• L'école : de la fabrique de crétins à l'école de loisirs

    L'école : de la fabrique de crétins à l'école de loisirs

    Revenons aux sources, à l'origine du mot "école" : aussi improbable que cela puisse paraître, le mot école signifiait à l’origine loisirs ou arrêt du travail. En effet, ce mot est dérivé du latin schola (loisir studieux), qui est issu du grec ancien skholế signifiant arrêt du travail. (Le saviezvous.net)

    Nous le savons tous, l'école contemporaine stimule l'échec et la souffrance, la concurrence et la prédation. Elle est une suite illogique de programmes sans aucun sens, elle s'appuie sur une histoire totalement erronée (voire mensongère !), elle est une structure lourde, effrayante et destructrice. Le développement personnel y est inexistant, on n'amène pas l'enfant à comprendre sa relation à l'autre, l'école les formate au contraire à devenir de parfaits petits travailleurs/consommateurs. Faites ingurgiter des vérités frelatées à de jeunes âmes (et cela durant des années!), vous obtiendrez le résultat escompté : des humains à la conscience étroite et limitée, incapables de se poser des questions sur la société dans laquelle ils gravitent et n'ayant pas la capacité de remettre en cause l'ordre établi.

    Les GJ évoquent souvent leur tristesse face à la mort annoncée de leur village : plus d'école, plus de service public, plus de commerce, plus d'habitant, cette équation ayant été largement encouragée par les gouvernements successifs. Ainsi, on concentre notre jeunesse dans des écoles stériles et surpeuplées dans le but de fabriquer des "esclaves" malléables et corvéables à merci.

    Ce constat étant posé, voici ce qui va se passer dans les décennies à venir : grâce à cette dégradation (et non pas "à cause de", tout est là ! ), de jeunes couples vont prendre en main l'éducation de leur progéniture. Ils vont quitter un système scolaire qu'ils considèrent comme mortifère et vont réinventer l'école....leur école. Ainsi, "devenant l'école", ils vont retrouver le chemin de nos villages, une multitude de maisons vides les attendant de "pierre ferme". D'autres suivront et collectivement, ils réinventeront une "université du savoir"....et le reste suivra : les commerces, un service public adapté (certainement réinventé lui aussi), une communauté soudée...

    N'oublions pas que l'amour que nous ressentons pour nos enfants est un moteur de création sans limite. Ainsi, sans résister au système en place, les Français vont en structurer un nouveau, parallèle à l'ancien et surtout autonome : tout partira de la base (de la famille, du village) et plus rien ne sera centralisé.

    La connaissance deviendra un socle solide et mouvant à la fois. Les structures parentales échangeront leurs protocoles éducatifs mais le fil conducteur restera le bien-être de l'enfant...de tous les enfants ! Ces écoles "d'un nouveau genre" et à la "conscience augmentée" existent déjà, leur expérience sera précieuse dans les temps à venir.

    La r-évolution en cours prendra du temps. Elle demandera aux parents de s'engager et au début, seuls quelques précurseurs s’investiront dans l'éducation humaniste. Mais la matrice du nouveau monde est déjà active, certains (de plus en plus nombreux) refusent de remettre leur plus grande richesse (leurs enfants !) entre les mains d'un régime éducatif qui tient plus de l'asile psychiatrique que d'un organisme d'apprentissage.

    L'école "de loisirs", c'est concevoir que l'enseignement n'est pas une opération de conditionnement mais un appel à l'amusement : je vous invite à découvrir ici les travaux d'Idriss Aberkane, neuroscientifique (vidéo en bas de page), qui nous apprend que notre cerveau (ainsi que celui de tout être vivant) est à son maximum lorsqu'il apprend à travers le jeu.

    Une école évoluée, incubatrice de bonheur, d'intelligence et d'amour, c'est possible ! Seulement, elle ne sera pas inventée et gérée par un état mais par la famille :)

     

    P.S : le titre fait référence à l'ouvrage "la fabrique du crétin : la mort programmée de l'école", de Jean-Paul Brighelli.

    En voici le sujet : "nos enfants ne savent plus lire, ni compter, ni penser. Le constat est terrible, et ses causes moins obscures qu'on ne veut bien le dire. Un enchaînement de bonnes intentions mal maîtrisées et de calculs intéressés a délité en une trentaine d'années ce qui fut l'un des meilleurs systèmes éducatifs au monde. Faut-il incriminer les politiques, les profs, les parents, les syndicats, les programmes ? En tout cas, la Nouvelle Pédagogie a fait ses «preuves» : l'école a cessé d'être le moteur d'un ascenseur social défaillant. Ceux qui sont nés dans la rue, désormais, y restent. Dès lors, que faire ?

    Jean-Paul Brighelli analyse avec une lucidité féroce, sans nostalgie exagérée, cette école de la réussite devenue si souvent école de l'échec programmé et donne des solutions pour une école de demain. Normalien, agrégé de lettres, il a, du collège à l'université, parcouru l'essentiel du paysage éducatif. Longtemps impliqué dans l'édition scolaire et parascolaire, il en démonte au passage les mécanismes et les intérêts convergents." Jean-Paul Brighelli

     

    Mesnet Joséphau-Charrier,

    décrypter l'espace à travers un prisme socio-quantique

    Vidéo "l'intelligence par le jeu", avec Idriss Aberkane :

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • L'énergie de résistance n'est plus d'actualité

    La résistance n'est plus d'actualité

    Hier, j'étais dans le maquis, dans un village détruit par les Allemands. Les tyrans ont toujours su façonner une piétaille aux ordres, prête à s'attaquer aux civils....nous revivons une fois de plus ce scénario millénaire.

    Seulement, la mémoire collective permet une juste évolution : la résistance d’aujourd’hui tire profit des enseignements passés, et puis surtout, nous ne sommes plus les mêmes citoyens qu'en 1939 !

    J'ai déjà évoqué le scénario quantique en cours : l’égrégore GJ a permis d'établir un palier énergétique permettant à ceux qui ont laissé derrière eux l'ancien système de référence, de se rencontrer, de stabiliser le socle d'une nouvelle civilisation, de structurer un nouveau collectif. Tous ceux qui foulent ce nouvel espace de leur âme, sentent que désormais, ils ne sont plus seuls : de nouvelles communautés se forment et l'unité dans le collectif commence à prendre forme.

    Sur ce palier, de nouvelles normes sont incontournables et l'une d'entre elles change tout : résister n'est plus une option envisageable.

    Faisons ici la différence entre résister individuellement à ce qui est et "entrer en résistance" au sein d'une communauté. Il faut comprendre que dans l'ancien cycle, le protocole de résistance n'était accessible qu'aux êtres aux cœurs purs : il s'agissait de penser d'abord au collectif avant de penser à soi-même, de tout sacrifier pour le bien commun.

    Mais même ce "point haut énergétique" n'est plus d'actualité : nous sommes le flux de la création en même temps que nous œuvrons dans ce flux. Résister, c'est nager à contre-courant alors qu'y plonger sans résistance, c'est incarner ce flux.

    Une partie d'entre nous est donc entrée en résistance durant ces derniers mois afin de revisiter une dernière fois ce rôle spécifique. Mais de fait (et de façon très logique d'un point de vue quantique), nous résistons de moins en moins, tout en construisant de plus en plus. Ce phénomène est très visible sur la toile et il n'est pas uniquement lié à la répression, à la fatigue et au découragement : ça, ce sont des arguments humains mais en amont (toujours avoir une perception bidimensionnelle !), ce sont bien de nouveaux codes quantiques qui structurent cette modification dans la trajectoire de tous.

    Vous allez sentir qu'à chaque fois que vous résistez à titre personnel, une onde énergétique vous impose de lâcher prise, de vous remettre à nager dans le flux. Vous allez également intégrer qu'à chaque fois que vous résister à travers le collectif, ce même curseur vous impose un changement de direction.

    Les humains du premier palier civilisationnel ne sont plus adaptés à l'énergie de résistance mais à celle de la construction. Nous sommes des bâtisseurs , ceci devient notre unique ancrage. Nous n'avons plus à subir leur monde, à résister à leurs lois, nous devons simplement façonner notre nouvel Éden.

    Quant à ceux qui dorment encore (la majorité), faisons leur confiance ! Ils sont en charge de la destruction de ce qui reste de notre ancienne matrice, ils s'y emploient avec célérité et passion ! Ils sont à l’œuvre afin de structurer la prochaine étape, un nouveau choc de conscience qui permettra l'éveil de tous. Nous n'avons pas à résister à ce protocole de destruction, car c'est justement le plan :) Ils vont saccager tous les repères sociétaux qui soutenaient encore la croyance que nous vivons dans un monde "normal": plus d'école, plus de santé, plus de justice. Ils vont générer une crise économique qui obligera chacun à remettre en cause son besoin compulsif de posséder des biens matériels. Ils vont amener le vivant (la planète terre) à devoir se réajuster et donc à se "retourner" : la crise écologique mondiale sera sans précédent.

    Les temps qui s'annoncent ne seront pas facile. Une grande partie de l'humanité quittera ce plan. Mais il n'y a pas à résister à cela, nous devons au contraire accompagner ce mouvement, structurer des communautés conscientes qui accueilleront ceux qui auront tout perdu.

    Ne plus résister ce n'est pas abdiquer, c'est comprendre le scénario dans son ensemble et le soutenir. Nul chaos ici, nulle erreur, mais une transition quantique de grande ampleur contre laquelle il ne sert à rien de lutter.

    Ceux qui explosent notre matrice millénaire sont finalement aussi importants que ceux qui commencent à en "tricoter" une nouvelle. Ne nous y trompons pas, c'est toujours ceux qui font le "sale boulot" qui sont les plus forts d'entre nous :) Ce paradoxe ne doit pas être occulté, il permet de ne pas juger cette multitude que "nous laissons derrière nous" et de leur formuler humblement notre gratitude :)

    JE suis à l'origine des bouleversements en cours, tout se passe expressément dans la perfection de MA création :)

     

    Mesnet Joséphau-Charrier

    Ne jamais oublier ici cet ancrage de fusion : JE = nous / "ceux", "ils", "leur" = nous = MOI / la planète terre = MOI...et MOI JE suis/nous sommes la cellule originelle...ainsi, JE suis tous ces êtres, même "ceux" qui incarnent ma sombre lumière :)

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Gilet jaune et prophéties

    PROPHÉTIE ET GJ

    Lorsque L'INVERSION DES VALEURS deviendra la norme, lorsque le "bon" sera conspué et assassiné et le "mauvais" plébiscité et adulé, lorsque le mal deviendra honorable et dessinera le socle de la réussite sociale alors que la bonté et la bienveillance seront brocardées et rejetées, la fin de ce monde adviendra car le temps de Kali Yuga (âge de Kali, ou âge de fer), le quatrième et actuel âge de la cosmogonie hindoue, prendra fin.
    Le texte suivant est une approche prophétique du dernier acte nous menant à la fin de notre civilisation...les GJ représentent la "phase d'après", le nouveau monde, qui devrait prendre son envol en 2028-2030...
    Notre mouvement va durer plus d'une dizaine d'années, il y aura de la fatigue, parfois des décrochages, certainement du découragement....mais nous y sommes ! Ne lâchons rien, c'est l'aboutissement de millénaires d'évolution, alors que sont quelques années de plus ?!

    Mesnet JC

    ULTIMES TRIBULATIONS EN KALI-YUGA
    Les gens sentent bien que rien ne va plus, les forces chaotiques n’en finissent plus de se répandre à travers les crises (voulues), les guerres qui n’ont jamais été aussi nombreuses et destructrices, perfides et perverses, une société atomisée, « anomique » (qui est comme le reflet des individus qui la compose) où l’inversion des valeurs atteint son paroxysme, l’âge de la grande Parodie est là…Serait-ce la Fin des Temps ?

    Il nous semble donc opportun, aujourd’hui, de rappeler ce que d’éminents 
spécialistes de la cyclologie traditionnelle ou de la doctrine 
traditionnelle du mouvement cyclique de l’histoire, ont pu écrire à ce 
sujet afin de nous éclairer un peu plus sur ce thème de la cyclologie, 
science sacrée de la structure qualitative du temps. Nous rappelons en 
premier lieu que tout développement cyclique, c’est à dire toute 
manifestation, implique un éloignement graduel du Principe, une 
dégénérescence, une involution, une chute au sens judéo-chrétien (c’est ce que suggère le symbole de la spirale entre autre…) : replacé dans ce contexte, le monde moderne représente la manifestation des possibilités les plus basses du cycle. 

Nous ne pouvons que vous encourager à lire les ouvrages capitaux de 
Gaston Georgel, qui s’appuient, entre autres, sur l’oeuvre magistrale 
de René Guénon. « N’éteignez pas l’Esprit. Ne méprisez pas les prophéties. Au 
contraire, éprouvez tout et retenez ce qui est bon… » Saint Paul ; retenez ce qui est bon: voilà un conseil plus que judicieux pour notre 
humanité.

    La Prophétie, donnée non-humaine, divine, transcendante, 
s’adresse à l’intelligence du coeur, elle dépasse pour ainsi dire, 
tout en l’englobant, la seule raison. 

Nous nous permettons donc de livrer ceci à votre sagacité : 

Les travaux de Gaston Georgel, se basant sur les données 
traditionnelles des cycles cosmiques (hindous, chaldéens, grecs, Judéo-chrétiens…) mais également en confrontant ces données avec d’autres prophéties, la Prophétie des Papes de Saint Malachie, la 
prophétie du Roi du Monde de Ossendowski, les écrits de Nicolas de
Cuse, situent cette Fin des Temps vers 2030 (bien qu’il soit 
impossible de préciser cette date exactement car « Nul n’en connait ni 
le jour, ni l’heure » car ce « moment » crucial se situe hors du temps,
en effet, le temps ne sera plus!).

    La période 2012-2030 serait une 
période de destructions, de guerres, dernières épreuves terribles que 
l’humanité endurera. Cette date de 2030 est toute « théorique » pour 
Gaston Georgel qui estime que la date « réelle » serait 2028, soit 2000 ans 
après le début de la vie publique du Christ et 111 ans après la date 
cruciale de 1917 (avènement du communisme, déclaration Balfour).

    Il est à noter que cette date de 2030 pourrait correspondre à celle de 
l’eschatologie islamique, telle que développée, entre autre, par l’excellent 
savant Sheikh Imran N. Hosein. Dans plusieurs conférences ce dernier précise que 
la venue du Dajjal, le faux Messie, l’Antéchrist, ne saurait se 
trouver loin de nous…certainement pas 50 ans, mais plutôt 10 voire 
20 ans selon lui…nous citons ici de mémoire.

    Nous ne rentrerons pas dans le détail des calculs, cycles premiers, 
secondaires etc, et laissons libre le lecteur de se tourner ou pas 
vers la lecture de ces ouvrages qui fourmillent de données, 
d’informations essentielles afin d’approfondir la connaissance de 
cette « Musique des Sphères » du Divin Architecte qui a tout crée 
suivant le nombre, le poids et la mesure.

    Mais, si le monde moderne, qui doit clôturer le Kali-Yuga, le dernier âge, est le monde le plus décadent, le plus violent, le plus agressif, le plus obscur, le plus pauvre intellectuellement et spirituellement, 
il faut absolument noter, au risque de passer à côté de son absolue 
nécessité, qu’il s’intègre parfaitement, le plus harmonieusement 
possible, dans ce concert des âges voulu par Dieu, il participe 
nécessairement du processus cosmologique en en constituant comme
l’extériorité anéantissante. Ce monde-ci n’est ni « bien » ni « mal », il 
est nécessaire !

    Il ne sert à rien de le haïr, il faut le comprendre, 
comprendre son harmonieuse insertion dans la Totalité, car seule cette 
vision globale peut nous amener à percevoir la jonction des extrêmes 
qui nous attend. Cet âge de Fer possède ses propres privilèges qui, par un processus de compensation, allègent les souffrances inhérentes à ce monde… Souvenez-vous qu’il avait été demandé très peu aux ouvriers de 
la onzième heure, ils reçurent même récompense que ceux qui avaient 
supporté tout le poids du jour et de la chaleur.

    Le privilège le plus important qui nous est accordé est celui de la 
 « prononciation du Nom Divin », attesté dans toutes les traditions. 
L’invocation de Dieu seule permettra à l’homme d’assurer le salut de 
son âme : la prière onomastique. Le grand saint Hindou Shri Ramana Maharishi assurait même certains de ses visiteurs occidentaux, qui 
croyaient vaguement en « quelque-chose » de supérieur (vous conviendrez 
que ça reste vague effectivement) que cela était suffisant.

    

Transfigurer par l’Amour, qui est Vérité et Lumière, le monde de Kali, se tenir silencieux devant le brouhaha chaotique de la modernité, voilà le vrai combat héroïque le plus efficace, quoiqu’en pensent les 
affamés d’agitation, ne parlons pas d’action, car l’action au sens 
traditionnel est tout autre chose que cette vaine et stérile 
agitation, qui ne fait que rajouter du chaos au chaos. La rénovation 
totale du monde passe inévitablement par celle de l’homme, en fonction 
de l’analogie du macrocosme (le monde) et du microcosme (l’homme).

    « L’homme est un petit cosmos et le cosmos est comme un grand homme » comme le souligne Ibn’ Arabi.

    Cette loi de correspondance met en relief l’unité du monde et l’intrinsèque solidarité de l’homme envers tout ce qui existe.

    « Qui n’a pas rejeté sa volonté n’a pas La Volonté » (Rumi). Retrouver, 
ne serait-ce que par instants fugaces et qui parfois nous semblent 
insignifiants, le Non-Agir (Wu-Wei) qui est la Voie du Ciel et par 
conséquent la véritable Action. « ‘Je’ ne fais rien » nous dit la 
Bhagavad Gîta, phrase à laquelle celle de Saint Jean fait écho: « Je ne fais rien de moi-même ».

    « Avant de vouloir réformer les institutions, réformez-vous vous mêmes,
après nous verrons ! » avertissait Ramakrishna. C’est pourquoi devant la 
dureté du monde, qui va de pair avec sa physicisation (dont parlait 
René Guénon), il est nécessaire d’ouvrir son coeur à l’Intelligence 
divine qui réchauffe et apaise et permet, si Dieu le veut, de 
transcender le monde manifesté.

    La Réalisation spirituelle, qui est le 
but ultime de l’homme, constitue par conséquent le meilleur moyen de 
lutter contre la décadence qui sévit dans le monde 
d’aujourd’hui : « Cherchez d’abord le Royaume de Dieu et tout le reste 
vous sera donné par surcroit » Saint Luc. Trouver la Lumière intérieure 
qui est « Verbum, Lux et Vita » de laquelle découlera inévitablement la Cité de Dieu, voilà le « surcroit » dont parle le Christ !

    L’Amour qui unit et ne divise pas, l’Amour qui résout les contraires, 
qui est Liberté absolue, comment ne pas penser à la recommandation de 
Maître Eckhart : « Gardez-vous de vous conduire comme si vous étiez ceci 
ou cela, mais tenez-vous en la liberté de la nature humaine indivisée. 
C’est pourquoi si vous voulez être Un, abandonnez toute négation car 
la négation cherche et sépare. » Il ajoutera même: « C’est le non qui 
brûle en enfer. »

    Nous avons employé le mot « Amour », mais nous aurions pu parler 
d’ « Intelligence », de « Conscience », ces mots sont intrinsèquement 
similaires dans leur essentialité, ils ne font qu’un, représentant les 
différentes facettes d’une seule et même Réalité.

    Comme le Sat-Chit-Ananda de la Tradition Hindoue: Etre, Conscience, Béatitude, termes exprimant par le langage cette même Réalité, La Réalité Incréee et Incréable, Inexprimable et 
Inexprimée dont le Silence représente le symbole le plus éloquent en 
suggérant l’incommunicable état qui est au-delà de toute pensée. Une infime partie des hommes du dernier âge, de l’âge de Fer, 
cherchent à contrôler l’humanité, se prennent pour Dieu dans une 
inversion satanique de l’ordre des choses, leur but est de maintenir 
la majeure partie des êtres humains ignorants, à la périphérie de leur 
propre centre, de leur propre être, périphérie qui est alors le lieu 
de l’illusion et de la manipulation, c’est pourquoi ce monde est le 
monde de l’excentricité, du divertissement, bref, de tout ce qui est 
capable de troubler l’intériorité de l’homme, n’existe que ce qui est extérieur, tangible; ce monde du tout-physique, où il ne peut y avoir d’autre réalité que celle que l’on veut bien vous montrer maintient 
l’homme dans cet état de soumission totale, l’homme n’a jamais été 
finalement aussi esclave et l’ironie consiste en ceci que jamais il ne s’est cru 
aussi libre et affranchi de tous les soi-disant obscurantismes des 
âges précédents, mensonge et inversion totale !

    « Comme certains parlent de pureté, qui se sont toujours considérés 
comme supérieurs au porc domestique. Comme certains parlent de 
liberté, qui adorent et repeignent leurs chaînes. Comme certains 
parlent d’amour, qui n’aiment que l’ombre d’eux-mêmes. Ou de 
sacrifice, qui ne se couperaient pour rien le plus petit doigt. Ou de connaissance, qui se déguisent à leurs propres yeux. Comme c’est notre grande maladie de parler pour ne rien voir. » René Daumal « La guerre 
sainte ».

    Comme ces mots sonnent juste… 

Cette volonté de maintenir l’homme à la périphérie de son être, loin 
de la Source de Lumière, s’accompagne forcément également du maintien 
de la population dans un état de peur permanent, c’est l’ « anxiogènité » totalitaire (il faut noter que le but des soi-disant chaines d’information et leur multiplication, n’est pas autre: noyer 
la conscience de l’individu sous un flot incessant d’informations 
anxiogènes: crises (voulues), guerres, faits divers sordides, maladies 
etc etc) qui soumet l’individu en le contraignant à un état de stupeur 
paralysant (stupeur et stupidité ont la même racine, stupefieri, être 
frappé d’étonnement, être engourdi…) état dans lequel celui-ci 
abandonne alors le peu de liberté(s) qu’il lui reste. On contrôle 
mieux, effectivement, par la peur qui fige les facultés 
intellectuelles de l’être humain.

    Mais l’âge des Ténèbres ne peut 
ainsi répandre son voile d’obscurité que si, et seulement si, la 
Source de Lumière reste éloignée…car, en effet, l’obscurité n’existe 
pas, n’a pas de réalité propre…c’est tout simplement une absence de 
lumière. ( Les travaux de Mark Passio sur ce sujet de la manipulation, 
du « mind control » sont très judicieux…pour ceux que cela 
intéresse.). Cette Source de Lumière est là, Présente de toute 
éternité (« L’instant où Dieu créa le premier homme, et l’instant où le dernier doit disparaitre, et l’instant où je parle, sont égaux en Dieu et ne sont qu’un instant » Maître Eckhart), ce n’est pas un état à 
conquérir, mais un état à redécouvrir.

    Pour conclure, nous reprendrons les dernières lignes de notre ouvrage: 

L’âge sombre de l’âge sombre, oppressante actualité et incontournable 
destin, est une épreuve qui nous est impartie, et qui vécue comme 
telle peut être le prélude à une quête spirituelle, intimant des 
interrogations profondes et intériorisantes : le monde pour le Sage 
n’est qu’une apparence qui n’a aucune réalité.

    Cette voie héroïque, 
en ces temps où la lumière spirituelle est voilée et les enseignements 
cachés, se trouve en quelque sorte compensée en dépit de la loi 
descendante des cycles: car, si le Kali-Yuga, et plus encore sa phase finale (le monde moderne), est un âge de destructions terribles, ceux qui y vivent et ne sont pas emportés par le courant obtiennent, en se 
donnant fort peu de peine, des fruits difficilement accessibles aux 
hommes des autres âges.

    « Que votre coeur ne se trouble point, et ne s’alarme point. » Saint Jean.

    Texte de Thierry de Crozals
    Source : le nouveau paradigme

    Photo : opposée au sujet mais justement, l'illuminant.
    (Le Kali Yuga tire son nom du démon Kali (âge sombre), qui ne doit pas être confondu avec la déesse Kâlî (âge d'or).

    D'autres civilisations disent la même chose concernant la fin d'un monde (fin de cycle) lié aux valeurs inversées. La prophétie de Thot, en Égypte, n'est qu'un autre exemple parmi beaucoup d'autres : "le mystique sera tenu pour fou, le fanatique passera pour un héros, le pire criminel pour un homme de bien."

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Ou en suis-je depuis un an ? J'accompagne la convergence des communautés...

    Ou en suis-je depuis un an ? J'accompagne la convergence des communautés...

    Il y a plus d'un an de cela, je cessais toutes mes activités thérapeutiques et je stoppais l'écriture concernant l'émergence du soi, puisque cette programmation spécifique était terminée (ICI). Par contre, je commençais une nouvelle épopée : la projection d'un collectif unifié : le passage du Soi à MOI (qui est chacun, qui est tout), débutait...

    Citation juin 2018 : "en résumé, durant un temps indéterminé, je me focalise sur l'étude du Soi individuel. Le Soi n'agit pas par narcissisme mais pour actionner de nouveaux programmes quantiques, il ne doit se préoccuper que de lui, lui, lui et ne parler que de lui, lui, lui, afin de se concentrer sur les lois internes de projections constituant sa personnalité multidimensionnelle. Puis, lorsque j'existe vraiment, je/JE m'efface afin de structurer le MOI collectif, je ne parle plus de MOI,moi, moi, JE deviens anonyme, Présent mais transparent. JE mets alors au travail MES nouvelles communauté de conscience afin d'instituer une civilisation constituée d'unité. Autrement dit, JE passe du petit corps atomique au grand corps cosmique, de la pensée individuelle à la pensée collective". (Texte intégral : ICI)

    Pour faire court, disons donc que de toute ma vie, je n'ai jamais intégré de groupes, de quelque nature que ce soit. Il n'entrait pas dans mon processus d'étude quantique de visiter les anciennes "données" initiant la notion de "rassemblement" :) Car avouons-le, quel que soit le groupe en question, l'énergie y était toujours fragmentée, limitée, elle était celle de l'ancien cycle. La sphère spirituelle par exemple, n'a jamais été la MIENNE, même si j'ai gravité dans ce "milieu" durant de longues années : beaucoup trop d'ego, de concurrence et de connaissances obsolètes...mais ici attention, lorsque je parle d'ego, je ne parle de l'ego des autres, mais du MIEN :) Il serait incongru aujourd’hui d'affirmer que "Mesnet" était seulement confronté à l'ego des acteurs spirituels et pas au "sien" ...non, il s’agissait bien de MON programme égotique (à lire ici : MON ego).

    Ainsi, malgré de bonnes relations avec mon environnement le plus proche, ma "bulle de réalité alternative" était assez restreinte finalement. J'avais beau "visiter" toutes sortes de communautés, elles se limitaient toutes à elles-mêmes : la communauté spirituelle parlait uniquement de spiritualité, la communauté politique parlait uniquement de politique, la communauté sexuelle parlait uniquement de sexualité, etc, etc...

    D'ailleurs à ce propos, je travaille avec la communauté sexuelle comme je travaille avec toutes les communautés :) Ceci n'est ni caché ni affiché, c'est simplement créé, affirmé et vécu :)  Pour ceux que cela intéresse, j'ai écrit quelques articles à ce sujet, ils sont accessibles et évoquent mon cheminement dans cette strate inusitée. Cette expérience spécifique a bien évidement généré une "réaction" dans l'ancienne matrice de conscience : jugement, moquerie, rejet...la communauté spirituelle ne pouvait "entendre" cet exercice : nous ne devons pas uniquement nous projeter dans les hautes sphères mais au contraire, adouber  notre humanité telle qu'elle est et l'aimer, la transmuter, la comprendre....

    J'en était donc là l'année dernière et puis, MA conscience globale (la nôtre, c'est équivalent) a initié un espace de conscience élargi qui a pris la forme "d'un gilet jaune" :) Et c'est ici que très concrètement, la convergence des communautés s'active :)

    Je vais exposer ce phénomène à travers mon expérience "personnelle" : je suis propriétaire d'un domaine à louer, qui reçoit du collectif depuis plusieurs années. Mais c'est aujourd'hui que l'ampleur du travail effectué durant toutes ces années prend toute sa saveur : nous ne parlons pas de spiritualité ou de conscience quantique, nous l'incarnons ! Les groupes se dissolvent dans la "communauté du domaine", cela devient un "pôle" de fusion et d'unité : empathie, gentillesse, douceur, joie de créer ensemble, pouvoir sphérique plus que pyramidale, non-jugement, accueil, ego stimulant, bienveillance, nous devenons une communauté solide et pérenne. Je dis "nous", car il ne s'agit pas uniquement de moi, mais d'une véritable communauté qui œuvre à inventer le nouveau monde...

    Voilà, nous y sommes ! J'avais écrit ces mots l'année dernière et cela devient vérité : JE suis l'amont de tout, JE le sais et JE le vis au sein même de MON humanité. C'est ici que l'enseignement, la guidance, la maîtrise, la propagation d'un savoir qui évoque MA présence et MON absence ne sont plus actualisés. Dans la/MA nouvelle civilisation à venir "maintenant", nous n'inventons pas une "nouvelle spiritualité" mais nous sommes tout bêtement MOI, sans ressentir le besoin d'en parler, de l'affirmer, de le diffuser :) Nous allons vérifier que dans quelques générations, nous ne parlerons plus de spiritualité, d'éveil, d'amour, de communauté de conscience, de partage, d'empathie...nous/JE serons une communauté d'amour :) Tout ce parcours spirituel collectif et personnel nous semblera appartenir à un passé désuet et lointain :) (Article complet ICI)

    Désormais, tout fonctionne tout seul, sans rien forcer. Tout est fluide et léger. Tout est simple et banal et en même temps magique. La communication quantique (ICI) commence à fonctionner...pour ceux qui connaissent ma vidéo mettant en images des bancs de poissons, je dirais que nous devenons aussi intelligents que des poissons...et non l'inverse :) Bref, j'en suis là aujourd'hui, j'appartiens à une communauté du nouveau monde :)

    Elle n'est pas la seule et chaque nouvelle communauté fonctionne sur le même modèle énergétique : la connaissance et les sujets ne sont plus compartimentées ou limitées à des intérêts spécifiques, on y parle de tout, on y vibre tout : mode, GJ, couple, politique, sexualité, thérapie holistique, énergies renouvelables, monde animal et végétal, agriculture, art, écologie, habitat, alimentation, voyages, tourisme, bref, tout ce qui constitue notre quotidien. Seulement ce quotidien est appréhendé à partir d'une strate de conscience plus ample : MA conscience à travers chacun d'entre-moi, et cela change tout ! Ce ne sont plus les individus qui sont au centre de ces structures mais MOI/nous qui suis le centre de tout. Et quelle respiration, quelle joie de participer humblement à cette création collective !

    Le temps est venu des communautés "non spécifiques" ou "non segmentées", commencent à apparaître : il s'agit d'unifier toutes les réalités plutôt que se polariser sur une seule d'entre elles.

    Je suis très fière d'avoir participé à cela et je remercie tous les acteurs du renouveau qui stimulent ce nouveau souffle de création :)

    Le potentiel activé me concernant : un festival en préparation sur la sexualité humaniste ; des séminaires auxquels je participerais peut-être et à titre gracieux, durant quelques heures et afin d'évoquer le potentiel d'une programmation neuronale à partir d'un espace de conscience quantique ; des soirées, mariages, événements...bref, la vie du domaine prend son envol car portée par une communauté qui se l'est approprié...tout est juste et parfait...

     

    Mesnet Joséphau-Charrier,

    l'évolution éternelle et mouvante...

    Ou en suis-je depuis un an ? J'accompagne la convergence des communautés...

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Les gilets jaunes imposent la réalité

    Les gilets jaunes imposent LA réalité

    D'un point de vue quantique, réaffirmons qu'actuellement, bien au-delà d'un mouvement social, nous sommes devant un reconditionnement de la matrice dimensionnelle : nous passons d'un espace de conscience limité à un espace de conscience illimité.

    Ainsi, quels que soient nos actes et notre implication dans l'égrégore GJ, nous avons déjà gagné car le but de ce processus n'a jamais été de crier nos revendications dans des manifestations diverses et variées, le but était d'imposer LA réalité partout et tout le temps et c'est fait : tous les citoyens Français "voient jaune" chaque jour, c'est-à-dire que dans les médias ou ailleurs, quelque chose ou quelqu'un les oblige à valider que nous arrivons au bout de "ce monde" ou tout au moins, l'incite à se poser des questions sur l'avenir de la société.

    Nous avons fait naître de la rage chez certains (ceux qui profitent du système bien souvent), des doutes, de l'espoir, de la fraternité, de l'intelligence collective....bref, nous avons permis à chaque espace de CONSCIENCE de s'ouvrir....et même si cette ouverture est encore minime pour une grande majorité "des gens", il n'y aura pas de retour en arrière, nous ne pouvons désormais qu'avancer vers plus de conscience, encore et encore....donc oui, les GJ sont un égrégore précieux, un pilier fondateur du nouveau monde.

    Voyons dans les faits comment notre perception éclairée contraint la "pensée collective" : le grand débat ? C'est grâce à nous. Les questions sociales et fiscales ? C'est grâce à nous. Une nouvelle façon de concevoir la politique ? C'est grâce à nous. Le pouvoir de prédation des multinationales ? C'est grâce à nous. La remise en cause de l'intégrité des gouvernants ? C'est grâce à nous. Le RIP pour l'aéroport de Paris ? C'est grâce à nous.

    L'énergie de vérité que nous déployons est telle, que plus aucune distorsion ne peut rester dans l'ombre. Nous imposons la réalité, nous permettons à des questions transcendantales d'éclore dans la psyché collective et surtout nous y apportons des réponses : nous pouvons sauver cette planète et ses habitants, c'est le message d'espoir que nous véhiculons intrinsèquement...

     

    Mesnet Joséphau-Charrier,

    observer le mouvement des gilets jaunes à travers un prisme socio-quantique

    Les gilets jaunes imposent la réalité

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires