• Le jour d'après l'effondrement (ou grand retournement)

    Le jour d'après l'effondrement ou le grand retournement 

    Le jour d'après l'effondrement (ou grand retournement)

    Mes mots étant inutiles, ils seront lapidaires. Il s'agit simplement d'ancrer symboliquement un processus quantique en cours...

    Tout d'abord, je rappelle que ma fonction n'est pas de savoir mais d'être. La médiumnité et la connaissance du futur ne sont qu'un leurre dimensionnel car en vérité, moi "Dieu", je ne sais rien mais je suis tous les potentiels. Je les active (ou pas) en fonction de ce que je nomme "mon moment présent". Lire ici : médiumnité ou perfection ? Je ne sais donc absolument pas si le synopsis décrit à travers cette vibralisation, sera LA finalité car cela n'a aucune importance !

    Ainsi, j'ouvre maintenant un scénario d'effondrement. Dans la dimension humaine, trois explosions vont se télescoper simultanément : une explosion sociale, une explosion financière/monétaire et une explosion climatique/écologique. Le tout n'est pas de savoir si cette option ira jusqu'à son terme mais bien de VIVRE ce potentiel tel que je le stimule dans l'instant. Cette notion de "fin du monde" est très révélatrice de MA/notre transmutation neuronale et physique : ai-je peur ? Suis-je dans le déni de cette éventualité ? Est-ce que la colère me guide ? Ou au contraire, est-ce que j'incarne ce flux comme j'incarne  tous les flux, de façon apaisée et sereine ?

    Voici une vidéo initiée par un collapsologue (collapsologie : un néologisme qui désigne l’étude de l’effondrement de la civilisation industrielle et de ce qui pourrait lui succéder / Source Wikipédia) :

     

    Saisir cette réalité d'un point de vue spirituel :

    d'un point de vue terrestre, il s'agit bien de la fin du match, d'un effondrement global, d'un passage sur le "fil rouge" pour toute l'humanité. D'un point de vue quantique, cet événement n'est rien d'autre que les stigmates d'un processus énergétique de création extrêmement binaire : le reboot d'une matrice de conscience. C'est tout aussi simple et banal que cela "d'un point de vue cosmique".  Il s'agit pour le collectif (*1) d'un ultime "point 0" et il n'y a aucune raison de lutter contre ce phénomène, il est au contraire très lumineux, au sens propre comme au sens figuré. JE suis à l'origine de ce principe, j'en suis également l'observateur et surtout, je suis celui qui y participe activement...ne jamais oublier ce principe tri-dimensionnel !

    (*1) : une grande proportion d'êtres a effectué sa transmutation individuelle, son basculement électromagnétique, son retournement de conscience. Nous formons ainsi comme une sorte de curseur quantique qui permet maintenant le basculement de la matrice dans son entièreté : du Soi au collectif (MOI), il n'y a qu'un pas, une étape...étape en cours actuellement.

    Saisir cette réalité d'un point de vue humain :

    le déni est inutile, autant plonger dans ce bouillonnement et cette évolution probable. Nous n'empêcherons pas les bouleversements en cours mais nous pouvons en limiter les effets "désagréables". Le fait d'évoquer ce futur collectif nous permettra d'éviter certains écueils. Ainsi, vous pouvez vous préparer à "l’impact" mais votre énergie sera décisive : êtes-vous encore dans une forme individuelle de survivalisme ou êtes-vous déjà ancré dans le collectivisme ?

    Vous avez également la possibilité de "planter" quelques graines de conscience dans la matrice en évoquant concrètement ces questions avec votre maire et son entourage (ainsi qu'avec votre famille). Il existe une trame légale qui est mise à votre disposition afin de travailler ce "jour d'après" avec votre environnement le plus proche : document d'information communal sur les risques majeurs (DICRIM) : ICI + page FB sur le DICRIM (partage d'expériences et d'idées) : ICI

    Ces deux dimensions (humaine et spirituelle) se complètent et ne s'opposent pas. Aucune n'est à renier ou éviter...vivons notre humanité sans en occulter les émotions et les actes, dégustons avec passion les ondes générées par cette époque si particulière....nous sommes venus sur cette planète pour cela, alors profitons du voyage :)

    "Signes" ou symboles : mouvements sociaux sur toute la planète, crise financière à venir, séismes, éruptions volcaniques, climat pris de folie....mais également, à un niveau plus vaste : inversion des pôles magnétiques, rayons cosmiques intenses car explosions solaires en diminution, affaiblissement du champ magnétique, noyau terrestre terraformant une autre pesanteur, allégement de l'atome...

    Ici, une vidéo de Laurent Dureau qui vous donnera un aperçu "technique" du saut quantique en cours. On voit très bien que certaines entités unifiées ont développé une onde énergétique autonome, et que cette dernière servira de pilier d'ancrage à cette planète, afin qu'elle puisse effectuer sa propre mutation.

    Nicolas Tesla a inventé un moteur énergétique autonome.....alors voyons l'individu "du futur" comme ce moteur indépendant (merkapa, véhicule magnétique personnel)...nous devenons ainsi intrinsèquement une énergie libre.

    Vibraliser mes textes et les vidéos des autres intervenants, c'est prendre dans toutes ces informations ce qui résonne en vous...laissez le reste, ce n'est ni vrai ni faux, cela ne concerne tout simplement pas votre sphère de création/projection.

     

    Symptômes physiques : la perception cosmique (et donc illimitée) inonde votre tissu cérébral. Votre système de pensée s'adapte donc "au vide" et laisse la place au renouveau...avoir la "tête vide" prend ici tout son sens. Un allégement physique, sensation d'apesanteur. Vos espaces de conscience (ou votre psychisme humain) sont totalement en phase avec ce flux, tout va bien "mentalement", vous comprenez tout, vous êtes tout. Par contre, comme vous commencez à réellement reprogrammer votre ADN et votre corps subatomique, vous avez besoin de silence, de lenteur et de repos.

    Perception : toujours d'un point de vue cosmique, les aléas humains peuvent vous sembler très lointains actuellement. C'est normal et dans la justesse. Personnellement, je communique peu, je m’intéresse de façon modérée à la politique et à la société dans son ensemble...je reprends mon souffle, j'inspire, je suis MON flux, sans question et sans raison...La seule page que je côtoie actuellement est Gaïa et son réveil, une sorte de "thermomètre" tangible qui donne la température de la parturiente (la terre) et de son partenaire (l'univers)...

    Conclusion : ce qui se prépare est puissant et "nouveau". Nous quittons une école d'apprentissage que nous expérimentons depuis des éons pour intégrer l'âge d'or. Alors bien sur, ce ne sera pas toujours facile mais nous sommes prêts, à tout point de vue :) La peur pourra encore émerger, parfois...mais elle ne sera qu'un vieux réflexe qui ne prend plus vraiment sens. Ne subsistera que l'émerveillement face à ce que JE suis dans le déchainement de ma propre création.

    Bonne route à chacun, que l'amour si grandiose que je porte en MOI illumine ce nouveau cycle. Les temps à venir vont être totalement chaotiques et pourtant, les entités dans lesquelles JE me suis véritablement incarné ne verront qu'ordre, intelligence et fluidité. "Nous" allons former un maillage extrêmement puissant, nos vaisseaux énergétiques "individuels" permettront à cette transition délicate d'avoir lieu sans trop de casse mais ceci n'est que de la technique quantique...la seule chose à retenir finalement c'est que c'est bien MOI (qui suis nous) qui opère de main de maître la reprogrammation en cours :)

     

    Mesnet Joséphau-Charrier,

    juillet 2019

    Comme d'habitude, l'intrication quantique me permet d'exprimer une réalité à travers "Mesnet" sans occulter mes 7 autres milliards de réalités. Ce qui est affirmé ici n'est dont pas une vérité mais une projection à travers un prisme de création spécifique. Ces mots n’engagent donc que celle qui les écrit :)

     

    Approche de la biosphère et de la noosphère : ICI (noosphère : dans la théorie originelle de Vernadsky, la noosphère est la troisième d'une succession de phases de développement de la Terre, après la géosphère (matière inanimée) et la biosphère (la vie biologique). Tout comme l'émergence de la vie a fondamentalement transformé la géosphère, l'émergence de la cognition humaine transforme fondamentalement la biosphère. Contrairement aux conceptions des théoriciens de l'hypothèse Gaïa ou des promoteurs du cyberespace, la noosphère de Vernadsky émerge au moment où l'humanité, par la maîtrise des processus nucléaires, commence à créer des ressources par la transmutation des éléments / Source Wikipédia)

    Notre terre (dimension) est "protégée" des rayons cosmiques par un bouclier magnétique (atmosphère). Ces rayons cosmiques sont de l'information dimensionnelle : ainsi, notre planète est confinée dans un champ d'information duel et limité. L'étape actuelle est de défaire ce bouclier afin d'intégrer TOUTE l'information quantique et ainsi, instaurer une nouvelle dimension de conscience (unifiée et illimitée) au sein de notre système solaire. C'est pour cette raison que la programmation en cours n'a rien de mortifère, elle n'est que la mise en place d'une méthodologie quantique spécifique permettant d'instituer une civilisation "supérieure" :

     

    Complété le 16 décembre 2019 :

    La matrice extérieure me renvoie souvent à son programme de base et murmure : tu es naïve et utopique, donc fragile...lorsque l'effondrement va avoir lieu, seuls les plus forts et les mieux préparés survivront...mais ces mots ne sont que les données d'un programme quantique dépassé.
    J'ai posté il y a quelques jours un mot concernant la protection...il y aura protection ou fusion...et ce principe fondamental du "nouveau monde" est valable pour tout : dans sa relation à soi, aux autres, à la société, au cosmos...
    Se préparer "au pire", dans la peur de manquer, c'est oublier les bienfaits du grand retournement/effondrement que nous/JE projetons...
    Seules les énergies de fraternité, de paix, de partage, d'allégresse, de tendresse et de miséricorde "nous sauverons"....il ne s'agit plus ici de les "penser" tout en se battant pour conserver les richesses qui nous resteront "le jour d'après", mais bien d'incarner cette réalité de conscience...
    Et comme d'habitude, JE suis celui qui ne sait rien mais qui est tout...ainsi, je ne sais s'il y aura effondrement ou pas puisque tout est possible...Ce qui compte ici, c'est que ce scénario neuronal existe, que je peux m'y projeter et en comprendre les enjeux métaphysiques...et constater que je n'ai pas peur, que je me fonds parfaitement dans ce "futur" vécu au présent....


    Texte de Arthur Keller

    Message à l'attention de ceux qui entretiennent une vision caricaturale et « romantique » de l'effondrement et s'imaginent, demain, en durs à cuire rompus aux techniques de survie et/ou d'autonomie. Tenez-vous le pour dit : en situation de descente énergétique et matérielle, ceux qui survivent sont ceux qui s'entraident.

    Ce n'est pas là un vœu pieux, ou une bisounourserie candide, mais bien un invariant de l'Évolution. Dans une situation où la part du gâteau diminue mais pas la population (dans un premier temps), l'individu moyen peut être tenté de se laisser aller à des mœurs relevant de la rivalité... Et ces mœurs constituent une des raisons pour lesquelles une régulation opère par réduction barbare des populations (conflits meurtriers, maladie, famine, etc.). Alors qu'en réalité, dès que les gens s'organisent coopérativement et se partagent la gestion du fardeau, la descente est plus douce et vivable pour tous. La sauvagerie n'est pas une fatalité, elle n'est que la résultante d'une explosion du chacun-pour-soi.

    Une relative viabilité écologique, alimentaire, énergétique, sanitaire et sociale pourrait se mettre en place si seulement la collaboration supplantait les individualismes débridés qui sont le ferment du chaos et le bâton dans la roue de la résilience.

    J'informe tous ceux qui s'engagent dans des projets individualistes ou micro-collectifs : VOUS NE SEREZ JAMAIS RÉSILIENTS AINSI. LA RÉSILIENCE S'ORGANISE COLLECTIVEMENT À L'ÉCHELLE TERRITORIALE. Et tout projet qui n'aura pas pour stratégie première de stimuler l'émergence de réseaux complémentaires et solidaires à l'échelle d'un territoire ne pourra qu'échouer. Tout projet qui n'aura pas, au cœur, la finalité d'instaurer un nouveau rapport à la nature et au reste de ce qui vit ne pourra que déboucher sur un système bancal et féroce.

    Force est de remarquer qu'une proportion importante de ceux qui prennent conscience des risques d'effondrement se mettent à la chasse (à l'arc, parfois). La peur de l'avenir qui est sous-jacente à ce type de posture opérera comme avec un chien sauvage : plus vous avez peur, plus vous avez de chances de vous faire mordre. La peur est une prophétie autoréalisatrice.

    Par conséquent, si vous ne réagissez pas et si vous n'impulsez pas un état d'esprit constructif là où vous vous trouvez, si vous ne démontrez pas qu'un sursaut d'intelligence peut surpasser les pulsions psychotiques et mesquines, pour vous le pire est certain (du point de vue écosystémique et, par contrecoup, humain). Plus vous serez nombreux à opter pour ce type de comportements archaïques plutôt que de tenter un renouveau culturel dans le rapport que vous entretenez au reste du vivant, plus vous aurez de chances de vous faire mordre par l'existence. En agissant comme des brutes, vous condamnez une grande part de votre communauté/collectivité à une mort sûre (morsure ?).

    De même, j'observe qu'un grand nombre de celles et ceux qui se mettent à la permaculture (et autres démarches d' « autonomisation ») ne cherchent qu'à utiliser le vivant et ne le respectent pas. Qu'ils et elles retiennent de la permaculture ce qui leur semble directement utile pour leur pomme sans en respecter les principes fondateurs. Ils ou elles mécomprennent les logiques d'interaction écologique entre espèces et la nécessité de réensauvagement, le besoin de ficher la paix à ce qui vit et de lui donner un coup de pouce plutôt que de l'exploiter. Ils ou elles tuent les animaux et insectes qui les dérangent sans se poser de questions sur pourquoi ceux-ci sont là, à quoi ils servent et comment gérer les dysfonctionnements sans forcément les exterminer. Ils ou elles ne produisent pas le surplus qu'ils sont censés redistribuer à la nature. Ils ou elles éradiquent certaines espèces (type frelons) alors qu'ils sont la plupart du temps infichus de faire la différence entre les européens et les asiatiques et se retrouvent à tuer des espèces déjà en danger. Ils ou elles installent des ruchers pensant naïvement améliorer la situation alors que ça la fait empirer, en réalité — voir par ex. https://www.pollinis.org/…/pollinis-abeilles-sauvages-6.com….

    Et cetera.

    Si vous vous reconnaissez dans tout ou partie de cette description, ne vous offusquez pas, je ne vous attaque pas. Sachez seulement que votre démarche n'est pas la bonne. Je ne vous donne pas mon opinion personnelle mais mon avis de spécialiste des systèmes résilients. Ça ne marchera pas. Les quelques-uns parmi vous (ultra minoritaires) qui réussiront à devenir réellement résilients ne pourront l'être que temporairement. Jusqu'à l'arrivée des autres.

    Les autres arrivent tôt ou tard.

    Et alors, vous ferez quoi ?

    La bonne démarche consiste à tout entreprendre, avec ouverture d'esprit et en s'efforçant d'être inspirant, pour co-organiser des systèmes résilients et dignes à l'échelle territoriale. Je ne le répèterai jamais assez. Cela requiert de bâtir – patiemment – des réseaux basés sur la confiance réciproque. Cela requiert de réévaluer notre rapport aux autres et d'apprendre à travailler ensemble. Cela requiert de repenser le rapport utilitariste à la nature qu'on nous a trop longtemps inculqué (quelles qu'en aient pu être les justifications, quand il y en a eu) et qui accentue nos vulnérabilités. Sans une réinvention radicale de la nature de nos interactions avec autrui et de notre place dans le maillage du vivant, nulle société stable et désirable ne sera jamais envisageable : le monde se résumera à une somme de rapports de force dans un contexte général d'effondrement. Tant qu'on exploitera les animaux non-humains, tant qu'on se servira dans la nature comme dans un garde-manger nous appartenant, tant qu'on se comportera en maîtres et possesseurs de ce qui vit, tant que chacun adoptera de son côté des attitudes individualistes et de domination, alors nos sociétés seront à la fois non viables pour la plupart (déséquilibres écologiques, psychologiques et moraux, donc sociétaux) et non vivables pour tous (cruelles et terrifiantes).

    Créez des liens, travaillez en réseau, construisez de la résilience territoriale et montrez l'exemple de façon inspirante. Insufflez l'état d'esprit d'un sursaut de dignité. Autour de vous, vous verrez le jaillissement d'espoirs lucides, vous ferez diminuer la peur de l'avenir et donc les risques de prolifération des individualismes : c'est ainsi que se dessineront enfin des perspectives d'un monde digne d'être vécu.

    Arthur Keller

     

    Note du 12 mars 2020 : j'ajoute le coronavirus à ma liste d'effets possibles liés à l'effondrement :) Et j’entends que l'un des symptômes est une toux sèche : exactement ce que j'ai initié en 2019, à travers le noyau atomique...de là à affirmer que chaque humain est en train de ce câbler sur un nouvel outil énergétique :) :)

     

    Journal de bord de ce retournement : ICI

     

     

    Pin It

    Tags Tags : , , ,