• Un légume souffre-t-il lorsque je le mange ?

    Tous mes écrits sont à lire à partir d'une conscience multidimensionnelle, d'un moment présent qui se modifie dans l’instant présent suivant. Toutes les informations offertes ici sont de l'ordre de la perception plutôt que de la vérité.

    Certains humains se sont posé la question de savoir si un porc, une poule, un homard, une huitre, souffraient lorsqu'on les tue. Ont-ils peur ? Ont-ils conscience de la mort physique qui approche ? D'autres sont allés plus loin : qu'est-ce que la matière, la conscience ? Un aliment est vivant, mais jusqu’où va ce concept ? Si l'on parle d'unité, qu'est-ce que cela induit dans un système de pensée qui ne s'est jamais posé sur ces notions plus globales ?
    SVP, ne brocardez pas ceux qui osent se poser des questions inhabituelles et hors norme.  Il n'y a pas de mauvaises questions, il y a de mauvaises réactions aux questions. 

     

    Un légume souffre-t-il lorsque je le mange ?

    Cette question est récurrente pour tous ceux qui accèdent à une conscience plus vaste. En effet, si je cesse de manger des animaux parce que je considère qu'ils souffrent, pourquoi manger une tomate ? Que ressent-elle, lorsque je m’approche d'elle dans un jardin dans le but de la dévorer ? A-t-elle peur ? Mal ? A-t-elle même conscience de sa fin, de sa mort imminente ?

    Ma réponse est infiniment personnelle. Je ne vais pas évoquer la science ni même certaines mesures vibratoires enregistrées par l'homme lorsqu'il coupe le pied d'une courgette ou d'une betterave.

    Je ne vais pas non plus décrypter ma perception du monde végétal, mais tout simplement afficher mes exigences. Tout est unifié en moi : il n'existe pas un monde extérieur, il n'y a que moi. Je le manipule donc selon ma conscience du moment, avec dextérité et passion.

    Je suis Mesnet, créatrice de moi-même et donc de tout. La notion même de Dieu disparaît, laissant place à l'infime banalité de mon être, dans sa puissante globalité.

    Ainsi voici ma création telle que je la structure : j'ai décidé que les animaux étaient esprit, tout comme moi et que je ne mange pas une entité similaire à la mienne. Par contre, j'exige d'être la tomate dans ma forme binaire : La vacuité. Je me mange, et je ne souffre pas lorsque j’induis cette réalité.

    J'en ai convenu ainsi, je vis dans mon monde tel que je l'entends et j'y fixe mes règles. Moi la tomate, je suis Mesnet et j'aime être source de plaisir pour mon humanité. Dans mon espace physique, je souhaite préserver ma capacité à m'alimenter. Par conséquent, j'imagine ma planète riche d'une source potentielle de nourriture neutre et sans affect, sans prédation.

    Ainsi, à ceux qui me demandent si les fruits et légumes meurent et souffrent, je ne peux vous répondre. Vous êtes Dieu tout comme moi, que voulez-vous créer ? A vous de projeter le monde que vous portez au sein de votre conscience. Ma réponse ne convient qu'à moi-même, elle est le miroir unique de ce que je suis dans l'instant présent.

    J'affirme que je ne ressens aucune douleur, moi la tomate. Cette décision relève d'un choix, mon choix. Il ne s'appuie sur rien et ne s'argumente pas, il est simplement ma réalité du moment : reprogrammer mon interface neuronale m'a tout simplement permis de parler au nom d'une tomate car JE SUIS la tomate comme tout ce qui est.

     

    P.S : tant qu'un être considère qu'il existe un monde extérieur à lui-même, il va le traduire à travers des lois erronées et subjectives. Lorsque au contraire, c'est une conscience unifiée qui observe sa création, elle ne décrypte plus rien, elle ordonne le TOUT à sa guise.

     

    Mesnet, un fruit, un légume, une seule conscience.....

    Lorsque je suis le créateur, je ne décrypte plus les lois afin de les comprendre, je les édicte. Ainsi, dans un espace quantique illimité, toutes les réalités sont miennes même si elles sont opposées : ce qu'évoque le créateur Mesnet peut être différent de ce que structurent tous les autres créateurs individuels et pourtant, tout coexiste, tout est complémentaire.

    (Article édité en 2016)

     

     

    Un légume souffre-t-il lorsque je le mange ?

     

     

     

    Partager via Gmail Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :