• Les GJ, du "passage à l'acte" à "l'acte de passage"

    Les GJ, du "passage à l'acte" à "l'acte de passage"

    GJ, du "passage à l'acte" à "l'acte de passage"

    Les personnes qui s'en sortent le mieux dans ce monde, sont des individus qui transforment "le négatif" en "positif". Même dans la pire des situations, ils ne perçoivent qu'un apprentissage porteur de sens et en tirent profit. Grâce à cette observation permanente de leur psyché et de leurs actes, ils "déminent" les réflexes douloureux et actionnent une meilleure version d'eux-mêmes.

    Ainsi, lorsque la colère explose, lorsque la douleur les mènent vers les extrêmes et leur impose une action délétère ou violente, ils vont modifier la fréquence de ce "passage à l'acte" et considérer au contraire que cet acte est un passage vers plus de sagesse et de paix.

    Au niveau quantique, on ne peut différencier ou séparer l'individu du collectif : les lois sont identiques, le processus d'évolution de la conscience est similaire.
    Ne voyons donc pas une radicalisation des GJ à travers certains passage à l'acte, mais bien un rite de passage vers d'autres paradigmes.

    La communauté en éveil est actuellement une matrice en effervescence, elle fourmille d'un trop plein d'énergie pour le moment intraduisible et qui pourtant, est un flux porteur et intelligent.

    Le temps est à la respiration entre "l'avant" et "l'après" de l'acte de passage du 16 mars....

    Merci à toi, Hélène, et à nos échanges d'hier, ils sont à l'origine de ce petit mot fréquentiel :)

     

    Mesnet Joséphau-Charrier,

    les GJ à travers un prisme socio-quantique

    20 mars 2019

     

     

    Partager via Gmail

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :