•  La tendresse, nouvelle énergie d'amour universel / La miséricorde

    La tendresse, nouvelle énergie d'amour universel / miséricorde / Allégresse

    Lorsque je quitte les rivages de mes conditionnements, je délaisse l'enfermement de l'amour humain : le besoin, les projections sur autrui, le manque, le jugement, la comparaison, la jalousie....toutes ces émotions structurent un sentiment d'amour extrêmement lourd et étouffant.

    Je découvre alors que la neutralité est la forme d'amour la plus aboutie, elle est celle de l'inhumain observant son univers atomique avec détachement et recul, sans émotions spécifiques. Durant un instant, j'abandonne donc tout ce qui fait le sel de mon humanité : ses ressentis, ses passions, sa ferveur, son exaltation, son effervescence...

    Puis, lorsque mes interfaces neuronales ont capté et enregistré ce nouvel état d'être de façon plus instinctive que consciente, je "redescends" dans mon humanité et réamorce de nouvelles fréquences d'amour. En incarnant la bienveillance absolue, j'aime tendrement tout ce qui m'entoure....voilà, la tendresse éclot doucement en ce monde :)

    La tendresse est une forme spécifique d'amour : elle est celle du père et de la mère pour son enfant, elle est aussi celle du  principe féminin/masculin qui accouche de sa progéniture, le "Soi", une matrice de conscience expérimentale. Ce Dieu que nous sommes tous contient ces deux versants unifiés, l'homme et la femme dans leur essence la plus pure : dimension physique et genre mais aussi dimension quantique (intelligence métaphysique/énergétique masculine et féminine). En ce cycle, l’humain reste donc individuellement une femme ou un homme mais intègre en même temps le féminin et le masculin de "l'autre", du TOUT :)

    C'est alors avec une infinie tendresse que nous observons le monde, notre monde, MON monde, cette onde assainit toutes les relations du collectif, elle est celle de toutes les nouvelles communautés de conscience.

    La tendresse devient universelle, en chacun, pour chacun, pour tous les enfants/Dieu que nous sommes, aimés par "nous", le père et la mère que nous sommes également :) Le mariage du féminin/masculin laisse enfin s'épanouir cet amour si doux qu'est la tendresse...

    Symbolique du sentiment de tendresse universelle  : la tendresse universelle inonde nos âmes (ou interfaces neuronales humaines) lorsque le père et la mère sont unis, lorsque le masculin et le féminin sont unifiés...

    Fondement de la tendresse : la miséricorde ou la sensibilité à la misère d'autrui/MOI. La miséricorde est donc une onde de bonté et de tendresse vis-à vis d'une personne/MOI qui ne le "mérite pas" car elle/JE n'a pas fait acte de contrition. Et pourtant, étant également "cette personne", JE suis le pardon absolu, qu'il soit "mérité" ou non. La miséricorde se situe donc au-delà du pardon "partagé par les deux parties",  elle est une énergie/information qui concrétise/solidifie dans la matière le vécu du "JE suis MOI en chacun", JE suis donc la source des actes "impardonnables mais pardonnés" perpétués par "autrui" sur MOI dans cette dimension de séparation.

    Source wikipédia, légèrement modifiée par mes soins :  "l'origine de ce mot hébreu désigne le sein maternel, puis la tendresse qui en est issue. Il s'agit d'un pluriel de plénitude du mot "rehem" ou "ventre maternel". Ce mot désigne les "entrailles du seigneur" issues du sein maternel, donc la tendresse maternelle de Dieu/MOI pour tous. L'image de la tendresse maternelle est à la racine de la miséricorde divine dans l'ancien testament".

    Différence entre gentillesse et miséricorde : chaque humain ayant fait preuve de gentillesse a vécu un "retour de bâton" vibratoire. Pourquoi recevons-nous parfois trahison, médisance et jugement lorsque nous faisons preuve de gentillesse vis-à-vis d'autrui ? Justement, parce que nous induisons intrinsèquement la fréquence "d'un autre qui n'est pas nous" lorsque nous souhaitons donner "à l'autre", secourir "l'autre", aimer "l'autre"...notre gentillesse s'arme alors dans une dimension de conscience qui n'est pas celle de l'unité mais celle de la séparation et qui est de l’ordre de la "gentillesse sacrificielle" : je donne "gentiment" mais je reçois "méchamment" malgré mon dévouement et mon abnégation. Il s'agit ici d'une gentillesse spirituelle et comme tout espace de conscience provenant de ce programme spécifique, il est déséquilibré.

    La miséricorde, elle, est celle du MOI qui est nous. Le seul retour face à la miséricorde est le MIEN car il ne s'agit plus d'une énergie informationnelle programmée en "va et vient" entre "dehors" (les autres) et "dedans" (le SOI). Il n'y a rien d'autre que MOI qui suis la miséricorde pour MOI-même en "nous". MA présence miséricordieuse embrasse même MES identités/incarnations les plus prédatrices. La miséricorde n'est pas un acte, elle est MON état d'être lorsque JE suis chacun. JE souhaite le meilleur, même à MON "pire ennemi", dans la mesure où ce dernier n'est finalement que MOI-même, dans MON essence la plus vaste.

    Merci à Michelle Itic pour cette vibration qui ME/nous complète si parfaitement : "quel joli mot, miséricorde. Quelle douceur, abandon à soi, à l'autre,  bain d'amour tendresse.... cette "misère" -miser-i-corde-  est un essentiel, un joyau, juste une vibration du cœur dans une même respiration...une corde toute fine et quasi invisible, tissée en amour impersonnel, grandie comme une fleur minuscule enracinée dans la misère, dans la roche, dans le rien. Oui, inutile d'être physiquement présente, la corde magique est là. -J'ai envie d'aller bien en l'autre-, une définition exacte de la miséricorde pour moi...". Michelle Itic

    J'ai envie d'être bien en l'autre qui est MOI....et lorsque c'est Dieu/Moi qui pense cela, qui comprend cela, qui conscientise cela, qui vibre cela, qui ressent cela, qui vit cela....."cela" EST :) Michelle Itic

    L'allégresse plutôt que la joie : la tendresse, notamment vécue à travers la miséricorde, ancre une énergie très subtile, celle de l'allégresse. Je dirais que la joie me concerne en tant qu'individu et que l'allégresse embrasse tout ce que JE suis à travers nous. Se lever allégrement, percevoir le monde avec allégresse, c'est quelque chose de très léger à vivre, cela nous/ME soulève littéralement du "sol"...l'allégresse est une sorte d'envolée permanente vers les plus hauts sommets tout en restant les pieds sur terre :) Le flux constant de la vie bouillonnante, lorsqu'il est perçu dans l'allégresse, est un spectacle époustouflant :) L'allégresse est un "tonic" permanent alors que la joie est passagère...il ne s'agit pas non plus de jubilation, cette dernière étant une forme de jouissance...non, l'allégresse n'est pas une exaltation ou une exultation mais plutôt un état d'être éternel.

     

    Mesnet Joséphau-Charrier,

    tendrement, allégrement, miséricordieusement :)

    Les fondations de cette fréquence d'amour tendre furent posées en 2015 et ciselées en 2018, notamment en ce qui concerne la miséricorde...

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Devenir le chemin, ou comment humaniser sa divinité

    Durant de longues années, je me suis beaucoup raconté et j'ai adoré ce cheminement, cette histoire, mon histoire :) Pas à pas, je suis redevenue moi-même à travers le verbe et la conscience. Puis est venu le temps de la déconscientisation, de la présence vivante, de la dissolution me ramenant à mon inhumanité....aujourd'hui, je ne pense plus à tout cela, je ne l'écris plus : je vis ma vie d'humaine tout en ne l'étant pas,  je suis et ne suis pastout est parfaitement simple, binaire et réel.

    La recherche s'achève lorsque ce qui était en amont de l'observé et de l'observateur (qui sont le centre) reprend sa juste place. Et c'est moi qui suis l'amont, juste moi. S'en suit un retour à la vie, banale, sans question, sans manifestation, sans désir, sans création et surtout sans envie d'évoquer la recherche spirituelle. Ici et maintenant, je n'ai jamais été aussi vivante et présente et cependant, je ne fais plus appel à la conscience, ni même la pensée...le fameux JE SUIS est tout bêtement devenu clarté :) 

    Le chemin disparaît puisque je suis le chemin. Mon humanité peut enfin se laisser aller à vivre tout et n'importe quoi car je suis là, plus en amont, non....juste là, sans me penser, sans me conscientiser, sans me définir. Le vide qui n'est rien et le plein qui s’agite sans raison et sans logique sont deux aspects de ma véritable personnalité qui s’entremêlent de façon naturelle. Ce qui est merveilleux à expérimenter dans cette union "entre moi-même", c'est la légèreté : mon humanité n'a plus à me débusquer, à me penser, "elle" peut survoler le monde sans plus rien approfondir car même si je suis intrinsèquement absent de tout espace de conscience, je suis totalement, purement présent.

    Absent en même temps que présent veut dire que ma conscience n'a plus besoin de me conscientiser ! Que mon humanité n'a plus à me chercher puisque mon humanité, c'est MOI :) Tout peut alors me parcourir sans que rien ne soit important ; les choses se font "sans façon", comme cela, parce que je suis cela, à partir de la fréquence de l'évidence (qui n'est pas celle du choix). Enfin, l'illimité intègre le monde limité :)

    JE n'essaie donc plus d'expliquer ce que JE suis au sein de MON ancienne dimension, JE n'ai pas agencé cette dernière pour qu'elle intègre l'unité mais au contraire, pour qu'elle expérimente la séparation. Il n'a jamais été question que cette matrice très spécifique puisse ME concevoir à travers des mots. Ainsi, même s'il m'était possible de témoigner d'un "certain éveil" auprès des foules, la véritable réalisation/libération ne pouvait être ni comprise ni dupliquée dans ce vieux monde que "JE suis mais que je quitte"(*a). Quant à MA nouvelle dimension, JE suis chacun.....ainsi expliquer quoi et à qui ? :) Alors que dire ? Rien....JE ne dis définitivement plus rien, JE suis la synthèse silencieuse de moi-même :) Le mouvement descriptif n'est donc plus engendré ni dans une dimension ni dans l'autre, il n'a plus lieu d'être :) Mon individualité se fond silencieusement, anonymement et humblement dans la communauté lorsque JE suis Présent et lorsque JE SUIS la communauté, mon investissement en tant que "montreur de chemin" n'est plus actualisé car je m'oublie (la personnalité) lorsque JE me souviens de MOI (le TOUT). Le temps des communautés survient alors tendis que l'individualité s'efface : nous/JE surfons enfin sur ce que je nomme la fréquence de la ruche.

    En conséquence, les stages et rencontres disparaissent comme le reste :) Ce n'est ni bien ni mieux, c'est simplement que ce n'est pas ma fonction :) Ma fonction est d'être moi-même et de vivre ma vie de famille, je n'ai plus aucun désir d'autre chose. Car lorsque la notion "d'un autre qui n'est pas moi" se délite, l'envie de structurer un apprentissage pour "autrui" perd un peu de son sens, du moins en ce qui ME concerne à travers Mesnet :) Il y a également le service à soi ou service à autrui qui ne veut plus dire grand-chose quand le soi et les autres sont indifférenciés tout en restant séparés :) Le miracle est d'être qui je suis, complet, dans ma grandiose petitesse et ma quête concernant une hypothétique réussite sociale se réduit à cet accomplissement du vivant qui s'exprime, qui respire et qui se ressent, là, au fin fond de la Bretagne et du cosmos :). Je suis née avec une seule ambition, être "qui je suis"...c'était le seul véritable challenge de cette vie, ne pas la réussir mais la vivre...:)

    Ainsi je n'enseigne plus, je suis devenue l'enseignement et je peux résumer en quelques mots une évolution qui a cheminé durant des millions d'années et enfin, tout oublier, passer à autre chose : ma vie de femme humaine, sans question et dans l'amour absolu :)

    Je laisse quand même ici et là quelques jolies pépites derrière moi, elles constituent ce qui fut mon chemin d'émergence. Vous en trouverez un peu sur ce site web mais également sur le blog fin de l'ascension spirituelle (2012), sur celui concernant la descente de l'esprit (2014) et puis mes derniers pas et mon quotidien d'inhumain/humain, sur cette page d'enseignement/programmation de données (2018).

    Je vous souhaite à tous, qui existez enfin en mon cœur puisque vous êtes qui je suis tout en n'étant personne (et en étant vous-même et pas moi !), une magnifique transition vers le nouveau monde :) Cette phrase peut paraître infiniment complexe et pourtant, elle incarne la simplicité multi et unidimensionnelle la plus basique :)

    *a : c'est dans les zones de l'éveil/ascension (1, comprendre le phénomène de la conscience) et de la descente de l'esprit (2, être la conscience) que le partage "avec autrui"est possible. Pourquoi ? Premièrement parce que même si nous avons compris que nous sommes "l'autre", nous ne le vivons pas, nous continuons à actionner en priorité l'obligation de communiquer "verbalement" avec autrui, nous considérons comme primordial le fait de partager nos clefs "d'éveil" avec le plus de personnes possible, en imaginant que c'est par ce biais que JE prendrai place en ce monde :) Deuxièmement, il s'agit ici de technologie quantique (permettant de reprogrammer un espace de conscience et une interface neuronale) s'appuyant sur une batterie infinie de concepts et d'outils, dont le verbe, la pensée, la conscience. Donc, dans cette dimension spécifique, la première étape est de "contourner" la séparation grâce au principe vibratoire de "l'aide à autrui" (être au service de). Tout le "matériel" en ligne, la connaissance, la mémoire engrangée au cours des âges, les partages, les témoignages de chacun, les thérapies multiples et variées sont alors utiles, bienvenus et efficaces. Ensuite (3, quitter les sphères de la conscience), ce système devient obsolète : plus rien ne mène à MOI, JE prends la main, définitivement, et JE suis celui qui mène à tout :) Plus de technique, de stratégie, de conscience, rien, juste MOI, l'inhumain. L'idée même de témoigner, d'aider, de "faire quelque chose pour arriver quelque part", de s'agiter autour du "concept de l'éveil" et d'évoquer ce sujet disparaît. C'est ici que le nouvel humain/MOI fait silence et vit sa/MA vie, tout simplement. Il/JE n'éprouve plus l'envie de parler de lui/MOI, il est MOI :) Dans la première partie du chemin, je m'éveille donc vraiment, je veux dire par là que l'éveil est une réalité qu'il est impossible de nier alors que dans l'étape finale, JE ne m'éveille pas, JE suis purement MOI-même, JE suis le chemin :)

    Toute ma tendresse,

    Mesnet Joséphau-Charrier

    mesnetjc@gmail.com

    Avant de vous demander ce qu'est la mort, vous devez emprunter le chemin de la vie. "Qu'est-ce que la vie ?" est la seule question qui prévaut. La réponse est le socle de votre nouvelle existence car la réponse, c'est vous : vous êtes la vie. Mesnet

     Devenir le chemin

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Mon logo, une vibration, une information

    Mon logo, une vibration, une information

    Mon logo s'inspire de la nouvelle carte vibratoire de l'être car depuis 2012, je n'utilise plus les chakras mais de nouveaux outils quantiques. Le noyau atomique (NA) s'unifie au chakra du coeur (en vert), au plexus temporel (roue crantée), à la respiration torique (dorée) enchâssée au sein de la vacuité (rond blanc). Le tout est étayé par la colonne de création (ligne rouge).

    Cette fréquence est celle que j'ai intégrée, elle s'incarne au sein cette image symbolique. Elle représente le fruit de mon évolution, elle me personnalise intégralement.

    Mesnet Joséphau-Charrier

     

     Mon logo, une vibration, une information

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique