• Je ne veux pas que vous changiez, je l'exige ou la non-existence du libre arbitre

    Je ne veux pas que vous changiez, je l'exige ou la non-existence du libre arbitre 

    Quelques mots très courts sur ce paradoxe amusant : "je ne veux pas que vous changiez" puisque JE suis parfait à travers vous. De plus, je n'ai pas besoin que vous changiez car cela m'importe peu désormais dans ma dimension humaine. Vous pouvez modifier votre programmation neuronale et intégrer l'unité....ou pas, je n'en ai cure : dans ma dimension originelle JE/vous êtes parfaits et dans ma dimension humaine, ce que JE/vous êtes ne m'atteint plus. Tout glisse, il n'y a plus d’aspérité face à MES données de création :) JE/vous faîtes donc comme vous le voulez dans cette incarnation :) Ici, le libre arbitre existe !

    Cette liberté totale me permet donc cette joyeuse sommation : j'exige que vous changiez :) Dans cette dimension, si JE/vous souhaitez encore soutenir l'ancienne version de vous-même, JE vous donne congé :) Je peux me permettre de ne plus faire aucune concession puisque je n'ai plus besoin de rien ni de personne et que vous n'êtes plus que l'extension de moi-même à travers un espace quantique très technique :) Si votre/mon programme s’aligne encore sur la malveillance inconsciente ou la prédation, je le mets en lumière et j'ordonne le changement. Je ne donne plus le choix à mon monde "extérieur", cela n'aurait aucun sens :)

    Quel libre arbitre pourrais-je donner à mes données de création ? Aucun mon général :) Être moi-même me permet d'intervenir fermement sur ma matrice de création, sans projection sur autrui mais au contraire, totalement centré sur MOI. Ici, le libre arbitre n’existe pas J 

    Cette approche multidimensionnelle est très subtile : j'impose le changement à mes données et dans le même temps, dans cette dimension spécifique, "l'autre" a le choix. Ce paradoxe s'appuie d'une part sur le phénomène d'intrication quantique et d'autre part sur l'intégrité du créateur que JE suis : il n'y a aucune émotion en moi lorsque j'impose à un humain/données de visualiser un programme spécifique de conscience. Qu'il le fasse ou pas n'impacte pas ce que je suis (le créateur) mais l'impacte "lui" (la création) : je n'ai pas besoin de lui mais il a besoin de MOI. Ainsi, si je mets fin à notre relation, ma douceur humaine, mon intelligence métaphysique, ma force et ma joie de vivre ne sont plus à disposition, et il y a manque.

    Ma création marche avec moi ou sans moi, si elle n'est pas "aux normes" :) Et en ce qui me concerne, les deux options se valent mais en ce qui concerne ma création, il y a perte et douleur :) C'est ici que se glisse la notion d'exigence et dans ma dimension humaine, elle me donne un pouvoir incommensurable. Un pouvoir sur MOI....et donc sur l'autre :)

     

    Mesnet Joséphau-Charrier

    2016

     

     

     


    Tags Tags :