• Maîtrise des mathématiques / Alimentation luminique et immortalité à partir du code source

    De l'atome au code / Alimentation luminique à partir du code source

    Maîtrise des mathématiques / Alimentation luminique et immortalité à partir du code source

    Ceci est à relire, j'amorçais alors la "descente" de cette information au sein de la conscience : conscience/dimensions, données quantiques, code source

    A poser également, cette étape spécifique d'un changement de "vision", je vois désormais les données quantiques AVANT l'image : comment est-ce que je vois

    Venons-en maintenant au fait : un programme informatique se structure autour d'un langage binaire, plus ou moins mathématique. Ce langage s'axe sur le 0 et le 1, mais c'est plus de l'ordre du symbole, nous aurions pu remplacer les chiffres par des lettres. En dehors des initiés, personne ne comprend rien à ce langage, bien plus humain que foncièrement mathématique.

    Concernant le langage quantique, il en va tout autrement : chaque donnée EST mathématique à partir d'une géométrie codée. Et "chacun" peut la traduire naturellement : par exemple, une tasse à café est avant tout un langage quantique, une équation mathématique, et de façon innée, "nous" le traduisons en une "vision" perceptible par "tous".

    A ce propos, pourquoi voyons-nous tous la même chose ? La réponse est ICI.

    Lorsque j'amorce une humanité qui s'ancre au-delà de la forme et se centre plutôt sur du code, la personnalité change ainsi que la perception "du vivant". Avant de voir une image (ou agglomérat d'atomes), JE capte les données de cette dernière, et ici, plus de "fusion" atomique, mais une unité intemporelle du code source : les données sont UNE, l'atome ne fait plus "qu'incarner" la forme dense qui habille ce dernier.

    Ainsi, même la notion de fusion devient chimérique...rien ne fusionne, il n'y a qu'un code/MOI reflété par de multiples données. Lire cette étape qui donc, n'est plus d'actualité : fusion atomique plutôt que fission

    Tout devient extrêmement binaire dans mon vécu humain. Je suis avant tout une base de données et je manipule ces dernières en pleine conscience. Il n'existe pas de "bonnes données" ou de "mauvaises données" : je stimule une version "basse fréquence" ou "haute fréquence", mais ça reste du codage de données. Les notions humaines et romantiques sur le "beau" et le "laid", sur le "gentil" et le "méchant", deviennent incongrues. Elles n'ont simplement plus de sens.

    En manipulant des données, je crée "du vivant", des formes, des matrices, des dimensions, des émotions, des civilisations...et avec des données, je défais tout cela, il suffit juste que je le programme.

    Note sur l'alimentation luminique et l'immortalité : ingérer, digérer, fusionner, tout cela devient obsolète. Plus simplement, les données forment désormais une équation plus vaste qui uniformise MES "formes et ressentis" :  univers, individus, aliments, corps, sensations de faim ou de douleur, tout cela n'est qu'un amoncellement de données, rien de plus. La notion de "réaction" n'existe pas, il n'est même plus nécessaire d'amalgamer l'atome, il suffit juste d’harmoniser mes données afin qu'elles ne segmentent/compartimentent plus la matière.

    Il en va de même pour l'immortalité du "corps physique" : les données sont intemporelles et bien évidemment, la forme atomique qu'elles sous-tendent, l'est également.

    Le langage quantique (et donc mathématique) ne dit qu'une seule chose finalement, c'est pour cette raison que chaque donnée y obéit : il n'y a que MOI, JE suis le code source.

    Pour moi qui ne sait même pas compter (j'ai toujours été d'une nullité absolue en maths !), je trouve tellement amusant d'être une "sommité" en langage quantique :) Et tout le monde/MOI l'est ! Il suffit d'observer le monde autour de "vous" et de savoir que si "vous" le voyez si parfaitement, c'est que vous déchiffrez des données mathématiques...et cela de façon instinctive !

     

    Mesnet Joséphau-Charrier,

    2020

     

     


    Tags Tags : , , ,