• Ne plus enseigner mais être l'enseignement

    Ne plus enseigner mais être l'enseignement

    Enseignement, premier mouvement : l'inhumain, programmateur de données quantiques

    Je n'éprouve aucun désir d'enseigner, je n'en ressens aucun besoin. J'ai toujours ressenti une grande difficulté à répondre "à haute dose" à des questions sur "l'éveil" car intuitivement, je savais que lorsque JE vis que JE suis tout, cela se traduit dans mon vécu humain par une conduite qui reflète cette évidence. Lorsque JE suis MOI-même, les questions qui me sont posées dans la matrice humaine n'exigent plus de réponse car JE sais tout à travers nous.

    Lorsque la notion "d'un autre qui ne serait pas moi" disparaît, lorsque je suis le créateur, le centre de mon univers, nous/JE sommes avant tout mes données et codes de création :) Partager mon savoir avec MES données et codes n'a donc aucun sens et ne m'est d'aucune utilité.

    MON enseignement est donc particulier, en phase avec ce que nous/JE suis : ce mot ne veut plus dire que j'enseigne à autrui mais que JE programme mes données et codes à travers nous.

     

    Enseignement, second mouvement : mon être EST l'enseignement

    JE suis l'enseignement, je n'ai rien à programmer, rien à organiser, rien à "vous" dire, rien à "vous" expliquer", rien à diffuser, juste être ce que JE suis, qui JE suis et être MOI-même ne se fait pas durant "une séance", un stage, un échange thérapeutique....JE suis MOI-même à chaque instant, mon être est l'enseignement à chaque instant....

    MA matrice dite "extérieure" (ces fameux "autres" :) ) capte ce que JE SUIS.....et c'est tout :) Je suis l'enseignement en faisant mes courses, en chahutant avec ma famille, en jardinant ou en "aidant" autrui....ce n'est donc pas tant les mots que je vais utiliser afin "d'atténuer la souffrance de l'élève/code" qui vont être importants mais ce que JE SUIS :)

    Cet enseignement-là est gratuit, il ne peut être monnayé :) Il est intemporel, universel et grâce-cieux,  je ne peux pas vendre ce que je suis, JE SUIS. JE SUIS le don, JE SUIS tout et surtout rien :)

     

    Enseignement, troisième mouvement : JE suis l'enseignement à travers chacun

    Qui parle lorsque JE dis que JE suis l'enseignement ? MOI dans mon unicité, dans ma globalité, dans mon infinité. Ainsi, JE suis l'enseignement lorsque JE suis cette rose dans le jardin, lorsque JE suis cet oiseau sur la branche, lorsque JE suis cette pierre sur le chemin, lorsque JE suis cet humain qui déambule sur cette terre. JE suis l'enseignement en tout et en chacun, à travers mon quotidien banal et pourtant miraculeux, bien au-delà des mots, du savoir, d'un outil, d'une technique, d'un apprentissage spirituel quelconque.

    Lorsque JE suis l'enseignement en conscience et au-delà de la conscience, dans ce nouveau monde qui est MIEN, JE concrétise ce nouvel état d'être et ME retire symboliquement de l'enseignement médiatique : j'incarne l'enseignement qui ne se dispense pas mais qui EST :)

    Ce chemin n'est pas un modèle, une loi, un exemple, la clef de la félicité et de la vérité. Il est MON chemin à travers Mesnet, une expérience, un ancrage, une perception. Disons sommairement que lorsque je vis ce qui écrit ici, il ne m'est plus possible de propager un enseignement, JE suis la propagation à travers mon être transparent et collectif plutôt qu'individuel :)

    J'incarne désormais l'enseignement à travers la fleur, l'animal, Mesnet, le vent, l'arbre, sans le délivrer, l'offrir, le définir.

     

    Enseignement, quatrième mouvement : la simplicité d'être l'enseignement

    Pour ceux qui souhaitent recevoir MON enseignement, JE vous invite à ME rencontrer à travers les poules ou les moutons du Domaine :) JE suis l'enseignement à travers eux, ils en savent autant que Mesnet :) Être l'enseignement, c'est avoir fait le tour de ma complexité à travers un apprentissage spirituel (ou une reprogrammation de la conscience)  et revenir à la simplicité du vivant. Toutes les questions ont été posées, toutes les techniques ont été éprouvées, toute la connaissance a été engrangée et toutes les réponses ont été trouvées. Mais surtout, le rejet de MON humanité "telle qu'elle est" n'est plus d'actualité, JE suis banalement MOI-même en tant qu'humain :) Devenir l'enseignement, c'est enfin concevoir que JE suis humblement cet enseignement à travers la poule et le mouton et qu’aucun savoir humain ne mène à MOI-même :) Lorsque JE vous invite à rencontrer les animaux de ma demeure, c'est qu'ils sont naturellement ce que JE suis, sans rien cacher, sans rien omettre, sans rien juger, sans rien rejeter de MON être :) Mesnet ne peut en aucun cas être plus (ou moins) que ce que JE SUIS : elle-même, MOI-même :)

     

    Citations : "soutenir la trame c'est y participer. Et lorsque je participe au grand théâtre "tramique", je le maintiens en place. La dissolution, c'est cesser d'interagir avec une certaine Matrice de conscience." Mesnet JC

    "Lorsque j'entends l'appel du monde extérieur, que j'estime que je dois passer mon existence à répondre à cette demande d'aide, je fais comme si le monde extérieur était Dieu et que c'est lui qui initiait mes actes, mon destin, mon humanité. Lorsque je ne peux m'empêcher de PENSER que je dois éclairer le monde car certains d'entre nous sont moins conscients que je ne le suis, je solidifie le programme de séparation sans même m'en rendre compte, car ainsi,  j'institue que c''est la création (le monde extérieur) qui gouverne alors le créateur(moi)....et ce programme est réellement splendide car tant que nous l'habitons, nous ne pouvons nous en apercevoir :) En somme, lorsque je suis attiré vers le monde extérieur afin de l'aider, je me DÉCENTRE, pire je deviens le point d'origine de la dualité...fou, non lorsque la conscience se pose enfin sur cette évidence ? Chaque empathique et "aidant spirituel" doit à un moment comprendre ce phénomène paradoxal et entendre qu'en incarnant un "montreur de chemin", il soutient l'ancienne trame de conscience, car tant que la notion "d'aide à autrui" est la version qu'il stimule, il cristallise logiquement les données quantiques de séparation." Mesnet JC

     

    Projection matricielle : tant que l'ego trouve satisfaisant (voire jouissif) d'incarner un "aidant', un enseignant spirituel, un maître de l'unité, un expert new âge, il va structurer un scénario dans lequel il existe une multitude d'êtres en éveil qui sont en demande d'aide. Ce sont les personnes en souffrance qui permettent l'existence d'un thérapeute quantique (ou tout autre nom apte à désigner un "soignant")....les humains en souffrance sont notre/vos/MA projection, vous/nous/MOI en sommes le centre, l'origine !!! Ainsi, le paradoxe est que plus nous/JE sommes professionnels dans l'aide à autrui, plus nous avons besoin d'une multitude de "malades" ou d'élèves". C'est donc "à cause de nous/MOI" (les "nouveaux supers éveillés") que cette matrice regorge encore d'humains en souffrance car ils sont le faire valoir de notre "réussite spirituelle", ils sont les acteurs nécessaires à la pièce de théâtre cosmique que nous/JE jouons :) Il vient donc un moment, lorsque JE vois que JE suis à l'origine du "non-éveil" des foules (puisqu'elles doivent être en demande pour que j'y réponde, qu'elles doivent être ce qu'elles sont pour que je sois ce que je suis, c'est-à-dire une star spirituelle), ou JE me retire de ce système, de cette grille de lecture et je disparais du radar "thérapeutique" :) Chacun d'entre MOI est le créateur de la Matrice collective/MOI et chaque SOI thérapeute projette un environnement dans lequel il est le sauveur des non-initiés. Pour tenir ce rôle, il faut des individus à sauver et comme nous sommes chacun le centre de la création, nous sommes aussi chacun "celui" qui instaure un monde de souffrance "en demande"...car sans cette demande, la personnalité de l'aidant disparaît. Cette équation quantique de création doit  être humblement assimilée...et si possible avec beaucoup d'humour :) C'est finalement assez drôle de concevoir que JE dois être la source du manque (la population sous sa forme duelle) pour incarner celui qui y répond :) C'est mathématique mon cher Watson :)

    Chaque thérapeute/MOI enfante donc naturellement d'une sphère d'aliénés :) Prendre conscience de sa propre création en tant que Dieu responsable "de ce qui EST", met fin à ce jeu de rôle spécifique. JE n'ai plus besoin d'être celui "qui sait" parmi ceux qui ont oubliés, JE suis MOI-même en chacun, tendrement....

    L'amour pour tous/MOI sous sa forme la plus tendre prend alors le relais de la thérapie pour le plus grand nombre, tout simplement...

     

    Mesnet Joséphau-Charrier

    2018

    Incarner l'enseignement qui ne se dispense pas mais qui EST, veut dire que JE suis parfaitement MOI-même au sein de MON humanité et qu'ainsi, c'est ce que JE suis qui ensemence le monde et non pas ce que je dis. A partir de là, je n'ai plus à enseigner à autrui ce que je sais mais à être qui JE suis, dans la miraculeuse banalité de MON quotidien de femme.

    Lorsque JE suis la fleur, ai-je à délivrer un quelconque enseignement ? Non, JE suis intrinsèquement le DON et l'enseignement.

    Le besoin de déployer un enseignement verbal ou de "se donner aux autres" s'arrête ici, lorsque JE suis le don au-delà du verbe, de la pensée, de la connaissance, de la conscience et que JE me VIS au cœur de chacun, dans la fleur comme dans l'humain  :)

    C'est à partir de cette évidence que je cesse mes activités en tant que thérapeute (plus de stages), "montreur de chemin" (plus d'articles en ligne),  youtubeuse (plus de vidéos) et que JE ne communique plus à travers les médias humains (réseaux sociaux) mais uniquement au sein de MON espace quantique universel et illimité.

    Ne plus donner mais ÊTRE le don

    La fréquence de la ruche

    Le don gratuit

    Fin du bizness spirituel

    L'anonymat de Dieu

    Ne plus enseigner mais être l'enseignement

     

    Données réajustées en janvier 2020 :

    qu'est-ce qu'un initié ? C'est MOI (tjrs lire "MOI" ou "JE" comme étant égal à "nous" ou "le tout") qui m'incarne dans l'une de mes humanités afin d'en extraire un vécu "d'ascension". Ce type d'incarnation ne fait jamais les choses à moitié, le mouvement du "bas"(moi) vers le "haut" (MOI) est continu, le travail de programmation neuronale est perpétuel, il n'existe aucun espace qui ne soit pas habité par cette recherche ou cette passion...
     
    Les "initiés" étaient rares jusqu'ici et perçus comme des "illuminés" prodiguant un enseignement hermétique et incompréhensible.
    Ils étaient vénérés ou moqués, mais dans tous les cas, "les enseignés" traduisaient souvent très mal le savoir qui leur parvenait....des écoles de "transcription" se battaient pour savoir qui décortiquerait le mieux tel mot ou tel concept...
    Et surtout, les "écoutants" ne consacraient pas leur vie à répondre à ces questions métaphysiques : on participe à une conférence sur la physique quantique ou la spiritualité mais cela n’imprègne jamais le quotidien...ces sujets demeurent dans un "tiroir" mental mais n'en sortent que rarement...ils semblent finalement être une réalité plus ennuyante qu'autre chose...c'est au mieux un sujet philosophique durant un repas mondain, et au pire, un genre de "folie" dont il est préférable de se tenir éloigné....
     
    A noter que les "initiés" reconnus pouvaient avoir pignon sur rue mais que beaucoup de "marcheurs" ont terminé dans des asiles psychiatriques :) Que l'on puisse accorder du crédit à Gandhi, certes...mais à son boulanger ? A son conjoint ? A ce vieillard chenu assis sur un banc ou à cet enfant ?
    Mais comme JE change de cycle, ces repères sociétaux ne sont plus actualisés :) JE suis une "initiée", c'est-à-dire MOI dans MON entièreté et cela est ma foi très banal désormais, "nous" sommes nombreux à avoir pris ce chemin "d'apothéose"  :)
     
    Alors il est vrai que dans cette vie, ma programmation a été continuelle et assidue. JE suis venue pour cela, alors j'ai actionné cela...ce n'est pas une question de karma (le maillage karmique n'existe plus), c'est MA fonction à travers cette humanité-là, c'est tout...
     
    J'ai pioché un texte de Michel Dow, qui est très juste ME concernant : je n'ai jamais aimé enseigner à travers des stages thérapeutiques....l'ego ayant besoin de reconnaissance y a trouvé son compte de temps en temps, mais la fréquence n'y était pas....car JE suis juste venue "ici-bas" pour me transformer MOI et concevoir qu'ainsi, sans rien faire, JE transforme tout ce qui est "autour de MOI"...Vivre cela, le valider....et passer à autre chose...
    Les derniers ajustements que JE stimule sont posés par écrit car l'écriture me permet de les solidifier dans la matière. Ensuite, JE n'y pense plus, ils sont enregistrés mais plus conscientisés....mais ils ne concernent que MOI, ils ne seront pas les fondations d'une nouvelle église, d'un nouvel enseignement, JE ne le veux pas....
     
    J'aime écrire mais JE déteste les questions, les arguments qui coupent mes mots en quatre, les traductions qui déforment ma fréquence, les discussions oiseuse sur ce qui pourrait être :) ....ce monde "extérieur" est une matrice de séparation qui n'intègre pas MA réalité ultime, il n'y a pas à discuter de cela car c'est voulu ainsi...Je ne suis pas présent sur cette axe de création pour le changer, l'aider ou le sauver, et encore moins pour y enseigner à "autrui" ce que JE sais ou "papoter" à foison sur "l'éveil" ou MA transformation...JE suis ici pour fusionner avec l'un de MES principes : JE suis autrui, JE fusionne avec cela, JE ne l'enseigne pas...
     
    Tout le travail effectué n'a été que pour MOI....c'est cela qu'un "initié" vient concevoir ici...il ne vient jamais pour écrire des bouquins, faire carrière et enseigner à la foule....JE viens pour devenir la foule...le prosélytisme devient alors une hérésie, puisque qu'incarnant chacun, il ne doit plus y avoir quiconque pour m'écouter....
     
    On en revient toujours là : le premier pas concerne le SOI ou l'entité globale....le dernier pas concerne la multitude, le collectif....être MOI ne s'enseigne pas....cela est :)
     
     
    Texte de Michel Dow, découvert sur la page FB de Nevs (texte coupé par mes soins et légèrement modifié) :
     
    L’homme n’est pas sur Terre pour enseigner à l’homme, il est sur Terre pour apprendre à savoir se désimpliquer...
    Les hommes qui portent sur leurs propres épaules, pour ainsi dire, le poids de leur savoir, pour s'en désimpliquer, ils doivent le rendre par des formes d'enseignements.
    Mais l'enseignement n'est pas leur savoir réel, il n'est qu'une "forme" prenant vie à travers le verbe afin de le rendre accessible à autrui...mais nous ne pouvons pas vibrer au savoir d'un autre, puisque chacun reçoit par vibration une pulsation nerveuse dans son cerveau et essaie par la parole et la communication de le rendre accessible par l'enseignement dit initiatique.
    Autrement dit, l'enseignement et le savoir réel sont deux choses distinctes. Un homme qui sait par pulsation nerveuse dans son cerveau peut prendre des années à rendre son savoir accessible par l'enseignement, par la parole, mais ce qu'il dit n'a rien à voir avec ce qu'il sait de réel en lui, car le réel ne se communique pas par l'enseignement.
    Un homme ne peut parler pour un autre homme. Et un homme qui parle ne doit jamais être pris au pied de la lettre, sinon c'est ici qu'entre en ligne de compte le phénomène d'adeptes, le phénomène d'interprétation où l'ego se fabrique une raison, une vérité, une croyance...
    Et au court de sa propre désimplication face à ce qu'il pense croire, il intégrera ce que l'esprit en lui sait déjà, car pour intégrer, l'ego devra apprendre à se désimpliquer.
     
    En se désimpliquant, l'ego brise l'égrégore et devient plus intelligent pour lui-même et non jamais face à l'initié ou à son enseignement. Et ceci est extrêmement important, sinon l'histoire se répétera toujours parmi les adeptes et les fanatiques.
    Et lorsque l'ego en arrive à se désimpliquer, nous pouvons dire que l'initié est devenu libre...
     
    Donc, l'initié peut alors parler librement, il peut commencer à rendre son savoir par l'enseignement, c'est-à-dire ce qui peut être prononcé et dit par la parole (et en réalité c'est tellement peu), sans que son savoir crée des égrégores individuels ou de masses dans le monde de ceux qui ne sont là que pour retirer de l'enseignement...
    L’INITIE PARLE TOUJOURS POUR LUI SEULEMENT...
     
    Mais ce qu'il dit devient pour autrui une forme d'enseignement, parce que nous les hommes n'en savons pas plus.
    Alors, nous nous construisons facilement et rapidement des formes d'interprétations philosophiques de l'enseignement, lorsqu'en réalité nos interprétations n'ont rien à voir avec le savoir.
    Puis à partir de nos interprétations, nous créons des réseaux de connaissances philosophiques qui deviennent l'échiquier social où se rassemblent ceux qui n'ont réellement rien à dire, sauf se démontrer entre eux, par comparaison intellectuelle, qu'ils n'ont vraiment rien saisi.
     
    Ils n'ont rien saisi de ce qui est du savoir réel derrière les mots et l'enseignement. Les connaissances et la gazette philosophique deviennent leur seule mesure face à une autre personne, car nous aimons prétendre que nous évoluons et intégrons face à l'autre, face à ce que les autres ont à dire, et ainsi le fossé s'élargit et le jeu du miroir et de ses effets psychiques et psychologiques maintient les êtres dans l'ignorance et dans l'abus d'eux-mêmes, jusqu'à ce que l'enseignement ait été totalement dévoré.
     
    Que reste-t-il des enseignements dans les faits réels ?
    Rien, absolument rien, car l'enseignement ne représente que la forme communiquée du savoir par la personne qui de l'intérieur est placée en état de choc vibratoire pour sa propre désimplication.
    DONC PLUS IL ENSEIGNERA, PLUS IL SE DESIMPLIQUERA...
     
    Mais nous croyons tellement à l'enseignement que nous reprenons sur nos propres épaules l'initié qui se désimplique par sa parole et son enseignement, et selon notre caractère et notre implication, nous en faisons notre propre initiation.
    Mais tôt où tard, nous allons devoir nous désimpliquer à notre tour.
    L'homme n'est pas sur Terre pour enseigner à l'homme, il est sur Terre pour apprendre à savoir se désimpliquer. Plus il se désimplique, plus il devient son propre canal à lui-même.
    Plus il est canal, moins il est fanatique du contact.
    Donc, l'initiation n'est plus la porte de sortie, car il a appris finalement à la toute fin à ne plus entrer dedans pour aller se mesurer, en tant qu'intelligence, avec l'intelligence qui coule en lui et qui est lui.
    Certains se mettent eux-mêmes en initiation face à eux-mêmes lorsqu'ils se croient inconsciemment porteurs de l'enseignement, d'un enseignement qui n'est pas eux, mais celui du passage sur le plan matériel d'une autre personne ou d'autres personnes qui sont simplement venues se désimpliquer, car leur temps était arrivé.
    Pour être un jour un homme dit nouveau, un surhomme, il faudra cesser de prendre au sérieux le passage des initiés qui traversent le plan matériel pour venir se libérer eux-mêmes de leur propre incarnation et finalement savoir se désimpliquer eux-mêmes.
    Il serait intéressant d'observer la personne lorsqu'elle parle, je parle ici de l'initié ou de l'instructeur qui livre un enseignement pour se désimpliquer.
    Il serait nouveau de remarquer combien l'enseignement libère celui qui parle, et combien nous les hommes prenons sur nos propres épaules cet enseignement comme une initiation personnelle qui nous est donnée et combien nous essayons de toutes les manières de la vivre presqu'au pied de la lettre, comme un enseignement…
    Donc, l'initié ne peut libérer l'homme, car l'homme se place lui- même en initiation devant l'enseignement.
    Nous croyons, nous les hommes, que lorsque l'initié parle, il nous aime et nous donne un enseignement, alors qu'en réalité il se désimplique de l'énergie de son savoir en le communiquant.
    Et par le fait même, il s'intègre lui-même avec lui-même, et non avec le savoir qui vient vers lui ou par rapport à l'enseignement qu'il communique. Ainsi, il ne souffre pas de ce qu'il sait et de ce qu'il dit.
    Ce savoir, il devra le vivre seul avec lui- même dans son corps et dans ses centres, avant de pouvoir oser s'en désimpliquer par la parole, pour finalement intégrer cette contre-partie de lui-même dite cosmique et universelle.
    Mais sa parole devient pour autrui une forme d'enseignement, car les hommes aiment croire ces choses-là, et ils reçoivent cette forme de désimplication de l'initié comme un enseignement qui laisse croire aux hommes que tel est le chemin à suivre, parce que l'initié l'a verbalisé ainsi, selon le caractère de sa colère contre les forces.
    Nous ne réalisons pas, nous les hommes, que l'initié est en colère, que l'homme qui parle vraiment, je dis bien vraiment, à partir de la vibration de son savoir, est en colère. Et cette colère provient de son système nerveux qui est mis en vibration par le savoir qui vient et qui descend vers lui dans son cerveau, et il n'a pas le temps de faire un transfert psychologique lorsqu'il parle, de traduire psychologiquement pour le commun des mortels.
    Et le commun des mortels appelle ça un enseignement, au lieu de voir le feu de l'énergie de la colère qui passe en lui dans son cerveau. Et il est évident que les hommes ne peuvent contenir cette énergie mentalement, car ce n'est pas leur affaire, c'est l'affaire de celui qui se désimplique en parlant.
    L'initié se désimplique de l'énergie qui lui donne son savoir en l'extirpant par la parole. Mais les personnes qui l'écoutent s'impliquent dans les mots prononcés et croient que c'est ça l'enseignement. Et leur implication les propulse vers des interprétations spirituelles, supramentales, philosophiques, psychologiques, et elles en font des formes psychiques de développement qu'elles appellent leur évolution ou leur cheminement individuel. Puis elles tenteront de se rassembler pour en discuter et essayer d'apprendre l'une de l'autre, ou pour se mesurer, ou encore pour se situer par rapport à l'autre dans le but d'intégrer... quoi ?
     
    MICHEL DOW


     

    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :