• INITIATION à la lumière ou comment se défaire du besoin de manger

    Qu'est-ce qu'un être luminique ? Un être pranique se nourrit de prana, il ne s'alimente plus du tout. Un être luminique a conscience qu'il est la lumière, qu'il n'a nul besoin de l'ingérer.

    Je suis la vacuité et donc, l'énergie et la matière, toute la matière. Je suis la matière qui ingère et je suis la matière ingérée. Ma matière extérieure n'a plus d'impact sur ma matière intérieure. Rien de ce que je mange ne me fait prendre du poids ou ne m'atteint d'une quelconque façon. Manger ne me fait donc plus peur, ne génère plus de défaillances vibratoires, ne suscite plus de réactions physiques et n'a plus d'incidence sur mon état d'être.

    Ma mémoire cellulaire a désormais enregistrée d'autres pensées, d'autres automatismes, d'autres fréquences de création. JE suis ce corps, JE suis la lumière, rien de ce qui vient de l'extérieur ne me maintient en vie.

    J'ai défait mes conditionnements liés à l'alimentation. Manger n'est plus un besoin mais un plaisir. 

    Un être luminique peut donc manger ou ne pas manger. Il peut effectuer ce choix à partir d'un espace neutre et paisible. Il s'incarne sur terre pour jouir de ses fruits, dans le plaisir et la joie. Déguster un bon repas est un ravissement, ne pas manger l'est tout autant. Tel est l'être luminique du nouveau cycle, libéré de toutes projections, de toutes obligations.  Il est LIBRE de CHOISIR.

    Face à l'immortalité de ce corps, posez-vous cette simple question : votre esprit est-il joyeux d’envisager une existence terrestre illimitée sans plus jamais manger ? Le prana est un challenge de changement dans un cycle ou l'immortalité n'est pas acquise. Mais dès lors que votre temps sur terre est sans fin, c'est un espace luminique que vous mettez consciemment en place.

    Que ferait bien un esprit humain immortel sur terre s'il ne mangeait plus, s'il ne buvait plus, s'il ne travaillait plus, s'il ne ne définissait plus une relation amoureuse à travers une sexualité décomplexée ? Et bien l'esprit cesserait d'être humain, tout simplement, il mettrait fin à son expérience au sein de la matière.

    P.S : votre but n'est pas de ne plus manger mais bien de manger si vous le souhaitez.  Vous devrez vous défaire de certaines postures, paramétrer votre espace mental, rassurer votre corps physique, apprendre à ressentir la joie luminique. Ce dernier point est important, la joie de manger ou de ne pas manger doit être similaire, sinon la pulsion alimentaire persiste car le manque s'installe. Aucune croyance ne pénètre le nouveau monde. La nécessité de manger pour vivre est l'une de ces croyances. Elle génère une fréquence incompatible avec celle de l'unité.

     

    Mesnet Joséphau-Charrier,

    2015
        

     

      

    Partager via Gmail Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 8 Mars 2016 à 10:57

    dorénavant, quand je me lève au matin, aucune sensation, aucune exigence, même l’oubli parfois ...

    un tempo d'ailleurs, 

    une distance naturelle,

    un rythme propre, personnel, 

    une impulsion, un signal, une joie ...

    ...

     

    2
    Mardi 8 Mars 2016 à 12:12

    Cette fréquence, qui est celle de la liberté absolue, concerne tous les espaces de notre vie : plus d'obligation, de contraintes, mais la joie, partout :)

    Bon appétit....même le vide est une dégustation incomparable pour l'esprit :)

     

    3
    Mardi 8 Mars 2016 à 12:34

    PEOPLE HELP PEOPLE

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :