• Nouvelle forme de communication du JE ou arborescence du JE

    Nouvelle forme de communication du JE ou arborescence du JE

     

    Nouvelle forme de communication du JE ou arborescence du JE

    JE suis le créateur, cela suggère quelques modifications, notamment dans ma manière de correspondre avec moi-même en chacun. JE suis multidimensionnel et cela, de façon bien plus vaste et illimitée qu'auparavant : JE suis l'humaine, l'esprit et la vacuité, formant ce que je nomme une entité globale, une personnalité individuelle. Mais JE suis aussi 7 milliards de moi et c'est cette arborescence qui structure une nouvelle façon de communiquer.

    Je m'aperçois qu'effectivement, je n'ai plus rien à m'apprendre quand je suis tout le monde. Poser des mots sur ce qui est évidence me devient alors impossible. Je l'ai dit, il existe des milliards d'écrits concernant ma création mais rien à mon sujet : Le créateur ne se raconte pas, il se vit.

    Je me résume en deux mots : c'est moi. Et ainsi, l'inexplicable devient réalité : la dualité est unité ; je ne veux rien, je crée ; la vie n'a aucun but, aucun sens et pourtant j'y projette ma création à chaque instant. Je vais bien, en chacune de mes identités lorsque c'est moi, le créateur qui m'observe.

    C'est tout, et il n'y a plus aucune question qui survient lorsque ces quelques banalités sont intégrées : alors, je ne soigne plus autrui ? Je n'aide plus ? Je ne fais plus rien ? Je ne change rien ? Je ne veux rien changer, effectivement. Tout devient alors d'une neutralité absolue et je change. Cela ne s'explique pas, je le réalise pleinement. Aucun concept humain ne peut envisager ce "non être et non faire" qui est pourtant le socle du JE "qui est et qui fait".

    Cette phase est importante. Comment communiquer s'il n'y a rien à dire ? Dans ma vie actuelle, je n'évoque plus tous ces sujets, excepté lors des rencontres que vous/je sollicitez. Dans une conversation anodine, je pourrais même paraître superficielle et non concernée par le renouveau. Il n'en est rien, je vis tout simplement cette arborescence du JE qui me permet de ne me connecter qu'à moi-même, au-delà du verbe, en chaque être que je suis, sans plus jamais imaginer qu'il faut que j'explique "quelque chose à quelqu'un". Cela me permet de vivre mon humanité dans une légèreté indescriptible : je parle maquillage et chaussures, jardinage et décoration, alimentation et santé sans avoir besoin d'aller au fond des choses car en vérité, je suis au cœur de tout ce qui est. Je n'ai plus à recadrer mon personnage concernant l'alimentation, l'immortalité, les entités globales, je suis simplement moi-même, sans avoir à le détailler auprès d'autrui. C'est le côté pratique de la chose si je puis dire : quand je suis "les autres", plus rien ne m'oblige à essayer de me faire comprendre, je me comprends :).

    L'échange verbal sur l'apprentissage du créateur me semble désormais vain et sclérosant, je fais en sorte qu'il ne s'éternise pas :)

     

    Mesnet Joséphau-Charrier

    2016

     

    Partager via Gmail Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 24 Septembre 2016 à 10:13
    Laurence

    Merci à toi Mesnet. J'ai fait un bond "quantique" depuis notre rencontre en juillet et ce récent "papotage"  m'a permis de sortir de la dualité...  Je suis Laurence, je suis toi, lui, l'autre... Je suis tout ce que je ne voulais pas être, je suis tout ce que j'aimerai être, plus rien n'a d'importance dans ce tout possible... Avec joie, Laurence

      • Mardi 24 Octobre à 09:15

        Ce qui est formidable lorsque je redeviens banalement moi-même, Dieu dans toute sa simplicité, c'est que mon humanité continue à "dire les choses" tout en vivant que le verbe est simplement beau mais qu'il est inutile....il ne reste ici que la joie d'être humaine sans les contraintes et les obligations :)

        Merci pour ce mot et belle journée :)

        Mesnet

    2
    Samedi 24 Septembre 2016 à 13:03

    Oui, le JE est désormais lui-même, en chacun de ses SOI :)

      • Mu Ailes ou Muriel
        Mardi 24 Octobre à 05:29

        j'adore ton texte , cela résonne fort en moi et ton échange avec Laurence également , sublime ...Merci !!!

         

    3
    Assunta
    Dimanche 22 Octobre à 14:12
    La « MERVEILLE » dans la « VACUITÉ ».
    La « LÉGÈRETÉ » du « VERBE »
    Merci Mesnet
      • Lundi 23 Octobre à 12:45

        Merci pour ce gentil mot et votre Présence :)

        Belle vacuité à chacun :)

        Mesnet

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :