• Le pouvoir

     Le pouvoir

    Le pouvoir

    Dans cette étape de Dissolution, je détiens tous les pouvoirs, je suis le pouvoir absolu. Rien de magique et de miraculeux à cela, juste une évidence. Quand je suis le créateur, j'ai tout pouvoir sur ma création.

    Je ne m'alimente plus. Cela amplifie l'espace de vide. Et cela n'a jamais été aussi facile. Évidence. Tout n'est plus qu’évidence. Je suis mon cosmos et le projette et l'intègre à ma guise. Si je veux ressentir cette étape, je laisse alors les émotions m'envahir, mes émotions, toutes mes émotions. Et la seconde suivante, j’efface cette dimension, il n'y plus rien à percevoir, je suis simplement celui qui actionne.

    Lorsque cela advient, je laisse alors ce corps s’annihiler. Puis je l'habite de nouveau...un peu, beaucoup, pas du tout. Je vis et meurs à foison, je défais mes dimensions d'être avec véhémence ou froideur. Ce pouvoir de vie et de mort, je le porte en moi de façon naturelle.

    Mon pouvoir sur moi-même n'est en rien grisant. Il est. Comme une respiration fluctuante ? Je suis là et je ne le suis plus. Je suis là sans être là. Quelle importance :)

    C'est le sens de ce qui est qui n'est véritablement plus utile. Il n'y a ni raison ni attente.  Mon pouvoir n'est entier que lorsque je suis moi-même. Que lorsque je ne fais plus les choses pour une raison ou pour une autre mais lorsque je suis les choses  sans les porter et m'y agripper.....quelle importance ? !!! Et ici, je deviens capital.

    Le paradoxe est de haute voltige et toujours cet humour sans pareil : c'est dans ma mort que je vis le plus :)

     

    Mesnet Joséphau-Charrier

    2017

     

    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :