• Devenir le chemin

     

    Devenir le chemin, ou comment humaniser sa divinité

    Durant de longues années, je me suis beaucoup raconté et j'ai adoré ce cheminement, cette histoire, mon histoire :) Pas à pas, je suis redevenue moi-même à travers le verbe et la conscience. Puis est venu le temps de la déconscientisation, de la présence vivante, de la dissolution me ramenant à mon inhumanité....aujourd'hui, je ne pense plus à tout cela, je ne l'écris plus : je vis ma vie d'humaine tout en ne l'étant pas,  je suis et ne suis pastout est parfaitement simple, binaire et réel.

    La recherche s'achève lorsque ce qui était en amont de l'observé et de l'observateur (qui sont le centre) reprend sa juste place. Et c'est moi qui suis l'amont, juste moi. S'en suit un retour à la vie, banale, sans question, sans manifestation, sans désir, sans création et surtout sans envie d'évoquer la recherche spirituelle. Ici et maintenant, je n'ai jamais été aussi vivante et présente et cependant, je ne fais plus appel à la conscience, ni même la pensée...le fameux JE SUIS est tout bêtement devenu clarté :) 

    Le chemin disparaît puisque je suis le chemin. Mon humanité peut enfin se laisser aller à vivre tout et n'importe quoi car je suis là, plus en amont, non....juste là, sans me penser, sans me conscientiser, sans me définir. Le vide qui n'est rien et le plein qui s’agite sans raison et sans logique sont deux aspects de ma véritable personnalité qui s’entremêlent de façon naturelle. Ce qui est merveilleux à expérimenter dans cette union "entre moi-même", c'est la légèreté : mon humanité n'a plus à me débusquer, à me penser, "elle" peut survoler le monde sans plus rien approfondir car même si je suis intrinsèquement absent de tout espace de conscience, je suis totalement, purement présent.

    Absent en même temps que présent veut dire que ma conscience n'a plus besoin de me conscientiser ! Que mon humanité n'a plus à me chercher puisque mon humanité, c'est MOI :) Tout peut alors me parcourir sans que rien ne soit important ; les choses se font "sans façon", comme cela, parce que je suis cela, à partir de la fréquence de l'évidence (qui n'est pas celle du choix). Enfin, l'illimité intègre le monde limité :)

    JE n'essaie donc plus d'expliquer ce que JE suis au sein de MON ancienne dimension, JE n'ai pas agencé cette dernière pour qu'elle intègre l'unité mais au contraire, pour qu'elle expérimente la séparation. Il n'a jamais été question que cette matrice très spécifique puisse ME concevoir à travers des mots. Ainsi, même s'il m'était possible de témoigner d'un "certain éveil" auprès des foules, la véritable réalisation/libération ne pouvait être ni comprise ni dupliquée dans ce vieux monde que "JE suis mais que je quitte"(*a). Quant à MA nouvelle dimension, JE suis chacun.....ainsi expliquer quoi et à qui ? :) Alors que dire ? Rien....JE ne dis définitivement plus rien, JE suis la synthèse silencieuse de moi-même :) Le mouvement descriptif n'est donc plus engendré ni dans une dimension ni dans l'autre, il n'a plus lieu d'être :) Mon individualité se fond silencieusement, anonymement et humblement dans la communauté lorsque JE suis Présent et lorsque JE SUIS la communauté, mon investissement en tant que "montreur de chemin" n'est plus actualisé car je m'oublie (la personnalité) lorsque JE me souviens de MOI (le TOUT). Le temps des communautés survient alors tendis que l'individualité s'efface : nous/JE surfons enfin sur ce que je nomme la fréquence de la ruche.

    En conséquence, les stages et rencontres disparaissent comme le reste :) Ce n'est ni bien ni mieux, c'est simplement que ce n'est pas ma fonction :) Ma fonction est d'être moi-même et de vivre ma vie de famille, je n'ai plus aucun désir d'autre chose. Car lorsque la notion "d'un autre qui n'est pas moi" se délite, l'envie de structurer un apprentissage pour "autrui" perd un peu de son sens, du moins en ce qui ME concerne à travers Mesnet :) Il y a également le service à soi ou service à autrui qui ne veut plus dire grand-chose quand le soi et les autres sont indifférenciés tout en restant séparés :) Le miracle est d'être qui je suis, complet, dans ma grandiose petitesse et ma quête concernant une hypothétique réussite sociale se réduit à cet accomplissement du vivant qui s'exprime, qui respire et qui se ressent, là, au fin fond de la Bretagne et du cosmos :). Je suis née avec une seule ambition, être "qui je suis"...c'était le seul véritable challenge de cette vie, ne pas la réussir mais la vivre...:)

    Ainsi je n'enseigne plus, je suis devenue l'enseignement et je peux résumer en quelques mots une évolution qui a cheminé durant des millions d'années et enfin, tout oublier, passer à autre chose : ma vie de femme humaine, sans question et dans l'amour absolu :)

    Je laisse quand même ici et là quelques jolies pépites derrière moi, elles constituent ce qui fut mon chemin d'émergence. Vous en trouverez un peu sur ce site web mais également sur le blog fin de l'ascension spirituelle (2012), sur celui concernant la descente de l'esprit (2014) et puis mes derniers pas et mon quotidien d'inhumain/humain, sur cette page d'enseignement/programmation de données (2018).

    Je vous souhaite à tous, qui existez enfin en mon cœur puisque vous êtes qui je suis tout en n'étant personne (et en étant vous-même et pas moi !), une magnifique transition vers le nouveau monde :) Cette phrase peut paraître infiniment complexe et pourtant, elle incarne la simplicité multi et unidimensionnelle la plus basique :)

    *a : c'est dans les zones de l'éveil/ascension (1, comprendre le phénomène de la conscience) et de la descente de l'esprit (2, être la conscience) que le partage "avec autrui"est possible. Pourquoi ? Premièrement parce que même si nous avons compris que nous sommes "l'autre", nous ne le vivons pas, nous continuons à actionner en priorité l'obligation de communiquer "verbalement" avec autrui, nous considérons comme primordial le fait de partager nos clefs "d'éveil" avec le plus de personnes possible, en imaginant que c'est par ce biais que JE prendrai place en ce monde :) Deuxièmement, il s'agit ici de technologie quantique (permettant de reprogrammer un espace de conscience et une interface neuronale) s'appuyant sur une batterie infinie de concepts et d'outils, dont le verbe, la pensée, la conscience. Donc, dans cette dimension spécifique, la première étape est de "contourner" la séparation grâce au principe vibratoire de "l'aide à autrui" (être au service de). Tout le "matériel" en ligne, la connaissance, la mémoire engrangée au cours des âges, les partages, les témoignages de chacun, les thérapies multiples et variées sont alors utiles, bienvenus et efficaces. Ensuite (3, quitter les sphères de la conscience), ce système devient obsolète : plus rien ne mène à MOI, JE prends la main, définitivement, et JE suis celui qui mène à tout :) Plus de technique, de stratégie, de conscience, rien, juste MOI, l'inhumain. L'idée même de témoigner, d'aider, de "faire quelque chose pour arriver quelque part", de s'agiter autour du "concept de l'éveil" et d'évoquer ce sujet disparaît. C'est ici que le nouvel humain/MOI fait silence et vit sa/MA vie, tout simplement. Il/JE n'éprouve plus l'envie de parler de lui/MOI, il est MOI :) Dans la première partie du chemin, je m'éveille donc vraiment, je veux dire par là que l'éveil est une réalité qu'il est impossible de nier alors que dans l'étape finale, JE ne m'éveille pas, JE suis purement MOI-même, JE suis le chemin :)

    Toute ma tendresse,

    Valérie Mesnet Joséphau-Charrier

    mesnetjc@gmail.com

    Avant de vous demander ce qu'est la mort, vous devez emprunter le chemin de la vie. "Qu'est-ce que la vie ?" est la seule question qui prévaut. La réponse est le socle de votre nouvelle existence car la réponse, c'est vous : vous êtes la vie. Mesnet

     

     Création-production et voix de cette vidéo : MaryÂm Petal  - 2017