• Gilet jaune et prophéties

    Gilet jaune et prophéties

    PROPHÉTIE ET GJ

    Lorsque L'INVERSION DES VALEURS deviendra la norme, lorsque le "bon" sera conspué et assassiné et le "mauvais" plébiscité et adulé, lorsque le mal deviendra honorable et dessinera le socle de la réussite sociale alors que la bonté et la bienveillance seront brocardées et rejetées, la fin de ce monde adviendra car le temps de Kali Yuga (âge de Kali, ou âge de fer), le quatrième et actuel âge de la cosmogonie hindoue, prendra fin.
    Le texte suivant est une approche prophétique du dernier acte nous menant à la fin de notre civilisation...les GJ représentent la "phase d'après", le nouveau monde, qui devrait prendre son envol en 2028-2030...
    Notre mouvement va durer plus d'une dizaine d'années, il y aura de la fatigue, parfois des décrochages, certainement du découragement....mais nous y sommes ! Ne lâchons rien, c'est l'aboutissement de millénaires d'évolution, alors que sont quelques années de plus ?!

    Mesnet JC

    ULTIMES TRIBULATIONS EN KALI-YUGA
    Les gens sentent bien que rien ne va plus, les forces chaotiques n’en finissent plus de se répandre à travers les crises (voulues), les guerres qui n’ont jamais été aussi nombreuses et destructrices, perfides et perverses, une société atomisée, « anomique » (qui est comme le reflet des individus qui la compose) où l’inversion des valeurs atteint son paroxysme, l’âge de la grande Parodie est là…Serait-ce la Fin des Temps ?

    Il nous semble donc opportun, aujourd’hui, de rappeler ce que d’éminents 
spécialistes de la cyclologie traditionnelle ou de la doctrine 
traditionnelle du mouvement cyclique de l’histoire, ont pu écrire à ce 
sujet afin de nous éclairer un peu plus sur ce thème de la cyclologie, 
science sacrée de la structure qualitative du temps. Nous rappelons en 
premier lieu que tout développement cyclique, c’est à dire toute 
manifestation, implique un éloignement graduel du Principe, une 
dégénérescence, une involution, une chute au sens judéo-chrétien (c’est ce que suggère le symbole de la spirale entre autre…) : replacé dans ce contexte, le monde moderne représente la manifestation des possibilités les plus basses du cycle. 

Nous ne pouvons que vous encourager à lire les ouvrages capitaux de 
Gaston Georgel, qui s’appuient, entre autres, sur l’oeuvre magistrale 
de René Guénon. « N’éteignez pas l’Esprit. Ne méprisez pas les prophéties. Au 
contraire, éprouvez tout et retenez ce qui est bon… » Saint Paul ; retenez ce qui est bon: voilà un conseil plus que judicieux pour notre 
humanité.

    La Prophétie, donnée non-humaine, divine, transcendante, 
s’adresse à l’intelligence du coeur, elle dépasse pour ainsi dire, 
tout en l’englobant, la seule raison. 

Nous nous permettons donc de livrer ceci à votre sagacité : 

Les travaux de Gaston Georgel, se basant sur les données 
traditionnelles des cycles cosmiques (hindous, chaldéens, grecs, Judéo-chrétiens…) mais également en confrontant ces données avec d’autres prophéties, la Prophétie des Papes de Saint Malachie, la 
prophétie du Roi du Monde de Ossendowski, les écrits de Nicolas de
Cuse, situent cette Fin des Temps vers 2030 (bien qu’il soit 
impossible de préciser cette date exactement car « Nul n’en connait ni 
le jour, ni l’heure » car ce « moment » crucial se situe hors du temps,
en effet, le temps ne sera plus!).

    La période 2012-2030 serait une 
période de destructions, de guerres, dernières épreuves terribles que 
l’humanité endurera. Cette date de 2030 est toute « théorique » pour 
Gaston Georgel qui estime que la date « réelle » serait 2028, soit 2000 ans 
après le début de la vie publique du Christ et 111 ans après la date 
cruciale de 1917 (avènement du communisme, déclaration Balfour).

    Il est à noter que cette date de 2030 pourrait correspondre à celle de 
l’eschatologie islamique, telle que développée, entre autre, par l’excellent 
savant Sheikh Imran N. Hosein. Dans plusieurs conférences ce dernier précise que 
la venue du Dajjal, le faux Messie, l’Antéchrist, ne saurait se 
trouver loin de nous…certainement pas 50 ans, mais plutôt 10 voire 
20 ans selon lui…nous citons ici de mémoire.

    Nous ne rentrerons pas dans le détail des calculs, cycles premiers, 
secondaires etc, et laissons libre le lecteur de se tourner ou pas 
vers la lecture de ces ouvrages qui fourmillent de données, 
d’informations essentielles afin d’approfondir la connaissance de 
cette « Musique des Sphères » du Divin Architecte qui a tout crée 
suivant le nombre, le poids et la mesure.

    Mais, si le monde moderne, qui doit clôturer le Kali-Yuga, le dernier âge, est le monde le plus décadent, le plus violent, le plus agressif, le plus obscur, le plus pauvre intellectuellement et spirituellement, 
il faut absolument noter, au risque de passer à côté de son absolue 
nécessité, qu’il s’intègre parfaitement, le plus harmonieusement 
possible, dans ce concert des âges voulu par Dieu, il participe 
nécessairement du processus cosmologique en en constituant comme
l’extériorité anéantissante. Ce monde-ci n’est ni « bien » ni « mal », il 
est nécessaire !

    Il ne sert à rien de le haïr, il faut le comprendre, 
comprendre son harmonieuse insertion dans la Totalité, car seule cette 
vision globale peut nous amener à percevoir la jonction des extrêmes 
qui nous attend. Cet âge de Fer possède ses propres privilèges qui, par un processus de compensation, allègent les souffrances inhérentes à ce monde… Souvenez-vous qu’il avait été demandé très peu aux ouvriers de 
la onzième heure, ils reçurent même récompense que ceux qui avaient 
supporté tout le poids du jour et de la chaleur.

    Le privilège le plus important qui nous est accordé est celui de la 
 « prononciation du Nom Divin », attesté dans toutes les traditions. 
L’invocation de Dieu seule permettra à l’homme d’assurer le salut de 
son âme : la prière onomastique. Le grand saint Hindou Shri Ramana Maharishi assurait même certains de ses visiteurs occidentaux, qui 
croyaient vaguement en « quelque-chose » de supérieur (vous conviendrez 
que ça reste vague effectivement) que cela était suffisant.

    

Transfigurer par l’Amour, qui est Vérité et Lumière, le monde de Kali, se tenir silencieux devant le brouhaha chaotique de la modernité, voilà le vrai combat héroïque le plus efficace, quoiqu’en pensent les 
affamés d’agitation, ne parlons pas d’action, car l’action au sens 
traditionnel est tout autre chose que cette vaine et stérile 
agitation, qui ne fait que rajouter du chaos au chaos. La rénovation 
totale du monde passe inévitablement par celle de l’homme, en fonction 
de l’analogie du macrocosme (le monde) et du microcosme (l’homme).

    « L’homme est un petit cosmos et le cosmos est comme un grand homme » comme le souligne Ibn’ Arabi.

    Cette loi de correspondance met en relief l’unité du monde et l’intrinsèque solidarité de l’homme envers tout ce qui existe.

    « Qui n’a pas rejeté sa volonté n’a pas La Volonté » (Rumi). Retrouver, 
ne serait-ce que par instants fugaces et qui parfois nous semblent 
insignifiants, le Non-Agir (Wu-Wei) qui est la Voie du Ciel et par 
conséquent la véritable Action. « ‘Je’ ne fais rien » nous dit la 
Bhagavad Gîta, phrase à laquelle celle de Saint Jean fait écho: « Je ne fais rien de moi-même ».

    « Avant de vouloir réformer les institutions, réformez-vous vous mêmes,
après nous verrons ! » avertissait Ramakrishna. C’est pourquoi devant la 
dureté du monde, qui va de pair avec sa physicisation (dont parlait 
René Guénon), il est nécessaire d’ouvrir son coeur à l’Intelligence 
divine qui réchauffe et apaise et permet, si Dieu le veut, de 
transcender le monde manifesté.

    La Réalisation spirituelle, qui est le 
but ultime de l’homme, constitue par conséquent le meilleur moyen de 
lutter contre la décadence qui sévit dans le monde 
d’aujourd’hui : « Cherchez d’abord le Royaume de Dieu et tout le reste 
vous sera donné par surcroit » Saint Luc. Trouver la Lumière intérieure 
qui est « Verbum, Lux et Vita » de laquelle découlera inévitablement la Cité de Dieu, voilà le « surcroit » dont parle le Christ !

    L’Amour qui unit et ne divise pas, l’Amour qui résout les contraires, 
qui est Liberté absolue, comment ne pas penser à la recommandation de 
Maître Eckhart : « Gardez-vous de vous conduire comme si vous étiez ceci 
ou cela, mais tenez-vous en la liberté de la nature humaine indivisée. 
C’est pourquoi si vous voulez être Un, abandonnez toute négation car 
la négation cherche et sépare. » Il ajoutera même: « C’est le non qui 
brûle en enfer. »

    Nous avons employé le mot « Amour », mais nous aurions pu parler 
d’ « Intelligence », de « Conscience », ces mots sont intrinsèquement 
similaires dans leur essentialité, ils ne font qu’un, représentant les 
différentes facettes d’une seule et même Réalité.

    Comme le Sat-Chit-Ananda de la Tradition Hindoue: Etre, Conscience, Béatitude, termes exprimant par le langage cette même Réalité, La Réalité Incréee et Incréable, Inexprimable et 
Inexprimée dont le Silence représente le symbole le plus éloquent en 
suggérant l’incommunicable état qui est au-delà de toute pensée. Une infime partie des hommes du dernier âge, de l’âge de Fer, 
cherchent à contrôler l’humanité, se prennent pour Dieu dans une 
inversion satanique de l’ordre des choses, leur but est de maintenir 
la majeure partie des êtres humains ignorants, à la périphérie de leur 
propre centre, de leur propre être, périphérie qui est alors le lieu 
de l’illusion et de la manipulation, c’est pourquoi ce monde est le 
monde de l’excentricité, du divertissement, bref, de tout ce qui est 
capable de troubler l’intériorité de l’homme, n’existe que ce qui est extérieur, tangible; ce monde du tout-physique, où il ne peut y avoir d’autre réalité que celle que l’on veut bien vous montrer maintient 
l’homme dans cet état de soumission totale, l’homme n’a jamais été 
finalement aussi esclave et l’ironie consiste en ceci que jamais il ne s’est cru 
aussi libre et affranchi de tous les soi-disant obscurantismes des 
âges précédents, mensonge et inversion totale !

    « Comme certains parlent de pureté, qui se sont toujours considérés 
comme supérieurs au porc domestique. Comme certains parlent de 
liberté, qui adorent et repeignent leurs chaînes. Comme certains 
parlent d’amour, qui n’aiment que l’ombre d’eux-mêmes. Ou de 
sacrifice, qui ne se couperaient pour rien le plus petit doigt. Ou de connaissance, qui se déguisent à leurs propres yeux. Comme c’est notre grande maladie de parler pour ne rien voir. » René Daumal « La guerre 
sainte ».

    Comme ces mots sonnent juste… 

Cette volonté de maintenir l’homme à la périphérie de son être, loin 
de la Source de Lumière, s’accompagne forcément également du maintien 
de la population dans un état de peur permanent, c’est l’ « anxiogènité » totalitaire (il faut noter que le but des soi-disant chaines d’information et leur multiplication, n’est pas autre: noyer 
la conscience de l’individu sous un flot incessant d’informations 
anxiogènes: crises (voulues), guerres, faits divers sordides, maladies 
etc etc) qui soumet l’individu en le contraignant à un état de stupeur 
paralysant (stupeur et stupidité ont la même racine, stupefieri, être 
frappé d’étonnement, être engourdi…) état dans lequel celui-ci 
abandonne alors le peu de liberté(s) qu’il lui reste. On contrôle 
mieux, effectivement, par la peur qui fige les facultés 
intellectuelles de l’être humain.

    Mais l’âge des Ténèbres ne peut 
ainsi répandre son voile d’obscurité que si, et seulement si, la 
Source de Lumière reste éloignée…car, en effet, l’obscurité n’existe 
pas, n’a pas de réalité propre…c’est tout simplement une absence de 
lumière. ( Les travaux de Mark Passio sur ce sujet de la manipulation, 
du « mind control » sont très judicieux…pour ceux que cela 
intéresse.). Cette Source de Lumière est là, Présente de toute 
éternité (« L’instant où Dieu créa le premier homme, et l’instant où le dernier doit disparaitre, et l’instant où je parle, sont égaux en Dieu et ne sont qu’un instant » Maître Eckhart), ce n’est pas un état à 
conquérir, mais un état à redécouvrir.

    Pour conclure, nous reprendrons les dernières lignes de notre ouvrage: 

L’âge sombre de l’âge sombre, oppressante actualité et incontournable 
destin, est une épreuve qui nous est impartie, et qui vécue comme 
telle peut être le prélude à une quête spirituelle, intimant des 
interrogations profondes et intériorisantes : le monde pour le Sage 
n’est qu’une apparence qui n’a aucune réalité.

    Cette voie héroïque, 
en ces temps où la lumière spirituelle est voilée et les enseignements 
cachés, se trouve en quelque sorte compensée en dépit de la loi 
descendante des cycles: car, si le Kali-Yuga, et plus encore sa phase finale (le monde moderne), est un âge de destructions terribles, ceux qui y vivent et ne sont pas emportés par le courant obtiennent, en se 
donnant fort peu de peine, des fruits difficilement accessibles aux 
hommes des autres âges.

    « Que votre coeur ne se trouble point, et ne s’alarme point. » Saint Jean.

    Texte de Thierry de Crozals
    Source : le nouveau paradigme

    Photo : opposée au sujet mais justement, l'illuminant.
    (Le Kali Yuga tire son nom du démon Kali (âge sombre), qui ne doit pas être confondu avec la déesse Kâlî (âge d'or).

    D'autres civilisations disent la même chose concernant la fin d'un monde (fin de cycle) lié aux valeurs inversées. La prophétie de Thot, en Égypte, n'est qu'un autre exemple parmi beaucoup d'autres : "le mystique sera tenu pour fou, le fanatique passera pour un héros, le pire criminel pour un homme de bien."

    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :