• Le cas Ingrid Levavasseur

    Le cas Ingrid Levavasseur

    Le cas Ingrid Levavasseur....

    J'observe un phénomène bien connu, il est au cœur de ce qui est reproché au gouvernement : bien souvent, les figures GJ, lorsqu'on leur parle de la violence de certains manifestants, renvoient leurs interlocuteurs à la violence originelle, celle des institutions car il est extrêmement violent d'organiser une société qui accepte le principe du "travailleur pauvre".

    Actuellement, de multiples lois sont adoptées afin de mieux encadrer les "pauvres", ceux qui bénéficient d'allocations et d'aides, alors que parallèlement, rien n'est fait pour remédier à l'évasion fiscale des "riches". La rapidité avec laquelle ce gouvernement promulgue des lois anti-pauvres, l'ingéniosité qu'il déploie afin d'inventer de nouvelles taxes, de nouveaux impôts, de nouvelles façons de surveiller (et réprimer !) le peuple, est confondante...alors que parallèlement, sa lenteur pour empêcher certains lobbies de polluer (par exemple) est parfaitement effarante. Tout ceci est extrêmement violent. Et c'est bien cette violence qui engendre une réponse violente en retour.

    Ingrid Le vavasseur a, sans le vouloir, actionné les mêmes fondamentaux : sa façon de s'approprier le mouvement sans actionner aucune structure démocratique a été extrêmement violente. Imposer son point de vue à des milliers de gens en difficulté a été extrêmement violent. Détruire la confiance que certains avaient mis en elle a été un choc extrêmement violent. Utiliser le GJ et l'acronyme du RIC à des fins personnelles, totalement en opposition avec les aspirations des GJ, a été un choix extrêmement violent.....et la violence s'est déchainée contre elle...mais cette dernière, comme pour le gouvernement, est une réaction à sa "violence originelle"...

    De plus, il y a désormais un certain "mépris de classe" lorsqu'elle évoque la violence vulgaire et hargneuse qui se déverse sur elle. Elle reproduit là encore les réflexes de ceux qui exercent violemment leur pouvoir sur autrui, tout en étant dans le déni de ce processus : Ingrid et Mr Macron ne peuvent admettre la violence au cœur de leur "management", ils ne peuvent donc en comprendre les causes mais simplement en condamner les conséquences : les GJ deviennent alors à leurs yeux un "magma inculte" pour lequel ils n'éprouvent nulle tendresse, nul respect.

    Et pour Ingrid, s'ouvre alors un paradoxe assez particulier : elle est en désamour total avec la plus grande partie du mouvement des GJ, dont elle provient pourtant....

    Ainsi, Ingrid reproduit exactement les mêmes erreurs que ceux qui sont au pouvoir actuellement et de façon naturelle, se sent de plus en plus en phase avec certains ministres, députés, hommes d'affaire...

    (Personnalité à suivre car chaque humain évolue et Ingrid peut, comme chacun d'entre nous, incarner le meilleur d'elle-même...laissons chacun grandir, expérimenter ses espaces de conscience, ne jugeons rien, posons de simples constats, observons...et avançons ensemble) 

    P.S : concernant son "retour" dans les manifestations (dimanche 17 février 2019), là encore, je perçois avant tout son incapacité à se remettre en cause : en reculant sur ses projets, elle a admit tacitement s'être trompée et cependant, sans préparer "le public", elle revient brutalement au sein d'une marche GJ. C'est elle ici qui divise encore une fois, ce qui permet aux médias d'extraire  des images de dissensions. Elle fait violence au mouvement, le malmène, ne communique pas avec lui, s'impose, refuse d'entendre que personne ne désire lui donner la place qu'elle souhaite s'octroyer :  une figure, une représentante, un porte-parole ou un leader.

    Le problème avec ce type de personnalité, c'est qu'elle n'a pas conscience de son impact sur la communauté, qu'elle amène cette dernière à réagir à ses actions et que c'est bien elle, à la base, qui initialise la violence et la séparation. N'ayant aucune lecture psychique ou psychologique des phénomènes de masse, elle malmène cette dernière sans même sans apercevoir et la désigne comme responsable des conséquences de ses actes. Ici, ce manque de sagesse est assez perverse car la personne  a le sentiment de donner d'elle-même, d'aider le mouvement alors qu'en réalité, elle est à l'origine de ses dysfonctionnements.

     

    Mesnet Joséphau-Charrier,

    percevoir la communauté à partir d'un espace socio-quantique et spirituel

    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    zen
    Mardi 5 Mars à 18:55

    Bravo pour cette belle analyse, très instructive. On aimerait voir ça sur les chaines de télé, mais hélas...

     

      • Lundi 29 Avril à 12:05

        Je reçois ce commentaire ce matin....un décalage dans l'espace temps, mince :)

        Merci en tout cas pour ce retour :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :