• Dieu, aussi léger qu'une plume

    Dieu, aussi léger qu'une plume

    Dieu, aussi léger qu'une plume

    Parfois, vous sentez quelque chose de simplissime vous habiter. Vous êtes Dieu, tout bêtement. Vous ne le recherchez pas, vous vous révélez juste à vous-même. La sensation est alors douce, légère, intemporelle. Ce ressenti discret est le poids de l'UN. Vous redevenez la cellule originelle, sans fioritures et sans bruit, avec humilité. L'UN advient discrètement, il ne se passe définitivement rien lorsque la vacuité éclot en vous.

    Posez vos mains sur votre ventre et sentez cette paix merveilleuse vous envahir.  Rien de transcendant, aucune fusion magistrale, juste la fin de la séparation. Il ne reste que vous, Dieu. Votre vibration est chaude, paisible, évidente et légère. L'amour qu'elle contient l'est tout autant. Voilà, vous venez de vous incarner, vous, Dieu.

    C'est si déroutant de vivre cette normalité tranquille. Elle répond à toutes vos questions. Vous vous incarnez en toute chose, même dans ce brin d'herbe que vous foulez du pied. Il n'y a rien à chercher, rien à trouver, rien à attendre. Juste se souvenir pour de vrai que vous êtes Dieu. Vous n'avez  pas de limite, vous vous projetez au cœur de la vie, partout et tout le temps.

    Lorsque vous regardez votre main, vous voyez l'univers. Elle reproduit fidèlement l'immensité du cosmos dans le flux de ses globules, dans l'amas vivant de ces cellules, au cœur de chaque atome. Votre main vous prouve que vous êtes déjà incarné, vous, Dieu humain. Vous contenez tout et tout vous contient.

    Vous vivre sous l'angle de la vacuité est une étape silencieuse et sereine. Aucun grand bouleversement n'est vécu. N'est-ce pas drôle après tous ces rêves de grandeur ? Dieu ne peut pas fusionner avec lui-même, quelle idée avez-vous eu là !! Il n'y a pas de fusion, il n'y a pas d'alchimie magique. Vous intégrez le vide car toute idée de séparation disparaît. C'est tout.  Vous pouvez enfin dire : je vois car je me vois.

    La séparation est dans votre tête. Rien à faire pour sortir cette idée idiote de votre psyché ! Pourtant, un beau matin, ce concept absurde disparaît. Il n'est plus ! Vous êtes Dieu, plus moyen de percevoir autre chose. Un Dieu qui ne serait pas vous est une chimère qui n'a plus de consistance. Vous n'êtes plus que Dieu incarné ici et maintenant, sous cette forme. Vous êtes Dieu en ce corps et en tous les corps, en cette rose, en cet animal, en vos frères des étoiles.....c'est vous, c'est eux, c'est la même chose.

    Je ne tenterais pas plus avant d'expliquer le monde si simple qui s'offre alors à votre regard. Vous aviez posé des limites partout. Vous avez cru que certaines choses étaient possibles et d'autres non. Vous avez imaginé des scénarios abstraits qui mettent en scène d'innombrables acteurs, indispensables au bon déroulement de l'ascension. Vous avez étudié le concept de fusion et vous en avez attendu des merveilles. Vous avez compartimenté Dieu au sein de multiples unités bien déterminées. 

    Et puis, la réalité s'est imposée, limpide et intelligente. Ne regrettez pas ces épisodes de recherche intense. Vous avez aimé vous amuser à reconstituer le puzzle de votre Etre. Dieu joue à s'oublier, à perdre la clef de sa demeure, puis il redevient lui-même.

    Je terminerais par une drôle de découverte. Dieu possède un poids défini au sein de cette dimension. Le poids léger d'une plume. Je comprends mieux cette anecdote si souvent entendue et que j'ai pu vérifier au contact de personnes décédées :

    La théorie de la masse de l'âme, ou théorie des 21 grammes, est une théorie émise par le médecin américain Duncan MacDougall en mars 1907. Sur la base d'expériences réelles, celui-ci émet l'hypothèse que le corps humain aurait une âme et que cette âme aurait une masse estimée à 21 grammes (trois quarts d'once). Au moment de la mort, l'âme s'échapperait du corps humain, qui se retrouverait allégé de ce poids. Source  : Wikipédia

     

    Mesnet Joséphau-Charrier

    2014

     

     

    Dix-sept ( l'UN normal)

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , ,