• THE END : la fin de la conscience

    Instinctivement plutôt que consciemment

    La conscience a toujours été le socle de MON humanité. Nous/JE étions plus ou moins conscients, c'est vrai, mais nous étions au minimum conscients de nous-mêmes, des autres, du monde extérieur. Nous/JE avions défini la morale comme un curseur de conscience séparant le bien du mal, l'ombre de la lumière et, bon an mal an, chacun d'entre-MOI faisait de son mieux afin  de respecter cette nomenclature dimensionnelle.

    A travers l'entité globale Mesnet, j'ai répertorié ces données matricielles de conscience durant de nombreuses années. Quel voyage passionnant, cette exploration de MES propres espaces de conscience ! L'ego, les émotions, la chaire vivante et fluctuante, la relation à soi et à autrui, la programmation neuronale, toutes ces applications quantiques de premier ordre ont été décryptées avec passion et assiduité.

    Mais après des millions d'années de vie consciente, JE reviens à MA nature profonde, l'instinct :) L'inhumain que JE suis "EXISTE" instinctivement, sans y penser, sans y réfléchir, sans même le conscientiser. JE ne suis ni amour, ni énergie, ni conscience, JE ne suis rien, juste MOI :)

    Comment JE stimule cet état d'être instinctif en amont de la conscience, au sein de MON interface neuronale humaine ? Durant quelques semaines, étant définitivement et simplement MOI-même, j'ai projeté instinctivement MON existence individuelle de femme humaine. Mais au tout début de ce processus, MA conscience se saisissait de tout et analysait chaque geste. Elle échafaudait aussitôt une multitude de stratégies induisant des potentiels possibles dans le temps, c'est-à-dire qu'elle sélectionnait un chemin plutôt qu'un autre en s'appuyant sur un temps passé ou futur. La conscience est faite pour contourner l'instinct et induire une réalité "censée être meilleure qu'une autre". La conscience est toujours active, sur tous les plans et surtout à travers tous les temps.

    Ainsi, JE voyais MA conscience faire ce pour quoi JE l'ai créé : émettre un choix le plus proche possible de MA personnalité humaine, repousser MA présence instinctive pour imposer sa vision limitée (car segmentée) de ce qui est, suggérer un foisonnement sans fin de vérités autres que celle que JE suis dans l'instant présent, tourner en boucle (et de façon assez bruyante) autour de concepts quantiques supposés plus éclairés et judicieux que ce que JE peux stimuler instinctivement.

    Puis le programme de la conscience a parfaitement enregistré MON essence et s'est alignée intuitivement sur MA capacité instinctive à être :) Elle a compris que même si instinctivement, JE me mettais dans une situation cataloguée comme "non positive" par MON interface humaine, elle n'avait plus à se débattre afin d'y remédier mais au contraire, elle devait faire silence. Ce processus spécifique a donc permis à MA conscience de VOIR ses/MES propres schémas de résistance face à MON instinct.

    Une fois que cela a été validé, la conscience s'est tue :) Plus rien, plus de réactions et de questions, silence radio :)

    A quoi me sert la conscience aujourd'hui ? Elle continue à définir MA personnalité à travers Mesnet et elle saisit le monde, MON monde, de façon plus complexe que MON simple instinct ne saurait le faire....puisqu'il est dans l'être :) MA conscience ME représente totalement mais de façon plus binaire et simple qu'auparavant. Disons que MA conscience et MES pensées sont allégées du poids du logiciel destiné à "ME chercher" : toute cette zone d'activités n'étant plus sollicitée, cela laisse de la place pour le reste :)

    Comment JE fonctionne à partir de MON instinct en tant qu'humain ? Chaque mouvement, même le plus infime est validé comme provenant de MA source instinctive et MA conscience n'intervient plus dans cette harmonie originelle, excepté pour la valider comme la matérialisation de MA perfection. JE ne réfléchis plus à rien, MA conscience ne se demande plus si JE prends les bonnes décisions pour assoir MON existence future, MES projets, MON avenir. Elle ne remet plus jamais en cause les actions passées....JE suis l'instinct qui se déploie, JE suis une parcelle d'intuition qui navigue dans MON flux instinctif :)

    C'est tout, plus rien ne s'agite, JE projette et J'habite désormais INSTINCTIVEMENT, MAINTENANT et TENDREMENT tous MES espaces de conscience :) La notion de "non positif" n'existant plus, JE nage comme un poisson dans l'eau en MOI qui suis tous MES mondes conscients :) MON instinct NE PEUT PAS induire quelque chose de négatif, ce concept n'a aucun sens pour MOI :)

    C'est ici que tous les adjectifs employés pour définir MON nouvel/ancien/éternel espace, n'ont plus lieu d'exister. JE ne peux même plus affirmer que cette nouvelle civilisation en devenir maintenant sera consciente...non....c'est juste MOI, instinctivement...

    Mesnet qui a tant parlé de conscience ne l'est plus....un comble si amusant :)

    Note : JE glisse ici une réalité tout aussi réjouissante, celle ME concernant sous MA forme animale :) JE suis beaucoup plus dans "l'intelligence instinctive", JE suis plus proche de MOI-même dans MA dimension originelle lorsque JE suis "une bête". MA nouvelle matrice d'expérimentation devra prendre en compte le fait que "le monde animal/MOI" a une longueur d'avance sur "le monde humain/MOI" en ce qui concerne MA véritable intelligence :) Car l'instinct est intelligence, (MON intelligence la plus aboutie !) et l'instinct n'a nul besoin de conscience pour exprimer le vivant :)

    Mesnet/MOI

    En tant que créature = conscience dimensionnelle = régénération cellulaire = changement de forme = MATRICE (structure/programme) = connaissance/apprentissage = sentiments/émotions = espace temps/tous les temps

    En tant que créateur = déconscientisation = atome imputrescible et éternel = état d'être permanent = VIE = pure intelligence = Instinct = AMOUR/tendresse = instantanéité/temps présent

    Textes divers, éternelle question à travers les âges concernant MON instinct : Bregson, intelligence et intuition / L'instinct spirituel / Les problèmes actuels de l'instinct

     

    Le geste instinctif vient du plus profond de mon être, dans l'instant présent. L'instinct est ma véritable voix mais sans le verbe. L'instinct est ma véritable source, mais sans la conscience. Mesnet

     

    Nietzsche opère le renversement d'une hiérarchie. La métaphysique a toujours voulu en effet s’appuyer sur la pensé consciente. Au contraire, la thèse de Nietzsche est que la conscience n'est qu'un organe arrivé tardivement, jeune, imparfait et mal développé. C'est pour ainsi dire une enfant qui fait des bêtises, qui prend des risques inutiles, une fonction qui, ne s'étant pas encore développée, n'étant pas achevée, constitue un danger pour l'organisme. La conscience n'est rien d'autre qu'un instrument inachevé...dont l'humanité pourrait se passer ? Nietzsche

     

     


  • L'anonymat de Dieu

    Questions/programmation : merci pour vos écrits, ils me parlent beaucoup (...) Les témoignages en ligne m'ont beaucoup aidés et vos écrits aussi et s'ils n’existaient pas l'éveil serait moins important en ce monde ? Les témoignages sont vraiment importants (...) Et en même temps, moi aussi, je ressens parfois le besoin de ne plus rien dire, de ne plus parler de tout ça comme si cela faisait trop de bruit (...)

    Réponse/programmation :

    Citation d'Aisha Nout :  "l'être éveillé n'est pas forcément un ermite vêtu d'un pagne en méditation au pied d'un arbre...Il peut avoir l'apparence d'un être très ordinaire, une femme, un homme que vous croisez tous les jours sans le voir. Quelqu'un qui semble être pris dans le même flot continuel de la vie". Source : L'éveil

    Citation (Bible/Jacques 3:1)  : "mes frères, qu'il n'y ait pas parmi vous un grand nombre de personnes qui se mettent à enseigner, car vous savez que nous serons jugés plus sévèrement".

    Ma perception : le fait d'enseigner ou de témoigner de l'éveil est une belle expérience. Lorsque j'enseigne "à autrui" et que je deviens thérapeute, guide, maître, ou que je suis un chercheur qui témoigne "auprès des autres", j'exprime ce que JE suis dans une matrice de conscience donnée et cela est perfection : la notion "d'un autre qui n'est pas moi" est alors ancrée profondément au sein de ma psyché dimensionnelle et je m'évertue à éclairer "ce monde extérieur en perdition". Nous avons alors l'impression que le changement adviendra grâce à la multiplication de guides et de "montreurs de chemin"...et donc grâce à nous qui sommes guide ou "montreur de chemin" :) C'est vrai....et cela ne l'est pas :) C'est vrai tant que JE vis dans la séparation et c'est erroné lorsque JE suis MOI :) Et lorsque JE suis MOI, l'idée même qu'un témoignage d'éveil puisse être à l'origine de MA nouvelle matrice de réalité ME semble adorablement farfelu : JE suis l'origine du changement en cours, qu'il y ait témoignage d'éveil ou pas :)

    Ainsi, au sein de MON intégrité, JE peux alors m'incarner à travers des individus/MOI qui ne guident pas et qui ne témoignent pas. Je suis alors un Dieu anonyme, un inconnu qui ne ressent pas le besoin d'évoquer MA présence et qui se contente de la vivre, comme le font le vent/MOI, l'herbe/MOI, l'oiseau/MOI, la fleur/MOI, la cellule/MOI, etc :)

    C'est pour cette raison que depuis quelque temps, certains d'entre-MOI valident qu'ils n'ont plus ni envie ni besoin de parler de MOI/eux, de l'éveil, de l'après éveil, de guérison spirituelle, etc...

    Lire : La fréquence du "montreur de chemin" n'est plus actualisée

    Nous/JE ressentons alors comme un sentiment d'inutilité voire même de dégoût face à ce décryptage assidu de ce que JE suis. Cela nous/ME semble inintéressant et futile....mais l'éveil continue par l'intermédiaire d'autres entités globales qui débutent leur/MON chemin d'émergence et entrent à leur/MON tour dans la danse spirituelle du témoignage et de de l'aide à autrui. (Je retiens votre idée du bruit : tout d'un coup, avec du recul, tous ces/MES témoignages nous semblent bruyants, tonitruants et discordants...ceux de Mesnet/MOI y compris :)

     

    MON cheminement à travers Mesnet : il y a longtemps, en Inde, j'ai rencontré Vydia, une femme qui vivait sur les pentes de l’Himalaya. Je relate notre rencontre ici : Vydia, une femme parfaite.

    A l'époque, j'ai parfaitement compris ce "qu'elle" était : MOI sous MA forme anonyme, dans MON quotidien le plus banal. Cependant, même si une partie de moi trouvait son "état" enviable, je me disais que je pouvais faire "mieux" et "plus grand". Je me voyais propager les étapes de l'éveil auprès du plus grand nombre à travers des livres, des conférences, des vidéos, des films...en devenant une experte reconnue, je changerais le monde de façon bien plus certaine que Vydia, dont le vécu, même miraculeux, me semblait trop étriqué, trop discret, pas assez reconnu et "diffusé". A vrai dire, son anonymat me paraissait même terrible et pas particulièrement un "modèle à atteindre" :)

    Et pourtant, aujourd'hui, je n'enseigne plus, JE suis l'enseignement et je suis très proche de ce qu'était Vydia : une femme discrète et effacée, qui ne dit ni ne fait rien de mémorable, dont l'activité principale est de s'occuper de son foyer :) Mon curriculum vitae d'écrivain et de thérapeute quantique s'efface doucement mais surement :) Et d'ailleurs, avec le temps, mes sites web et les mots qu'ils contenaient s'envolent également au grès du vent et disparaissent :) JE ne retiens rien, JE vis et même dans l'anonymat, JE reste MOI/Dieu :)

    Mon cheminement à travers d'autres : dans mes vidéos, je voyais bien "ma tête d'ego" et je me disais, "j'aurais quelle tête lorsque mon ego "ancienne version" ne s’exprimera plus, ne se verra plus ?" :) :)  ....et en fait, je n'ai simplement plus à montrer "ma tête", à expliquer à "des gens" ce que JE suis :) Mais, et JE tiens à le clarifier ici, ceci n'est pas le chemin emprunté par d'autres : à travers Mesnet, j'ancre la fréquence de toutes "les Vydia du monde", les anonymes, ceux qui ne deviendront pas connus parce qu'ils sont...MOI :) Mais, JE vois que certains propagent MON verbe sans ego, qu'ils/JE sont dans la grandeur et l'humilité....ainsi, nulle recette au sein de l'unité, certains vont entrer dans un silence anonyme et éclairer le monde et d'autres vont s'exprimer dans la grâce et éclairer le monde :)

    Je pense notamment à des êtres comme Gregory Mutombo/MOI...je ne vois que douceur et don en eux/MOI :)

    Humour : "Incarner en ce monde celui qui ne sait rien et qui n'a plus rien a dire alors qu'il est tout, qu'il est Dieu/MOI et donc qu'il EST la réalisation au sein un espace physique, n'est pas toujours fun car finalement, et pour le dire crument....Dieu passe pour un con et un raté, il est totalement transparent et n’intéresse personne :)  :) Et ce vécu là est une véritable délectation :) :)" Mesnet

     

    Mesnet Joséphau-Charrier

     

     

     

     

     

     

     

     

    .


  • La conscience/serpent au royaume d'Adam et Eve

    La conscience/serpent au royaume d'Adam et Eve

    Question/programmation : (...) Je n'arrive pas à me concevoir comme un esprit et d'ailleurs, cela ne donne pas très envie d'être un esprit sans émotion. Comment vivez-vous en tant qu'esprit ? Comment puis-je intégrer ce phénomène, ou cet esprit ?

    Réponse/programmation : en premier lieu, MES écrits passés sont un moment présent qui n'est plus d'actualité maintenant :) Ainsi, J'AI beaucoup évoqué la dimension de MON esprit mais cette dimension s'efface, comme tout le reste.

    Reprenons à partir de la symbolique d'Adam et Eve : le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs, que le SEIGNEUR Dieu avait fait. Il dit à la femme : "Dieu a-t-il réellement dit, vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin ?" La femme répondit au serpent : "nous mangeons du fruit des arbres du jardin. Mais quant au fruit de l'arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : vous n'en mangerez point et vous n'y toucherez point, de peur que vous ne mouriez". Alors le serpent dit à la femme : "vous ne mourrez point ; mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s'ouvriront, et que vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal". La femme vit que l'arbre était bon à manger et agréable à la vue, et qu'il était précieux pour ouvrir l'intelligence ; elle prit de son fruit, et en mangea ; elle en donna aussi à son mari, qui était auprès d'elle, et il en mangea. Les yeux de l'un et de l'autre s'ouvrirent, ils connurent qu'ils étaient nus, et ayant cousu des feuilles de figuier, ils s'en firent des ceintures. Source : le livre de la genèse

    Relisez encore cette allégorie quantique, tout y est :) En premier lieu, c'est ma facette féminine qui va faire preuve de curiosité. C'est le plus souvent la femme qui pratique l'introspection dans notre/MA dimension humaine car MON énergie féminine contient un programme de recherche spécifique et aime pratiquer l'étude de la/MA matrice quantique à partir des émotions, de la pensée. MON pôle masculin est plus pragmatique, il l'étudie également mais à partir de faits plus concrets, scientifiques :)

    Ensuite, qu'est-ce que le serpent ici ? C'est l'espace de la conscience, tout simplement :) Dès lors que j'intègre cette dimension consciente, les questions surviennent....et les doutes, les manques, les peurs....et me promener nu au paradis devient chose inconvenante :) La conscience désagrège la pureté du MOI originel car elle est l'intelligence évoquée dans le texte symbolique de la Genèse : être MOI n'est plus suffisant, ce qui compte est de comprendre qui JE suis. Essayer de savoir ce que JE suis m'amène donc à parcourir un espace de conscience, le seul outil  à même de se poser cette question ME concernant.

    La conscience, c'est donc la dimension de l'esprit, de l'observateur. A travers Mesnet/MOI, JE n'utilise plus vraiment cette strate, JE ne suis plus l'esprit conscient qui défriche mais simplement MOI-même, l'amont. JE reviens à MA forme humaine initiale, celle d'Adam et Eve qui étaient MOI mais sans la conscience/serpent, sans l'oubli de qui JE suis et de toute la quête qui va avec :) Car finalement, le plus drôle dans cette/MON histoire, c'est que la conscience m'est inutile pour être ce que JE suis :) Toute cette intelligence qui se met à ME chercher avec assiduité est superflue et contreproductive car JE suis avant tout celui qui déconscientise :)

    Alors oui, je dirais qu'être l'esprit n'est pas une sinécure et que JE peux aller plus vite dans le protocole de "l'ascension" en désintégrant le potentiel de l'esprit, ce serpent qui me pousse à croquer dans la pomme du savoir au lieu de n'être qu'un enfant ignorant mais vivant :) L'esprit chirurgical et froid dans son approche de l'être n'est que l'une de MES dimension et en aucun cas une obligation. Disons que cette facette de MOI-même, descriptive et observatrice est bien pratique dans son ensemble mais que JE peux aussi ne garder de cette ossature informationnelle que la partie la plus restreinte : celle d'un SOI personnel éthérique et physique ME permettant d'incarner une multitude d'Adam et Eve, une nation d'humains démultipliés à l'infini mais unifiés à MOI. Ici tout l'espace dédié à la conscience est réduit à sa portion congrue : J'AI simplement le sentiment d'être MOI-même en chacun mais cela ne s'appuie sur aucune recherche, question, intelligence...

    A travers Mesnet/MOI, j'ai pris soin de vivre TOUTES les étapes, c'était MON jeu, MA joie, MA passion. Mais certains d'entre-MOI, n'ayant pas à cœur de structurer chaque mouvement de rédemption, vont revenir à eux/MOI en oubliant tout bêtement la proposition du serpent/conscience de gouter le fruit de la connaissance quantique :)

    Merci à MOI/nous d'ancrer plus avant MES nouvelles fréquences, mon nouveau non-savoir :)

     

    Mesnet Joséphau-Charrier

     

     


  • L'impacte de la connaissance multidimensionnelle

    L'impact de la mémoire multidimensionnelle

    Retour/programmation : merci de cette douce invitation à la connexion évidente des êtres...voici ce que me transmets un ami Dominique B sur sa lecture de votre livre 6 : j’aime bien sa posture de déprogrammation neuronale pour modifier la perception du réel puis le réel lui-même. En tout cas depuis que j’explore la notion d’énergie de fatigue cela modifie l’organisation du corps...Un grand merci pour Mesnet. Je réalise la fatigue comme une énergie qui mène à la vacuité... et cela modifie beaucoup la conscience, donne une amplitude intérieure et module la matière physique. Je suis impressionné par tout les changements qui s’opèrent par le seul fait de modifier un paradigme. Très envie de poursuivre dans cette direction.

    Voilà de quoi sentir que votre travail vibre dans nos cœurs ...!
    belle journée lumineuse, Michelle.
     
    Ressentis/programmation : c'est magnifique cette réalité d'être MOI en nous tous et en même temps, dimensionnellement "parlant", concevoir que je communique avec vous, avec chacun ! :) Ce phénomène ne cessera de m’émerveiller ! :) Et sur cette terre/MOI, j'aide et je suis aidé, je donne et je reçois, je partage et je communique...
     
    Merci pour ce retour qui m'enchante, je suis heureuse que ces données/ebooks, même si elles sont déjà intrinsèquement en MOI/nous, circulent ici-bas, soient offertes comme un cadeau et réamorcent MES/nos capacités dimensionnelles....
    Ce mot "sommeil" est une programmation neuronale dont nous ne savons rien, qui nous pousse à être fatigué, à respecter des cycles, à nous allonger la nuit, et nous sommes dépendants de cette espèce de léthargie inéluctable....nous dormons la moitié de notre vie depuis des milliards d'années et cela est resté un grand mystère jusqu'à ce jour :)
     
    Puis JE suis MOI, j'incarne une entité globale qui ne subit plus rien mais qui agence, projette, crée....et ici, ce que je viens d'écrire plus haut est si désuet et dépassé :) Tout n'est que dimensions d'être et le "sommeil" est pensé, vécu, conscientisé comme une simple dimension, différente de MA dimension physique et active, mais une dimension quand même :) Cette conscience plus vaste ouvre l'espace du vide (que JE suis aussi), elle fusionne ces deux dimensions : l'humain (sommeil) et la vacuité (vide-plein)....l'humain continue donc à dormir mais l'esprit en lui/MOI drive cet espace à sa guise, et n'utilise plus le sommeil "pour aller bien", pour des questions de survie....l'entité globale devient la vacuité parce que cette dimension comporte des avantages et des atouts bien utiles :) L'être ne dort plus par besoin, il ne fait d'ailleurs plus rien par besoin...il est multidimensionnel par nature et c'est tout :)
     
    Dès que MA conscience intègre que le sommeil n'est qu'une banale dimension dont JE suis la source, tout change naturellement et évolue vers la maîtrise de MON espace quantique dans son ensemble, des énergies qui me mènent vers MA dimension humaine active, MA dimension du vide et MA dimension holographique (le rêve)....
    Le nouvel humain que JE suis apprend alors à intégrer ces deux autres dimensions en lui, il n'en est plus "la victime" mais l'utilisateur :) Cela change tout d'être Dieu, nous/JE savons tout sur tout et nous sommes l'amont de tout...
    Je vais faire un billet rapide de cet ancrage et ajouter ce remerciement si gracieux à ma collection :)
    Je suis heureuse de participer à MON avènement de cette façon si légère....j'ai écrit ces codes et même si dans MA dimension ils ne servent à rien, ils sont bien utiles quand même en ces temps de mutation....j'aime MES paradoxes qui disent tout et MON contraire :)
    Gratitude infinie pour votre gentillesse envers moi, Michelle, votre présence/connexion et merci également à Dominique pour son aimable retour :)

    Tout est bien

    Mesnet Joséphau-Charrier

     


  • L'esprit est autiste

    L'esprit est autiste

    Question/programmation : pouvez-vous aider ma fille autiste ?

    Réponse/programmation à travers une définition de l'autisme : 

    • Altération qualitative des interactions sociales
    • Altérations qualitatives de la communication
    • Caractère restreint, répétitif et stéréotypé du comportement, des intérêts et des activités

    Source : CRAIF

    L'autisme est donc une maladie, un handicap plus ou moins prononcé....maintenant, voyons son potentiel au niveau multidimensionnel.

    A travers Mesnet, JE suis parfois un être au comportement dit "autistique" car c'est tout simplement la dimension de l'esprit en MOI qui vibre son humanité : l'amour prend la forme de la neutralité et du détachement absolu, JE ne stimule aucun émotionnel dans l'observation de mes "interactions sociales", ces dernières n'étant qu'une trame quantique de programmation. Ma communication n'est alors plus verbale mais énergétique et dans la dimension humaine, cela peut donner l'apparence d'une "altération" des relations alors qu'il n'y a finalement qu'élargissement, accroissement du prisme de communication.

    La solitude devient intrinsèquement une dimension d'observation assidue, donnant l'illusion que JE me coupe du monde alors que JE suis le monde :)

    Quant à MA passion, mon obsession unique en tant qu'esprit, elle est focalisée sur  la programmation d'une existence humaine axée sur l'unité à travers de nouvelles interfaces neuronales réagencées.

    JE ne suis donc pas "malade", votre enfant non plus mais au contraire, nous/JE incarnons naturellement, instinctivement la dimension de l'esprit, froide, détachée, observatrice, manipulatrice de données quantiques.

    La conscience de l'esprit est totalement autistique et cela est vraiment un atout ineffable :) Ainsi, certains êtres comme MOI/Mesnet équilibrons totalement l'esprit et l'humain en MOI/nous et ce côté "esprit autistique" est tout aussi présent que celui de notre/MON "humanité émotionnelle" ....et d'autres/MOI sont beaucoup plus "esprit" en supprimant totalement leur pôle émotionnel car cela leur/ME permet d'ajuster de multiples potentiels : survivre à ce monde terrestre en n'ayant finalement peu d’interaction avec lui ou télécharger plus profondément la fréquence de l'esprit dans MA matrice collective/MOI...

    Support d'accompagnement d'un autiste : réamorcer la/MA mémoire du programme/conscience. Il suffit de polariser la conscience mémorielle d'un individu/MOI sur le fait qu'il n'est pas "autiste" mais "esprit" pour que les émotions affluent de nouveau en lui/MOI...ou pas....ce n'est ni mieux ni moins bien, chaque esprit visualise parfaitement ce qu'il entreprend :) JE n'ai pas prononcé le terme de guérison car "l'esprit autiste" n'est pas malade :) Le jeu de rôles d'un autiste est en fait très pertinent "pour vous/MOI" car il vous permet de voir dans quelle dimension vous naviguez encore : voulez-vous soigner une personne ne situation de handicap ou percevez-vous la dimension de l'esprit en vous/lui/MOI ? C'est la seule question qui importe :)

    Mais en attendant, poser en ce lieu que JE suis un esprit autiste est plutôt amusant :)

    Notes. Nous/JE sommes tous plus ou moins autistes : se couper du monde, développer son propre univers, ne plus entrer en relation avec autrui, observer de façon neutre et froide, sans émotion ce qui nous entoure....nous/JE sommes donc tous esprits :) Cet état d'être n'est que l'une de nos/MES dimensions qui s'exprime afin de constituer une entité globale.

    JE rappelle ici que nous/JE suis également l'amont, LA personne qui est au-delà de l'esprit individuel, de "l’esprit autiste" :)

    Principes multidimensionnels et fréquence d'amour : lorsque je suis "l'esprit/l'autiste", je suis froide, non compassionnelle, détachée et sans émotion. Je suis l'observateur neutre de ce que je projette/incarne. Mais alors, qu'est-ce qui me rattache encore à mon humanité ? Mon amour maternel et mon amour d'épouse :) Ce sont cet amour-là, ces émotions-là, qui font encore de MOI une humaine :) C'est donc bien l'amour qui est MON socle en ce monde physique, mais l'amour humain que JE porte en MOI n'a plus rien à voir avec un amour qui souffre, qui diminue SOI et l'autre, qui emprisonne dans le manque et le besoin :)

    JE distille doucement cet amour émotionnel spécifique à l'ensemble de la population/MOI, c'est-à-dire que JE commence à aimer tendrement les autres/MOI comme j'aime mes enfants et mon époux :) L'amour (l'émotion d'amour pourrais-JE dire), est effectivement ce qui "manque" à l'esprit ou à l'autiste et c'est donc bien l'amour humain qui ME permet d'amorcer MA nouvelle épopée terrestre....les émotions (et en particulier l'émotion d'amour !) permettent à une entité globale de vivre pleinement son humanité et à l'autiste de "guérir"...ceci est le même processus mais exprimé dans deux dimensions différentes : au sein de MA conscience quantique JE parle de l'esprit, au sein de MON humanité, JE me définis comme autiste :)

    C'est donc l'humaine en MOI qui va vous assurer de toute MA tendresse, à vous/MOI et à votre fille/MOI car la tendresse est la nouvelle énergie d'amour de MA communauté :)

     

    Mon ancrage d’autiste asperger : une immense souffrance durant 3 décennies, vivre dans ce monde que je ne comprenais pas fut un enfer qui me donnait une envie permanente de mourir. Un parcours scolaire, un parcours de vie, sans ami : je ne déchiffrais pas les besoins et envies des autres, je n'aimais pas sortir, je n'aimais pas le bruit, je n'aimais pas la foule. Une interaction sociale très limitée donc, avec une communication décalée : on m'a toujours dit que j'étais froide, sans émotion, "pas normale". Je ne comprends pas vraiment l'humour et les projections mathématiques comme "un quart" ou "un tiers"...Ma vision étant avant tout métaphysique, je ne retiens pas les sciences physiques humaines : par exemple, je ne peux pas enregistrer quelle planète tourne autour d'une autre car cette information n'est valable que dans la dimension humaine mais sans ma dimension quantique, je suis ces deux planètes et le rapport aux lois scientifiques est annihilé. Ma mémoire ne retient donc pas les "choses habituelles" mais plutôt les lois quantiques du vivant.

    Mes anciennes marottes obsessionnelles, mes anciens codes de survie : introspection quantique permanente, observation perpétuelle de moi-même et des autres, faire des liens à partir de la matrice humaine d'existence : ce n'est pas une conversation qui retenait mon attention mais ce qu'elle montrait en amont, c'est-à-dire des codes énergétiques (émotions) qui contiennent une information / A partir de 17h, j’éteignais mes interfaces neuronales, je regardais une série ou autre, seule de préférence / Je vivais plus la vacuité que mon humanité.

    Lorsque j'exerçais encore (et oui, l'autiste que je suis fut thérapeute :) ), j'opérais un balancement automatique de mon corps : c'est un mouvement vibratoire instinctif, l'être quantique incarne physiquement ce monde énergétique et le traduit systématiquement lors d'une pleine concentration multidimensionnelle. Le corps se cale alors sur ses autres dimensions et opère une sorte de mouvement concentrique, un vortex... un peu comme les "fous" que l'on côtoie parfois dans des centres spécialisés et qui se balance en permanence :)

    Ma capacité hypnotique...où dit de façon moins gracieuse, ma capacité à endormir le monde :) Comme je suis très fortement ancrée dans la dimension de la vacuité (cf ce chapitre : vacuité/sommeil), je porte en moi cette fréquence et la "diffuse" autour de moi. Ma plus jeune fille y est par exemple très sensible et nous n'échangeons pas avant qu'elle ne prenne la route car je l'endors systématiquement :) Je régule actuellement cette option et, étant plus incarnée dans ma dimension humaine, je vibre moins la vacuité....

    Pour finir, je dirais que je ne décrypte jamais de prime abord la dimension humaine d'autrui, ce qui donne à percevoir ceci (citation CRAIF) : "les personnes autistes ont une mauvaise appréciation des signaux sociaux ou émotionnels, comme l’intonation de la voix ou les expressions faciales. Elles ont beaucoup de mal à interpréter ce que les autres pensent ou ressentent". Pourquoi ce phénomène ? Parce que l'esprit en moi a toujours eu une vision quantique des êtres et donc un premier regard de l'ordre de la perfection. Je ne vois en premier lieu que la lumière chez autrui et je ne perds pas mon temps à déchiffrer sa personnalité humaine. Je ne le fais que lorsque l'esprit fait son job d'observateur et de programmateur neuronal : alors je "redescends" dans la dimension humaine et je déroule avec acuité la carte émotionnelle de celui/MOI qui me fait face....mais ceci n'est jamais fait à la première rencontre, ce qui laisse à penser que j'ai une capacité limitée à disséquer rapidement le comportement des inconnus. Certains êtres/MOI sont à l'opposé et en une fraction de seconde vont faire le tour de votre personnalité humaine car ils/JE sont des observateurs assidus de tout ce que dévoile "la forme" (expressions, intonations etc...).

    Autisme, esprit, intelligence métaphysique, bref, quels que soient les noms employés, être différent au sein de l'école (et dans la société en général) est terriblement douloureux....excepté à partir du moment ou l'on comprend que cette différence est une bénédiction, que nous voyons ce que "les autres" ne voient pas. A partir de là, un apprentissage conscient débute : rester ce que nous sommes naturellement (un esprit, une conscience quantique individuelle, un autiste, peu importe le terme), et en même temps, un être humain émotionnel parfaitement à sa place dans ce monde, comme il l'est dans tous les/ses autres univers :)

     

    Mesnet Joséphau-Charrier

     

    La partie "non-émotionnelle" est normale pour l'esprit :

     

     





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique