• Larguer les amarres ou devenir l'ancrage

    Larguer les amarres ou devenir l'ancrage

    Larguer les amarres ou devenir l'ancrage

    Quel marcheur spirituel ne s'est pas dit un jour : il faut que je m'ancre dans cette dimension physique ! L'ancrage fut alors une nécessité pour beaucoup, un besoin fondamental d'avoir les pieds sur terre tout en ayant la tête dans les étoiles. Quel effort pour ne pas s'envoler toujours plus haut afin d'incarner notre humanité !

    Mais lorsque je redeviens ce Dieu si banal et si simple, il n'y a plus rien à FAIRE pour s'ancrer, JE SUIS l'ancrage. Cela n'est plus lié à un besoin ou à une projection quelconque. Je ne ressens aucun appel à rester ancrer dans une dimension ou dans une autre.

    L'ancrage à moi-même est naturel, il EST. Et pour vivre cet ancrage inné, je définis un mouvement paradoxal qui équivaut à une sorte de désencrage dimensionnel, une mort du corps :) Mon humanité, ma chair, mon existence humaine n'ont plus d'importance, je peux larguer les amarres. Et je comprends enfin que vouloir à tout prix m'ancrer quelque part, c'est forcer ce qui existe déjà. C'est accorder de l'importance à ce qui n'en a pas. 

    Alors nulle erreur dans la nécessité de travailler son ancrage terrestre, au contraire, c'est un puissant prisme quantique. Seulement, là comme ailleurs, à un moment ou à un autre, plus rien en nous ne doit s'agripper à sa création, tout doit lâcher.

    Que puis-je dire d'autre, excepté que le besoin de s'ancrer dans une forme spécifique se développe au sein de la CRÉATION mais que le CRÉATEUR est le seul et unique ancrage, sans qu'il y ait besoin ou travail.

     

    Mesnet Joséphau-Charrier

    2017

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :