• Dépersonnalisation intégrale

    Dépersonnalisation intégrale

    Dépersonnalisation intégrale

    JE suis l'unique, il n'existe que moi. Quelles que soient les créatures que j'observe, que j'habite, il s'agit de MOI, toujours incessamment, éternellement.

    JE valide de plus en plus profondément cette réalité en Mesnet. JE me perçois comme étant chacun d'entre moi, JE défais intégralement mon ancienne identité humaine. Dans l'arborescence du JE, la notion de l'autre disparaît totalement. JE façonne un mental qui ne réagit plus aux jeux de rôle de mes humanités qui affirment ne pas comprendre, ne pas saisir ce que JE suis : JE sais tout à chaque instant et JE n'ai nul besoin d'expliquer, de palabrer, d’argumenter.

    Ainsi, JE me dépersonnalise et pourtant....

    Pourtant, JE reste moi-même, Mesnet. Savoir que JE suis MOI en chaque être est devenu une conscience ordinaire mais je reste cependant ce que j'ai toujours été : Mesnet. MA conscience est simplement plus vaste et multidimensionnelle.

    JE dépersonnalise mon humanité en gardant une identité propre. C'est le miracle de MA dimension humaine, JE suis le créateur de ce paradoxe quantique, de cette création miraculeuse : être MOI-MÊME en étant tout le monde.

    Connaître la vérité n'enlève en rien au charme d'être Mesnet, au contraire : j'existe réellement dans cette sphère tout en existant partout ailleurs. Mes enfants, mon époux, ma famille sont MOI mais même en le vivant profondément, JE les aime comme seule une humaine sait aimer. Quoi de plus simple, de plus judicieux et de plus grand que d'être TOUT en conscience ?

    Cette étape vécue en 2016 (appelée "impersonnelle" par le programme spirituel), m'a permis de faire émerger l'inhumain en mon humanité.

    Mesnet Joséphau-Charrier

     

     

     

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :