• Paris, la vois guerrière

    Paris, la vois guerrière
     
    PARIS, LA VOIE GUERRIÈRE
    Mon premier samedi à Paris, acte 23...je ne vais poser ici que mes premières impressions, à "chaud"...
    Premièrement, il est clair que deux dimensions se côtoient dans cette ville, de façon très distincte : dans certaines rues, c'est le printemps, les gens boivent un café, font leurs courses comme si de rien n'était....mais si vous changez de trottoir, ce sont des cris, une répression sans nom, de la rage des larmes et du sang...c'est déroutant à voir ce changement de paradigme à seulement une rue d’écart !
    L'égrégore du "vieux monde" est toujours actualisé chez certains : égocentrisme, besoin de paraître, consommation, superficialité ; ici, c'est l'ego et le rapport à la matière qui prime...alors que pour le GJ, c'est l'entraide, une exigence d'abondance pour tous, l'intelligence du vivant...

    Deuxièmement, les SDF. Ils ne sont plus "cachés", ils sont sur les beaux trottoirs de Paris : dans des duvets immondes, dans des cartons, là, au beau milieu du passage, les Parisiens les enjambent en faisant leurs emplettes...

    Troisièmement, les contrôles : pour ma part, "seulement" 3...certains sont montés à 9 !

    Quatrièmement, les forces de police...je n'ai pas vu de "gentils flics", aucun...femmes ou hommes, ils font le job...et leur job est innommable. Ce à quoi j'ai assisté sur Paris n'a rien à voir avec la justice ou la démocratie, point.
    Tout d'abord, tabassages en règle des personnes âgées et des femmes : les consignes sont de faire peur afin de vider les manifestations.

    Ensuite, chez certains (je pense aux motards par exemple), la jouissance de "défiler dans les rues", de se trouver "forts et beaux" et de faire peur, de détenir ce pouvoir : ils forment une meute très soudée et l'on perçoit le plaisir qu'ils ont à "chasser du jaune" en sachant que c'est "no limit", qu'ils ont tous les droits. Je les imagine prendre une bière le soir, relatant en riant leurs exploits : "tu as vu comment je l'ai fait cavaler la vieille ? Et celui-là, il a dégusté"....
    Cette milice est terrifiante, oui, je l'avoue. Lorsque vous entendez "ça charge", qu'il y a un mouvement de foule, que derrière vous, juste derrière, vous avez ces "cyborgs" sans visage, la matraque levée, vous comprenez qu'il n'y aura pas de pitié, pas de quartier....ils ont lynché un monsieur d'un certain âge sous mes yeux et un SDF sous les yeux d'un autre, rien ne les arrête...

    Cinquièmement, quand vous êtes à Paris, vous ne savez rien de ce qui se passe sur Paris ! Je veux dire par là que vous êtes centré sur votre groupe ou binôme, que vous n'avez aucune idée de ce qui se déroule sur les autres champs de bataille car vous ne pouvez vous préoccuper que ce qui se passe "maintenant" autour de vous....le reste n'existe pas.

    Sixièmement, les regards : quand vous courez dans les rues de la capitale afin d'échapper au pire, vous croisez parfois le regard hagard d'un GJ qui se demande ce qu'il fait là, après avoir subi la charge "de la horde"....vous savez que vous avez le même regard, le regard d'un Français qui se demande dans quel pays il habite...on se reconnait alors, on sait que l'on est à la bonne place au bon moment car nos regards fraternisent et se rassurent...
    Puis il y a le regard de la police : ici, vous décidez de ne rien lâcher, de les fixer, sans rien dire.....et ce sont eux qui baissent les yeux....vous remportez alors une petite victoire, vous savez que certains ne sont pas fiers de ce qu'ils nous font subir.

    Bilan condensé de cette journée épuisante : seuls les guerriers ont encore leur place en première ligne et les black blocs en font partie. Ce ne sont plus des manifestations mais bien une révolution et les conditions sont extrêmes : le bruit des "palets", le gaz, les cris, les armes, la peur....mais aussi les chants, la fraternité et le fait de savoir que nous sommes du bon côté de l'histoire...c'est impressionnant à vivre...

    Concernant mon groupe, un doigt cassé (matraque) et deux arrestations....J'ai vu plusieurs départs en civière, dont une personne le visage en sang, je ne sais pas combien il y a eu de blessés.
    Les streets medics sont incroyables, ils donnent tout, les voir à nos côtés est vraiment rassurant, merci à eux.

    Je souhaite bon courage à ceux qui résistent sur Paris. Ils se battent pour un avenir meilleur avec force et pugnacité. Ils prennent tous les risques et leur constance est sans limite....

    Paris, le 20 avril 2019,
    Mesnet, une Bretonne
    Photo crédit inconnu, je n'ai personnellement rien filmé, rien photographié car ce n'est pas "mon truc" et en plus, j'étais occupée à marcher ou à courir :)
    Cet article édité sur FB à l'origine, a été liké 2800 fois et partagé 4200 fois car sa fréquence correspondait à un besoin de lumière et de sens concernant Paris spécifiquement...
    Partager via Gmail

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :