• Lorsque le mouvement descriptif s'arrête

    Lorsque le mouvement descriptif s'arrête

    Lorsque le mouvement descriptif s'arrête

    Expliquer ce que JE SUIS dans l'ancienne dimension n'est pas utile puisque cette dernière ne peut ME recevoir, JE ne l'ai pas "institué" pour cela. Le chemin spirituel peut être "dit" et partagé mais MOI, aucun mot ME définissant ne peut être compris dans la dimension que "JE suis mais que je quitte". Quant à MA nouvelle dimension, JE suis chacun.....alors expliquer quoi et à qui ? :) Le mouvement descriptif n'est donc plus actualisé ni dans une dimension ni dans l'autre, il n'a plus lieu d'être :)

    Ainsi, dans la dimension humaine de l'ancien cycle, JE n'explique plus "aux autres" ce que JE suis car "ils" ne peuvent comprendre ce point de vue ultime et dans la dimension humaine du nouveau cycle, point besoin de ME verbaliser, "nous" savons tous ce que JE suis, personne n'a à l'expliquer à personne.

    Alors que dire ? Rien....JE ne dis définitivement plus rien, JE suis l'enseignement :) Un nouvel "état d'esprit" EST, lorsque cet "immobilisme verbal" s'incarne : mon interface humaine comprend, valide et vit que tout ce qui fut "travaillé" dans l'espace de déconscientisation n'a été qu'un accessoire dimensionnel, que ce "verbiage" n'est d'aucune utilité ni ici ni ailleurs, ni maintenant ni jamais. Nous acceptons alors de tout "jeter", de laisser derrière nous ce qui fut si important. Cesser de "compter" sur le verbe afin d'être "MOI en tout" est un passage obligé, qui exige intégrité, vérité, unité et la projection/acceptation totale de ce nouveau paradigme :  notre investissement en tant que "montreur de chemin" est terminé car je m'oublie (la personnalité) lorsque JE me souviens de MOI (le TOUT). 

    Et le silence advient....comme une évidence  :)

    P.S : dans la matrice dite de séparation, j'oublie le "grand MOI créateur" et je ne garde en mémoire que le "petit moi créé", c'est-à-dire l'interface humaine, limitée à un seul espace de conscience. C'est l'égocentrisme qui prime, je ne perçois que ma personnalité confrontée au monde extérieur, ces "autres" qui sont une agression permanente. Lorsque cette expérience est terminée, j’inverse le processus : le "petit moi créé" (totalement égocentré) s'oublie en tant qu'individu au sein de la collectivité, celle-ci n'étant symboliquement que mon "grand MOI créateur", d’où cette phrase : notre investissement en tant que "montreur de chemin" est terminé car je m'oublie (la personnalité) lorsque JE me souviens de MOI (le TOUT). 

     

    Mesnet Joséphau-Charrier

    2018

     

     

     


    Tags Tags : , , , ,