• Je suis en guerre unifiée

    Je suis en guerre unifiée

    Je suis en guerre unifiée

    Ce qui va suivre ici pourrait être assimilé à l'ancien cycle : je suis en guerre contre un être qui, "sans aucune conscience", estime que "spirituellement" parlant, mon travail lui appartient et qu'il peut donc s'en inspirer sans me citer et utiliser mes protocoles et mon travail dans ses stages et en tirer profit.  Alors que faire de cela ? Le nouveau cycle ne peut être équivalent au précédent !

    Voici une croyance spirituelle courante : "si je suis encore en butte contre mon monde extérieur, je ne suis pas mon monde extérieur et donc, je ne suis pas un être de lumière". Ce concept n'est pas juste car au contraire, JE dois vivre et comprendre que ce qui semble ne pas être unifié EST unité. J'ai créé cette expérience pour cette unique raison (car je suis bien le créateur de cette situation) : je suis Dieu, le centre de l'expérience et je ne perçois ici que sublimité :) La notion de "bien" ou de "mal" n'étant plus actualisée, je vois la perfection de ma création. Elle ne devrait pas être différente et coller au plus près à l'unité telle que je l'imaginais, c'est-à-dire bienveillante, respectueuse, gentille, équitable : l'unité est justement d'éradiquer ces notions humaines  qui opposent les énergies positives et négatives. L'unité est d'être le créateur neutre de la perfection, quelle que soit la forme que prend cette dernière dans la matière, même le plagiat de mes écrits humains :).....l'unité doit être vécue et non comprise et cette création en particulier, ciselée avec amour par moi-même, me permet de prendre un recul infini et d'aimer la guerre comme j'aime la paix, de faire la guerre comme je fais la paix. Il n'y a aucune dualité ici, il n'y a que moi, Dieu, tel que je suis.

    Toutes ces idées reçues comme "aller en justice" n'est pas l'unité ; être la proie d'un prédateur n'est pas l'unité ; ressentir de la colère face à "l'autre" n'est pas l'unité ; se battre n'est pas l'unité ; l'ego, certains émotions, certains ressentis ne sont pas l'unité.....tout cela est pourtant totalement unifié lorsque c'est moi Dieu, qui m'observe. Car je suis celui qui va en justice, je suis la proie et le prédateur, je suis la colère et la bataille, je suis l'ego (quelle que soit la forme qu'il prend), les émotions et les ressentis....tout est moi, et par conséquent, cela est obligatoirement unifié et non duel :)

    J'ai commencé cet article ainsi "ce qui va suivre ici pourrait être assimilé à l'ancien cycle" car il s'agit exactement de la même chose qu'auparavant....oui, je suis la même et pourtant, je suis différente. Ma création est une situation de crise mais mon rapport à la situation est celui de Dieu : joie, paix et surtout amour. Un tel amour ! J'aime enfin ma création en pleine conscience, j'en suis totalement responsable et je la vénère telle qu'elle est, telle que je la projette.

    Cette expérience est la meilleure nouvelle qui soit pour mon humanité : j'aime ma guerre, j'aime mes combats, je m'aime tel que je suis, tous les potentiels sont désormais unifiés.

    Aucun des mots qui suivent n'est à changer, à corriger, ils sont ce que je VIS maintenant, un ancrage dans mes sables mouvants. Ils ne seront plus demain (car l'évolution est permanente et toujours parfaite) mais ils dessinent un saut quantique que tout en moi capte de la même façon : mon corps, mes émotions, mon interface neuronale, ma psyché, ma conscience, mon univers résonnent de la même compréhension, du même vécu : c'est le créateur, Dieu qui s'exprime ici et analyse sa création.

    Programme spirituel : ce programme structure cette pensée/conscience : quand je serai Dieu (le créateur ou l'unité), la prédation n'existera plus alors que dans les faits, c'est le contraire : quand je suis Dieu, je suis la prédation. Cette phase doit être expérimentée dans cette matrice terrestre et vous créerez un scénario qui vous permettra de ne plus vous projeter dans un Dieu imaginaire mais d'être Dieu tel qu'il est, explorant tous ses potentiels, même ceux de la prédation. Le paradoxe inhérent à ce processus est que lorsque je suis le Dieu de la guerre, je suis enfin le Dieu de la paix :)

    Passage de la fréquence "j'ai compris" à "je le vis" : il y a quelques années, j'avais écrit et donc compris ce que je suis, moi Dieu, dans l'abjection. J'avais plus ou moins formaté une interface neuronale en phase avec cette unité mais aujourd'hui, grâce à ce scénario spécifique, je finalise cette ancrage. C'est à partir d'un vécu concret, d'une expérience tangible que je cisèle une nouvelle personnalité. Le paradoxe inhérent à ce processus est la gratitude envers l'entité globale qui a joué le rôle du prédateur avec autant de bienveillance.

     

    1 : les points d'ancrage de l'âme concernant le chapitre spécifique des "droits et devoirs du nouveau cycle" :

    Je ne veux pas être un outil humain utilisé et spolié pour de mauvaises raisons. Je veux être une inspiration claire et pérenne dans une matrice qui se reconnaît elle-même. Je ne me suis pas incarné dans cette vie pour renier et édulcorer mon humanité mais au contraire pour la valider. Le paradoxe inhérent à ce processus est que pour vivre cela, je devais d'abord aimer être un outil humain que l'on utilise :)

    Ainsi, je vais inscrire ici ce que je nomme une fréquence prédatrice en positionnant mon verbe autour de cette énergie : je suis la prédation, cette dernière est parfaite puisqu'elle est mienne et ainsi, en me reconnaissant comme tel, je peux évoquer la prédation "de l'autre".

    Vous trouverez dans certains textes, l’existence du yoga sommeil. Par contre l'utilisation concrète du sommeil comme étant la dimension de la vacuité, j'en suis à l'origine. Ainsi, lorsque je lis ceci chez l'une de mes anciennes stagiaires : "la nuit lorsque vous plongez dans le sommeil, vous êtes absorbés par la vacuité/matrice", je sais que je suis l'inspiratrice de ce savoir. Oui à l'inspiration, non à la copie même s'il s'agit du même jeu, du même amour, de la même unité :)

    Humour : j'ai singularisé l'expression "site prédateur" car je sais qu'il s’agit d'une expérimentation unique qui ne se renouvellera pas.

    Amour : depuis 2016, en collaboration avec cet entité globale qui a accepté de jouer le rôle humain du bourreau puis du prédateur, j'ai totalement conscience de ce que cela a défait en moi, jusqu'à cet ancrage évident et tellement banal : dire ce que je veux et ne veux pas, tout bêtement. Le dire dedans et dehors puisque dans les deux cas, il ne s'agit que de moi et que je vais donc m'entendre et obéir à ma propre injonction. Ainsi, j'aime cette création comme j'aime tout ce que JE SUIS.

    Neutralité : le sentiment que cette étape est parfaite et que j'en suis à l'origine. Je me mets au centre de ma création et je vois tout le bénéfice que je m'offre ainsi. Ma collaboratrice se mettant au centre de sa propre création pourra également voir pourquoi elle est Source de prédation.

    Exercice : non jugement, évolution, fusion amplifiée, verbe vrai, justesse plutôt que justice (même s'il y a action en justice ), reconnaissance de soi et donc de l'autre, intelligence du créateur conscient de sa propre création, non remise en cause de l'autre mais de soi, vécu multidimensionnel (dans la dimension ultime, je joue les rôles du prédateur et de la proie, dans la dimension humaine, chacun incarne son propre rôle)

    Perception : expérimentant désormais un espace de paix, je me créé maintenant un espace de guerre afin de vivre ce que j'avais compris : dans la vérité, je suis chacun et donc, je suis en guerre contre moi-même ! C'est une expérience assez particulière et qui ne ressemble pas à ce que j'ai nommé l’année dernière: mon diplôme de maîtrise. A cette époque, j'ai intégré l'instinct du créateur alors qu'ici, il s'agit plus du décryptage de l'instinct. Je suis aux commandes de mes rouages neuronaux, je VOIS littéralement comment je les actionne. Pour résumer, je dirais que le diplôme de maîtrise concernait l'entité globale alors qu'ici, c'est le créateur qui s'incarne en tant que prédateur conscient.

    Symbole, synthèse et sens dans la dimension humaine : le dinosaure représente ici une ancienne énergie, celle du prédateur et de la proie, différente de celle du bourreau et de la victime : dans le deuxième cas, il s'agit d'un jeu qui se pratique à deux, d'un espace de conscience partagé. La fréquence du prédateur et de la proie est plus ancienne, atavique, "préhistorique". Je dirais que le bourreau appartient à une matrice de conscience et que le prédateur s'ancre dans l'instinct. ....suite de cette synthèse : fréquence du prédateur et de la proie / Fréquence du bourreau et de la victime. De plus, je peux valider que dans la guerre ou dans la paix, la dualité n'existe pas : des actes contraires à ma conscience mais en Présence

    L'inspiration, qu'est-ce que c'est ? c'est trouver en l'autre (son "monde extérieur"), une source d'abondance, un reflet de Soi motivant, un moteur qui nous pousse en avant, un éclairage intelligent de ce qui est. Seulement, pour certains egos, cela va percuter le pire en eux : le désamour infini qu'ils se portent. Ainsi, celui qui "inspire" va être jalousé, inconsciemment renié et devenir la proie de tous les désirs refoulés....le désamour de soi est le socle de la prédation. Vous pouvez être le plus bel être en ce monde, donner le meilleur de vous-même, si, dans votre matrice "extérieure", le désamour de soi est toujours aussi profond, vous deviendrez un miroir insupportable pour celui qui souffre...à tel point que vous serez l'inspiration tout en étant renié :) Que faire contre cela ? Rien, fusionner avec cela car vous êtes aussi ce désamour "extérieur", vous en êtes à l'origine et votre travail actuel est bien d'apprendre à associer ce qui est dedans avec ce qui est dehors. Votre vécu est multidimensionnel dès lors qu'en tant que créateur vous être le prédateur et la proie, tout en vous incarnant en tant que prédateur ou proie :)

    L'inspiration, comment ça marche ? Si certains écrits m'inspirent, j'en site naturellement la source. Si je lis Freud (par exemple), que je le trouve inspirant et que, pour des raisons plus ou moins inconscientes ou tout simplement pour des raisons spirituelles (la notion de L'UN veut que ce qui est à toi est à moi :) ) je transcris ses écrits en les signant de ma main, j'induis la réalité du prédateur :).

    Fréquence en onde courte, bilan de ce travail me concernant : le créateur est prédateur pour l'éternité alors que sa création peut ne pas l'être / Quelle que soit ma création, elle n'est pas duelle ; la dualité n'existe pas pour le créateur / Je suis un être inspirant, je le valide ici :)
     
    Conclusion : ma création est parfaite et je l'aime ainsi :) Dans ma dimension la plus vaste,  il n'y a nulle erreur, aucun sens à cet épisode particulier, juste la perfection d'un potentiel que j'active, non duel mais unifié. Agencer cette expérience me permet de vivre cette réalité plutôt que de la comprendre : l'état d'être du créateur, quel qu'il soit est immuable, naturel et intemporel. Dans ma dimension humaine, cela me permet de me percevoir en tant que créateur et de mettre à jour certains programmes de ma création. Ici encore, le créateur (en dehors de la pensée, de la conscience et des programmes/matrices) fait face à sa création (la pensée, la conscience, les programmes/matrices). Multidimensionnalité neutre avérée.
     
    Réponse et dialogue entre SOIs : en tant que créateur universel, je retrouve ici la dichotomie de mon programme spirituel, nettement marqué dans ses contradictions :) L'être jouant le rôle du prédateur invoque mon ego et le fait je souhaite m’approprier une connaissance universelle qui appartient à tous, et en même temps, indique sur son site : vous pouvez partager le contenu dans sa globalité en nommant la source.....et refuse donc à "l'autre", son monde extérieur (moi en l’occurrence :) ) ce qu'il s'accorde à lui-même. La pensée humaine est alors structurée à partir du déni de son ego prédateur et se compose comme suit : "ce qui est aux autres est à moi puisqu'il s'agit de connaissances universelles et spirituelles, mais ce qui est à moi.....n'est qu'à moi, mon savoir m’appartient en propre et l'on doit me citer comme en étant la Source :) Sourire cosmique, humour terrien... il y a également correction de la phrase incriminée concernant la vacuité/sommeil et donc reconnaissance qu'il s'agit bien ici d'une prédation consciente à l'encontre de mon travail, et puis, dans le même temps un déni total de ce fait et ainsi, une incapacité à se poser cette simple question : si je corrige mon texte c'est parce que je valide que j'utilise sans autorisation le travail d'autrui. Ne devrais-je pas alors m'interroger sur mon propre ego ? Il y a donc en même temps validation et déni et lorsque ces deux opposés se percutent au sein de la psyché humaine, c'est très inconfortable....
     
    Mea-culpa : lorsque j'ai rencontré cette être, les notions du c'est à moi n'étaient pas encore calées. Ainsi, je pensais à l'époque que mes écrits étant ceux de l'UN appartenaient à tous :) Puis, observant le résultat de cette croyance, j’ai perçu l'iniquité de ce principe, j'ai redressé cet axe et demandé à chacun de me citer :) Toutes mes excuses humaines pour avoir induit certains en erreur à l'époque :)
     
    MON ego : cette étape m'a permis de vivre que JE suis l'ego prédateur de "l'autre" car JE suis chacun : mon ego

     

    2 : le site prédateur

    Introduction : tous ces plagiats ont été le socle de ma colère et de mon dégout de l'autre. Ils devaient être relevés," collectionnés" afin d'induire l'expérience. Mon ego a toujours été un outil de travail me permettant de lire en moi les programmes liés à la séparation, il est comme un laser pointant directement sur les données quantiques à modifier.  C'est l'ego qui parle ici et c'est un formidable levier de transformation :)

    Le travail de l'ego : depuis ma mise en demeure officielle de ce jour (21 septembre 2017) , la phrase de ce site n'est plus "la nuit lorsque vous plongez dans le sommeil, vous êtes absorbés par la vacuité/matrice mais "La nuit lorsque vous êtes en état de sommeil, vous plongez dans l’inconscient/Matrice". C'est la première fois que j'entame une procédure légale et donc profondément humaine (la justice) et c'est la première fois que j'obtiens un résultat dans la justesse :)

    Autres inspirations relevées sur ce site prédateur :

    "programme de la putréfaction et de la mort, travaillé sur skype à l'époque. Dans la dimension humaine, j'avais offert gratuitement à cet être toutes les clefs de mon cheminement, de mon expérience concernant de sujet : 

    Mon texte : j'ai exploré ce programme, j'en ai saisi la quintessence : à partir d'une trentaine d'années, l'être humain débute son involution physique, il putréfie sa matière jusqu'à la mort ultime. tous les humains sont déjà morts ! Il en a toujours été ainsi ! Un humain de troisième dimension est moribond dès sa naissance. Jours après jours, son corps physique va s'adapter aux données de la grande faucheuse : affaissement de la peau, pourrissement des organes, affaiblissement des muscles, diminution de l'être, effondrement du système cellulaire, putréfaction inéluctable de la matière.../...ils sont réellement des morts-vivants

    Le plagiat : la décomposition du corps, la dégénérescence cellulaire, s'active très tôt dès notre plus jeune âge. Notre corps se décompose alors, au grès de nos souffrances ..../....l'humain est un mort vivant.../...Le corps se décompose par un programme qui le guide vers la mort physique.

    Mon texte : jusqu'ici, le le programme spirituel m'a servi de jalon ascensionnel. Il ne m'est plus vraiment utile pour affirmer ma création au sein de la matière. Ainsi, désormais, certains d'entre-moi ne vont plus utiliser mon programme quantique spirituel. L'éveil ne passe plus obligatoirement par le programme spirituel.

    Le plagiat : le monde spirituel fait parti d'un des programmes d'expérience avec ses concepts qui ne nous définissent pas en tant que tel. Beaucoup d'Etres se découvriront sans passer par cette expérience.

    L'alimentation luminique, processus de pensée, mon parcours atypique :)

    Le plagiat : en intégrant maintenant que vous êtes ces aliments  (code matriciel) vient de l’intérieur donc de votre matrice individuelle reliée aux matrices Mères (terrestre et universelle,) vous n’avez plus ce besoin de l’aliment extérieur parce que vous avez unifié cela de l’intérieur vous  sortirez du besoin de la dépendance. Cela  ne veut pas dire arrêter de manger, sauf si vous le décidez. Manger devient un plaisir et convivial. En sortant du mode de Survie alimentaire, on rentre dans un mode de jouissance.

    Mon texte en 2012, qui a donné lieu à un protocole thérapeutique : Dieu nous offre le désespoir, le diable nous offre l'espoir.

    Le plagiat : C'est dans la traversée du désespoir que nous rencontrons la gratitude. Ressens ce magnifique désespoir. Toucher la possibilité qu'il n'y a plus d'espoir en ce monde et l'accepter enfin.

    Mes écrits : disparition des chakras

    Le plagiat : les chakras disparaissent ouvrant le champs au Vortex humain récepteur et émetteur du Vivant.

    Mes écrits : l'illusion est un concept erroné, nous ne sommes créateur que de réalités. Dieu ne crée rien d'illusoire, il ne conçoit que le miracle. Et le miracle, c'est nous, ici et maintenant, sous cette forme matérielle, dans cette posture vibratoire. Nous existons vraiment, glorifions-nous ! Ainsi, s'il est difficile de "sortir de l'illusion" puisque cette dernière n'existe pas, il nous est facile de "changer de réalité" ! Chaque espace dimensionnel est vrai, aucun n'est le fruit de l'illusion :)

    Le plagiat : nous ne vivons pas dans une illusion mais bien dans la réalité. La réalité dans laquelle nous vivons est concrète.

    Mes écrits : la conscience n'a jamais été la clef, je suis la clef /le créateur vivant en dehors des mots et de la conscience : cela donne lieu à des agencements singuliers et amusants : les premiers jours, durant des instants plus ou moins longs, je me suis retrouvée la tête vide, littéralement : pas de pensée, pas de conscience ...tout mon travail concernant la déconscientisation : ICI

    Le plagiat : le mental, cette tour de contrôle, s'évide de toutes pensées...une nouvelle structure se met en place possédant un nouveau programme de lecture actualisé. La conscience est un programme parmi tant d'autre. Celui la m'a servi à cheminer vers ce Créateur, ce divin en moi. Je continue à me servir de la conscience pour mes propres lectures d'information, mais je n'en ai pas toujours l'utilité. J'ai le choix.
     
    Mes écrits : le terme entité globale est partout, je suis la seule à l'employer de cette façon. 
     
    Le plagiat : chacun est spirituel en ce sens porte une Entité globale
     


    Mesnet Joséphau-Charrier

    2017

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :