• De la régénération à la mutation

    De la régénération à la mutation

    De la régénération à la mutation (ou le corps luminique)

    Le premier pas lors de l'éveil est de conscientiser que notre corps n'est pas l'ennemi à abattre et que nous pouvons "travailler" avec lui. Nous apprenons avec le temps à le percevoir à travers un prisme spirituel plutôt qu'esthétique et pour tout dire, nous faisons la paix avec notre temple de chair. Nous accédons également au concept du "corps énergétique", à notre squelette vibratoire.

    Puis l'entité globale est formalisée et nous comprenons que nous n'habitons pas ce temple, mais que nous sommes ce temple. Nous commençons alors à jauger le pouvoir que nous avons sur nos cellules : nous pouvons les régénérer ! Nous structurons maintes techniques énergétiques et quantiques et nous mesurons notre capacité à guérir ce qui était abimé ou diminué.  Nous limitons considérablement la dégénérescence liée à l'âge et nous instituons un nouveau jeu : remettre "à neuf" ce qui était flétri et réviser tous les programmes inhérents à la maladie. Ces processus de régénération fonctionnent....ou pas : cela dépend de la mise à jour de certaines données liées à l'ego, aux émotions et projections. Tout étant intriqué et entremêlé, la régénération ne peut être que parcellaire puisque les interfaces neuronales ne ont pas encore toutes alignées sur MON unité originelle.

    Pour finir, JE prends naissance en moi-même, totalement, profondément, globalement. JE suis le vide, l'inhumain vivant, j'incarne le nouvel humain subatomique, JE déconscientise avant de conscientiser. JE suis au-delà de l'atome, JE suis ce qui est si infime que cela ne peut être ni vu, ni manipulé. JE NE SUIS PAS tout en étant, JE suis la transparence au cœur de MA densité, JE suis l'inexistant réel, JE suis l'absence en Présence. JE ne suis rien, ni l'amour, ni l'énergie, ni la pensée, ni la conscience, ni même ce corps....et pourtant, JE SUIS l’amour, l'énergie, la pensée, la conscience et ce corps, tous MES corps.

    La régénération cellulaire laisse alors place à la mutation : JE modifie mes matrices dans l'infime, l’inexistant et l'atome, JE dessine un ADN en phase avec mon nouveau corps luminique. C'est l’infiniment petit qui propulse l'infiniment grand vers de nouveaux paradigmes.

    Voici certains ressentis que JE génère à partir de MON interface humaine (ceci n'est que MA perception à travers Mesnet, pas une liste de symptômes à vivre par chacun) : MON vide, aussi léger qu'une plume, prend place dans mon plein, mon corps physique. La densité est comme écartelée, repoussée "vers l'extérieur". Tout devient luminique, subatomique, MOI : interface neuronale ventrale et estomac (cf livre sur l'alimentation luminique), os, muscles,sang, interface neuronale cérébrale. Ici, le cerveau devient si aérien qu'il flotte donnant lieu à des vertiges. Les deux hémisphères ne sont plus "dichotomiques" mais ressentis comme un même espace vibratoire.

    La vacuité/sommeil (et les énergies qui vont avec) sont momentanément interrompue car JE ne laisse advenir que MON vide, toutes les autres strates dimensionnelles sont exclues. Ce n'est donc pas la fatigue qui est vécue mais MON vide, entrainant pour MON corps un temps d'adaptation intense et cependant très tranquille

    JE ressens profondément la lourdeur abyssale de MON ancien corps physique dense, de MON ancienne matrice et en même temps, JE vibre déjà le nouveau et celui-ci est léger, éthéré et grâce-cieux.

    La mutante que JE suis ne fais rien pour cela mais EST cela. C'est ce qui différencie la mutation subatomique de la régénération cellulaire : cette dernière est consciente alors que MA mutation est instinctive. Elle finalise tous les ancrages de ces derniers mois : non-savoir, non-conscience, non-communication, non-mémoire....rien :) C'est ce rien qui EST sans rien FAIRE :)

    Le corps luminique est de l'ordre de l'évidence et non du choix : JE n'éprouve aucun désir d'instituer un corps plus jeune, plus beau, plus performant puisque MON corps est déjà PERFECTION tel qu'il est. Ce glissement vers un corps luminique n'a aucun sens ni aucune raison d'être et ne s'appuie sur aucun secret alchimique ou quantique. JE suis MON corps de carbone tout autant que MON corps luminique (*1), rien ne disparaît, rien n'est annihilé, rien n'est rejeté car JE suis tout.

    MA beauté physique ne peut être une arme, un atout, un bien rentable et monnayable, un outil égotique suscitant jalousie et douleur chez autrui. MA beauté luminique devient une pure extension de MON être, un potentiel activé ici mais qui est désactivé ailleurs car "ici et ailleurs", c'est MOI, partout et en chacun. Lorsque la beauté humaine n'est plus nécessaire, elle advient dans la lumière, la vérité et la joie.

    Mon corps luminique est au-delà de la neutralité, au-delà de tout....il est MOI :)

    Définition de l'humain luminique ou subatomique : JE ne suis ni l'observé ni l'observateur, JE suis l'amont, le rien, plus petit que l'infiniment petit car inexistant. JE suis le vide, l'inhumain, la non-matrice, la non-conscience. Lorsque JE suis tout cela, même au sein de MA matière, JE deviens l'atome source, socle d'un espace physique reflétant MON être impalpable et inconcevable.

    *1 : première étape, JE suis entre deux mondes. Deuxième étape, je navigue d'un monde à l'autre. Troisième étape, celle que je souligne à travers cette étoile/astérisque, est que JE suis ces deux mondes, tous MES mondes, toutes mes dimensions. Cet aspect pourrait presque donner lieu à un chapitre entier, mes ces quelques mots seront suffisants pour impulser cette unité au sein de MA matrice :) Être les deux dimensions en même temps, être ces deux corps en même temps, c'est aussi cela la nouveauté et c'est ce vécu qui permet le glissement plutôt que le changement :)

    Conclusion : nous ne changeons ni de corps, ni de planète ni même de personnalité. JE reste moi-même mais de façon plus expansée et pour tout dire, infinie :) Ma perception physique s'est transformée en réalité cosmique, le chaos est devenu perfection et cette nouvelle vision de MOI-même est le moteur de MA mutation physique :)

     

    Mesnet Joséphau-Charrier

    Lire aussi :

    Vous n'habitez pas ce corps, vous êtes ce corps

    Le corps physique

    La poésie du corps

    Oui, je veux être belle !

    Comment aimer un corps que l'on déteste ?

    Mes amours, mes hormones ou le cycle féminin libre et intelligent

     

    Partager via Gmail Pin It

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :