• L'école : de la fabrique de crétins à l'école de loisirs

    L'école : de la fabrique de crétins à l'école de loisirs

    L'école : de la fabrique de crétins à l'école de loisirs

    Revenons aux sources, à l'origine du mot "école" : aussi improbable que cela puisse paraître, le mot école signifiait à l’origine loisirs ou arrêt du travail. En effet, ce mot est dérivé du latin schola (loisir studieux), qui est issu du grec ancien skholế signifiant arrêt du travail. (Le saviezvous.net)

    Nous le savons tous, l'école contemporaine stimule l'échec et la souffrance, la concurrence et la prédation. Elle est une suite illogique de programmes sans aucun sens, elle s'appuie sur une histoire totalement erronée (voire mensongère !), elle est une structure lourde, effrayante et destructrice. Le développement personnel y est inexistant, on n'amène pas l'enfant à comprendre sa relation à l'autre, l'école les formate au contraire à devenir de parfaits petits travailleurs/consommateurs. Faites ingurgiter des vérités frelatées à de jeunes âmes (et cela durant des années!), vous obtiendrez le résultat escompté : des humains à la conscience étroite et limitée, incapables de se poser des questions sur la société dans laquelle ils gravitent et n'ayant pas la capacité de remettre en cause l'ordre établi.

    Les GJ évoquent souvent leur tristesse face à la mort annoncée de leur village : plus d'école, plus de service public, plus de commerce, plus d'habitant, cette équation ayant été largement encouragée par les gouvernements successifs. Ainsi, on concentre notre jeunesse dans des écoles stériles et surpeuplées dans le but de fabriquer des "esclaves" malléables et corvéables à merci.

    Ce constat étant posé, voici ce qui va se passer dans les décennies à venir : grâce à cette dégradation (et non pas "à cause de", tout est là ! ), de jeunes couples vont prendre en main l'éducation de leur progéniture. Ils vont quitter un système scolaire qu'ils considèrent comme mortifère et vont réinventer l'école....leur école. Ainsi, "devenant l'école", ils vont retrouver le chemin de nos villages, une multitude de maisons vides les attendant de "pierre ferme". D'autres suivront et collectivement, ils réinventeront une "université du savoir"....et le reste suivra : les commerces, un service public adapté (certainement réinventé lui aussi), une communauté soudée...

    N'oublions pas que l'amour que nous ressentons pour nos enfants est un moteur de création sans limite. Ainsi, sans résister au système en place, les Français vont en structurer un nouveau, parallèle à l'ancien et surtout autonome : tout partira de la base (de la famille, du village) et plus rien ne sera centralisé.

    La connaissance deviendra un socle solide et mouvant à la fois. Les structures parentales échangeront leurs protocoles éducatifs mais le fil conducteur restera le bien-être de l'enfant...de tous les enfants ! Ces écoles "d'un nouveau genre" et à la "conscience augmentée" existent déjà, leur expérience sera précieuse dans les temps à venir.

    La r-évolution en cours prendra du temps. Elle demandera aux parents de s'engager et au début, seuls quelques précurseurs s’investiront dans l'éducation humaniste. Mais la matrice du nouveau monde est déjà active, certains (de plus en plus nombreux) refusent de remettre leur plus grande richesse (leurs enfants !) entre les mains d'un régime éducatif qui tient plus de l'asile psychiatrique que d'un organisme d'apprentissage.

    L'école "de loisirs", c'est concevoir que l'enseignement n'est pas une opération de conditionnement mais un appel à l'amusement : je vous invite à découvrir ici les travaux d'Idriss Aberkane, neuroscientifique (vidéo en bas de page), qui nous apprend que notre cerveau (ainsi que celui de tout être vivant) est à son maximum lorsqu'il apprend à travers le jeu.

    Une école évoluée, incubatrice de bonheur, d'intelligence et d'amour, c'est possible ! Seulement, elle ne sera pas inventée et gérée par un état mais par la famille :)

     

    P.S : le titre fait référence à l'ouvrage "la fabrique du crétin : la mort programmée de l'école", de Jean-Paul Brighelli.

    En voici le sujet : "nos enfants ne savent plus lire, ni compter, ni penser. Le constat est terrible, et ses causes moins obscures qu'on ne veut bien le dire. Un enchaînement de bonnes intentions mal maîtrisées et de calculs intéressés a délité en une trentaine d'années ce qui fut l'un des meilleurs systèmes éducatifs au monde. Faut-il incriminer les politiques, les profs, les parents, les syndicats, les programmes ? En tout cas, la Nouvelle Pédagogie a fait ses «preuves» : l'école a cessé d'être le moteur d'un ascenseur social défaillant. Ceux qui sont nés dans la rue, désormais, y restent. Dès lors, que faire ?

    Jean-Paul Brighelli analyse avec une lucidité féroce, sans nostalgie exagérée, cette école de la réussite devenue si souvent école de l'échec programmé et donne des solutions pour une école de demain. Normalien, agrégé de lettres, il a, du collège à l'université, parcouru l'essentiel du paysage éducatif. Longtemps impliqué dans l'édition scolaire et parascolaire, il en démonte au passage les mécanismes et les intérêts convergents." Jean-Paul Brighelli

     

    Mesnet Joséphau-Charrier,

    décrypter l'espace à travers un prisme socio-quantique

    Vidéo "l'intelligence par le jeu", avec Idriss Aberkane :

    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :