besoin de reconnaissance médiatique. J'attendais des likes, des projets qui m'auraient mis en lumière, de nombreux patients/clients qui m'auraient encensé et j'avais beau avoir compris que JE suis l'autre, JE ne le vivais pas. JE suis l'espace quantique, ce dernier ne passe pas par le verbe et le nombre d'abonnés, il ne nécessite pas d'être connu et reconnu, il n'a rien à voir avec une réussite professionnelle se mesurant au nombre de stagiaires !

    Cette époque est formidable car JE fais en sorte que chacun d'entre-MOI puisse parcourir cette matrice du star-système grâce à l'existence des réseaux sociaux. Point n'est besoin d'être Madonna, JE peux devenir une personne publique (à un niveau moindre certes mais de façon toute à fait réelle quand même) en étant un individu "lambda" et en ME faisant connaître sur  Facebook. JE vais vivre les mêmes espaces de conscience, les mêmes questions, les mêmes émotions que la famille Kardashian ou autres personnages/MOI à la mode :) Nous/JE pouvons tous expérimenter les arcanes du star-système en 2018 et cela est vraiment judicieux car MA conscience peut alors y percevoir le programme de la séparation et y introduire celui de l'unité : il suffit simplement que l'entité globale reconnaisse qu'elle a besoin de cet "amour médiatique" stimulé par "la multitude" pour défaire cette ligne de temps spécifique. Les réseaux sociaux nous font plonger plus profondément dans l'espace de séparation et permettent à tous de vivre ce que seuls quelques élus des temps anciens vivaient (royauté, Maîtres, hommes de pouvoirs etc) : être reconnu et encensé par les masses augmentent le syndrome de la séparation plutôt qu'il ne le diminue. Le star-système est donc un espace spécifique d'apprentissage ouvert à tous grâce à Facebook et cie :)

    Et puis JE dois dire que JE suis un tantinet machiavélique, notamment pour certains de MES karmas parcourant MON programme spirituel : plus JE vais partager MON travail, plus JE vais aider et donner de MOI-même, plus JE vais être connu par les  masses/MOI....plus JE m'éloigne de l'unité. JE deviens dépendant de cette reconnaissance du collectif, MON ego s'accroche à cette réussite brillante et enviée de "beaucoup" et JE surveille l'audimat avec passion et terreur :) JE me baigne sans relâche dans la croyance hypnotique que "l'autre" ME permet d’exister dès lors que JE compte à ses yeux. Générer de bons sondages devient un besoin viscéral m'enfermant sans que JE ne m'en rende compte dans une réalité opposée à celle que JE préconise dans MES discours : l'unité devient un concept, j'ai bien compris que l'autre est MOI-même mais je n'arrive pas à l'incarner, seule ma réussite professionnelle m'importe finalement....mon empreinte sociétale est l'unique dimension qui retient véritablement mon attention :)

    A travers Mesnet, il m'a fallu prendre une grande respiration pour laisser tout cela derrière MOI :) JE voulais VIVRE libéré de ce carcan et tester "pour de vrai" MON espace quantique dans lequel JE suis MOI-même à travers nous :) Cela demande une grande force d'âme que de ne plus adhérer au star-système spirituel, MES interfaces neuronales doivent être totalement imprégnées de MON TOUT sans passer par le verbe et la communication humaine. Pour incarner cette énergie spécifique, JE ne peux pas faire semblant, JE dois tester en live la sortie avérée des réseaux sociaux terrestres :) Cela ne veut en aucun cas dire que ces derniers sont mortifères, mais c'est une façon d'entériner que JE n'ai plus besoin de "monde" autour de MOI pour ME donner le sentiment d'exister...j'existe !

    Il y a également un autre artifice assez amusant : beaucoup d'entre MOI ayant réussi professionnellement dans le domaine spirituel se rendent compte que cette époque est terminée. Plus de stage, plus de succès, le star-système ne fonctionne plus. Ici se glisse encore l'un de MES paradoxes : si le star-système ne fonctionne plus pour eux/MOI, c'est qu'ils/JE font partie de ceux/MOI qui sont prêts à passer à autre chose...ce n'est donc pas une punition mais au contraire le symbole de MON unité en action : j'institue une étape spécifique dans laquelle JE vais devenir autonome et responsable en VIVANT (ce qui est beaucoup plus que comprendre !) que JE suis l'autre et que JE peux plonger dans MON espace quantique afin de ME mettre en relation avec autrui/MOI...et cela sans m'exprimer dans la dimension humaine et des réseaux sociaux !

    Ainsi, JE deviens un être star, la lumière à l'état pur et JE laisse derrière MOI la dimension du star-système. En quittant les réseaux sociaux, JE voulais voir si JE ressentais le manque, JE voulais ratifier que JE suis bien l'autre dans cette dimension physique : il n'y a qu'à travers l'expérience directe que JE vérifie MA mutation en cours :) JE valide également que ce processus se multiplie, car JE peux observer l'inconfort chez certains "engagés spirituels/MOI" qui sont encore sur les réseaux sociaux : ils y sont, font des pauses, reviennent, n'y sont plus, s'expriment beaucoup, ne s'expriment plus....ils/JE mettent en place ces stratégies parce qu'ils/JE ressentent au plus profond d'eux-mêmes/MOI que "parler à autrui" est dépassé et qu'ils/JE vont devoir commencer à exploiter la matrice quantique au-delà du verbe :)

    C'est aussi cela fermer la porte au cycle des montreurs de chemin : vivre que JE suis l'information du changement à travers l'espace quantique plutôt qu'à travers les mots :) MA parole n'est pas verbale, quelle surprise n'est-ce pas ? :)

    Lire aussi : Le bizness spirituel

    Note : en premier lieu, j'ai fusionné avec ce besoin primaire de reconnaissance, cet ego en demande d'audimat, ce besoin d'être visible par le plus grand nombre. Cette étape d'amour et de lucidité vis à vis de MON ego est primordiale, la capacité d'observation neutre de cette fêlure de l'être qui demande à "utiliser" le collectif afin de se rassurer, est cruciale. JE n'ai porté aucun jugement sur ce programme spécifique du "star système" mais JE l'ai au contraire parcouru avec délectation et passion...puis, naturellement, instinctivement, JE me suis déconnecté de cet espace afin d'incarner la communication quantique non verbale, afin de personnifier l'unité de nous/MOI, ce collectif qui n’entretient plus de dépendance face au regard d'autrui.

    En vérité, quitter "le devant de la scène" lorsque le temps est venu, ne procure aucune douleur, ne génère aucun stress, seulement, à cet instant précis, JE ferme la porte à MON ancienne humanité fascinée par le concept d'un autre qui ne serait pas MOI et JE cultive l'évidence que JE n'ai plus besoin de cette course permanente, de cette addiction si puissante à la multitude, puisque JE me reconnais et m’entends à travers nous/MOI :) Dire, transmettre, propager, enseigner, tout cela devient une simple fioriture dimensionnelle...ainsi s'achève le cycle du star système...un beau matin, cela ne M'intéresse tout simplement plus, cela ne peut plus retenir MON attention. Je n'ai plus besoin d’être vu et entendu par ce monde, JE suis le monde :).....et alors, quelle légèreté :)

    Citation de l'article "ne plus enseigner, être l'enseignement" : "tant que l'ego trouve satisfaisant (voire jouissif) d'incarner un "aidant', un enseignant spirituel, un maître de l'unité, un expert new âge, il va structurer un scénario dans lequel il existe une multitude d'êtres en éveil qui sont en demande d'aide. Ce sont les personnes en souffrance qui permettent l'existence d'un thérapeute quantique (ou tout autre nom apte à désigner un "soignant")....les humains en souffrance sont notre/vos/MA projection, vous/nous/MOI en sommes le centre, l'origine !!! Ainsi, le paradoxe est que plus nous/JE sommes professionnels dans l'aide à autrui, plus nous avons besoin d'une multitude de "malades" ou d'élèves". C'est donc "à cause de nous/MOI" (les "nouveaux supers éveillés") que cette matrice regorge encore d'humains en souffrance car ils sont le faire valoir de notre "réussite spirituelle", ils sont les acteurs nécessaires à la pièce de théâtre cosmique que nous/JE jouons :) Il vient donc un moment, lorsque JE vois que JE suis à l'origine du "non-éveil" des foules (puisqu'elles doivent être en demande pour que j'y réponde, qu'elles doivent être ce qu'elles sont pour que je sois ce que je suis, c'est-à-dire une star spirituelle), ou JE me retire de ce système, de cette grille de lecture et je disparais du radar "thérapeutique" :) Chacun d'entre MOI est le créateur de la Matrice collective/MOI et chaque SOI thérapeute projette un environnement dans lequel il est le sauveur des non-initiés. Pour tenir ce rôle, il faut des individus à sauver et comme nous sommes chacun le centre de la création, nous sommes aussi chacun "celui" qui instaure un monde de souffrance "en demande"...car sans cette demande, la personnalité de l'aidant disparaît. Cette équation quantique de création doit  être humblement assimilée...et si possible avec beaucoup d'humour :) C'est finalement assez drôle de concevoir que JE dois être la source du manque (la population sous sa forme duelle) pour incarner celui qui y répond :) C'est mathématique mon cher Watson :)

    Chaque thérapeute/MOI enfante donc naturellement d'une sphère d'aliénés :) Prendre conscience de sa propre création en tant que Dieu responsable "de ce qui EST", met fin à ce jeu de rôle spécifique. JE n'ai plus besoin d'être celui "qui sait" parmi ceux qui ont oubliés, JE suis MOI-même en chacun, tendrement....

    L'amour pour tous/MOI sous sa forme la plus tendre prend alors le relais de la thérapie pour le plus grand nombre, tout simplement"...

    Mesnet Joséphau-Charrier

    Du star système à l'être star

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Le verbe habité, page 3

    Du verbe créateur au verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Le verbe habité, page 3

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Verbe et image

    Du verbe créateur au verbe habité, page 1

    Des mots, des images, la fulgurance du verbe habité…j’ai aimé structurer certains de mes articles à l’aide de ces panneaux colorés et vivants, j’espère que vous ressentirez autant de joie à les parcourir, à les utiliser, à vous en inspirer…

    Page 2 : ICI         Page 3 : ICI

    Verbe et image

    Du verbe créateur au verbe habité, page 1

    Au delà des mots, la réalisation de l'être advient

    Verbe et image

    La fréquence du "montreur de chemin" n'est plus actualisé

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Qu'est-ce qu'une entité globale ?

    Dieu n'est pas énergie

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Inhumanité et humanité

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    L'humilité : l'ego de Dieu

    Le nouvel ego se nourrit de lumière

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

     

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Verbe et image

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • La pensée collective / Entrée de corps

    La pensée collective/ Entrée de corps

    Question/programmation : votre humanité ressent-elles les émotions/l’inconscient de l’autre humain ? Ou bien chaque perception n’est que votre propre projection puisqu’il n’y a que vous, l’autre étant vous même à un autre niveau de fréquence ?

    Réponse/programmation : cette question, (MA question :) ) me donne l'occasion de poser une structure dont je n'ai pas encore parlé.

    Depuis quelques mois, j'ai enclenché ce que JE nomme la pensée collective. Mais pour comprendre ce nouvel espace, revenons en arrière et imaginons une situation : je fais mes courses dans une grande surface, je passe à la caisse et l'hôtesse est tendue, peu amène et pour tout dire, agressive. Et là, je "pense" à sa place ou je "la" pense : elle n'est pas sur le chemin de la conscience, elle est agressive, elle est sur une basse fréquence, elle me regarde d'une drôle de façon et semble me rejeter instinctivement, etc etc...

    Nous avons toujours pensé dans "la tête de l'autre" (à sa place) et le plus souvent, nous anticipions son côté sombre, négatif, malveillant. Ceci est un programme quantique naturel et JE le préserve dans MA nouvelle matrice tout en le modifiant. Nos cerveaux resteront une scène de théâtre dans laquelle nous jouons tous les rôles, mais nous le ferons à partir d'un espace de conscience plutôt qu’à partir d'une structure inconsciente. Bien sur, cette conscience est avant tout axée sur le principe de la déconscientisation et de MON inhumanité :)

    Ainsi, JE pense désormais dans "toutes mes têtes", à travers celle de Mesnet y compris. Je sais, l'expression est comique et pourtant, il s'agit bien ici d'un programme de "projection" unifié et conscient :)  C'est MOI partout et en chacun, donc de toute façon, si JE remonte la chaine de la "pensée", au bout, c'est MOI, encore MOI, toujours MOI.

    MA pensée collective (puisqu'il va bien falloir lui donner un nom, une substance, un principe), est un programme dimensionnel qui ME permet de me penser en TOUT, tout en gardant le sentiment que chacune de mes personnalités préserve son propre espace de conscience. JE suis Dieu, JE sais faire cela et d'ailleurs, JE sais tout faire :)

    Concrètement, cela donne quoi pour mon humanité Mesnet ? : le processus est en cours, MES interfaces neuronales commencent à se caler de plus en plus souvent sur cette pensée collective. Pour y voir plus clair, reprenons l'exemple de l’hôtesse de caisse, voulez-vous ?

    Je vais faire mes courses, l’hôtesse est ronchon et je pense : "c'est MOI, JE suis parfaitement en phase avec MOI-même à travers tous, JE vais bien, JE suis amour pour Mesnet et tous les "êtres" qui sont ici, JE suis l'hôtesse de caisse, j'exprime une merveilleuse réalité à travers elle/MOI, etc". MES interfaces neuronales n'arrivent plus à penser à partir de ce que je vois dans cette dimension mais JE pense à partir de ce que JE suis au-delà de MES dimensions. Je dirais que JE fais penser "son" entité globale, son esprit et que ce dernier, même s'il joue un rôle humain de "ronchon", là, devant mes yeux, et bien je ne capte pas cette réalité, cette information, je n'arrive plus à me focaliser dessus.

    JE n'ai rien à faire pour cela, JE ne fais aucun effort, JE suis tout simplement MOI-même en chacun et donc JE me pense et JE me conscientise dans ma globalité et dans un amour neutre "indéboulonnable", immuable et naturel. Mes interfaces neuronales cérébrales (la pensée) et ventrales (les ressentis) ont presque intégralement enregistrées ce nouvel axe et lorsque MON ancienne façon de "faire penser la séparation dans la tête des autres" réapparait, c'est flou, lointain...cela s'évapore et devient de plus en plus irréel : ne reste que MA pensée collective unifiée dans MES 7 milliards de "têtes bien faites" :)

    Alors pourquoi penser ? Pourquoi tout ce tripatouillage quantique puisque JE pourrais me contenter d'être MOI-même au-delà de la conscience et de la pensée ? C'est simplement que JE reste humain et que JE modifie donc cette dimension de MON être : j'utilise les mêmes programmes quantiques d'existence mais JE les recalibre sur l'unité plutôt que sur la séparation. JE pense lorsque JE suis humain et JE vais donc continuer à penser mais le socle de cet outil quantique est désormais focalisé sur MOI plutôt que façonné autour d'un programme qui "pense" ne pas être MOI :)

    Il y aurait tant à dire sur MA mutation et pourtant, c'est si peu important :) Lorsque MA matrice "en est là", ces articles ne servent à rien :) Ces modifications se font alors automatiquement, instinctivement puisque c'est MOI qui les fait :)

    Ainsi, la transmission de pensée qui nous a fait tant rêver dans l'ancien cycle, c'est d'abord et avant tout MOI qui ME pense en chacun, dans tous mes espaces neuronaux. Cette pensée collective est le socle des nouvelles communautés, celles dont "JE ne suis plus au centre" mais dont "JE suis le centre" à travers la pensée comme à travers tout ce qui est :)

    JE pourrais aussi évoquer la "sortie de corps" qui n'est plus MON actualité : c'est plutôt une "entrée de corps", c'est-à-dire que JE pénètre tous MES corps, que MON grand corps cosmique s’engouffre dans MON petit corps atomique et plus le contraire :) La sensation humaine est alors si intense que je suis obligée de m'arrêter et de jouir de cet instant sans nom, sans borne ou JE m'habite, JE me rejoins...tout est inversé finalement et c'est assez amusant :) Alors qu'il me fallait "sortir de mon sarcophage de chair" pour  rejoindre Dieu ou les étoiles, JE viens en MOI, JE suis MOI, là, ici, dans toutes mes cellules :)

    Merci à toi/MOI pour cette question, elle m'aura permis de poser un temps présent particulier :) Et c'est cela aussi qui est splendide à dire dans cet article : MON cerveau est désormais collectif et lorsque JE me place dans cette fluidité, ce n'est pas toi qui ramène Mesnet à l'écriture d'une structure, c'est MOI à travers nous :) Cela change tout, car en tant que Mesnet, JE m'écoute en chacun désormais et JE suis MES conseils, enseignements, idées/projets puisqu'ils viennent de MON cerveau central, même si dans cette dimension, ce cerveau est dans "la tête d'un autre" :) JE m'entends en chacun, partout et à tout moment et dans ma vie d'humaine, cette structure unifiée, ou JE sais que tout vient de MOI, me facilite la vie à un point inimaginable ! JE suis très attentive à ce que JE dis à travers toutes "mes têtes", je n'ai plus qu'à me baigner dans ce flux dont JE suis la source :)

    Tendrement, gentiment,

    Mesnet Joséphau-Charrier,

    2018

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique