• De la justice institutionnelle à la justice naturelle

    De la justice institutionnelle à la justice naturelle

    De la justice institutionnelle à la justice naturelle

    Nous avons reçu 150 jeunes, en extérieur, pour une "privacy rave". Je ne vais évoquer ici qu'un seul des programmes quantiques qui a été travaillé : la justice.

    Toute cette jeune génération a été exceptionnelle et très pure dans ses fréquences d'amour et de joie. Cependant, deux d'entre eux se sont introduits dans notre demeure pour "chaparder". Geste "violent" car nous leur donnions beaucoup, en pleine confiance et ils ont abimé cette relation...mais comme d'habitude, si je déplace mon point de vue, ce que je viens de dire est erroné, ils n'ont rien abimé, ils ont fait don.

    Alors quel est le don "pour tous" dans ce scénario précis ?

    Au lieu de les stigmatiser, nous avons décidé de publier un mot sur le groupe FB de cette jeune communauté. Le voici : "tout d'abord, merci à vous...ce fut un moment en dehors du temps, vraiment magnifique...vous êtes le merveilleux futur de notre humanité et Reynald et moi-même sommes fiers de vivre tout ça à vos côtés...
    Ensuite, concernant les deux êtres qui se sont introduits chez nous, j'aimerais passer un message, que ceux qui les connaissent pourront leur traduire : si jamais ils se sentent mal avec ce qu'ils ont fait, s'ils regrettent vraiment leur acte et qu'ils veulent réparer, notre porte est ouverte....nous pardonnerons...car nous pensons que l'erreur est humaine et que tout le monde a le droit à une seconde chance...nous ne voudrions pas que cela impacte durablement et durement leur avenir car j'ai le sentiment que leur communauté va leur fermer la porte et qu'ils vont beaucoup en souffrir...et peut-être que la souffrance de ce monde, on peut parfois l'aider à s'apaiser ?
    Peut-être qu'une communauté doit aider ceux qui chutent à remonter les marches ? Et qu'avec vous, ce Domaine forme une communauté ? Que ce ne sont ni des lois, ni l'état, ni la "justice" qui doivent les aider, mais nous ? Ensemble ? Si jamais ils voulaient m'appeler, voici mon téléphone..."

    L'un d'entre eux m'a bien évidemment contacté. Il allait terriblement mal, il perdait sa communauté, cette dernière ayant décidé, pour nous soutenir, de couper les liens avec lui. Il perdait l'estime de lui-même et ne savait pas comment réparer son geste malheureux. Nous avons donc décidé d'un prochain RV et le pardon sera accordé. Nous leur demanderons d'effectuer une journée de travail au Domaine, moins pour être "puni" ou "rembourser leur dette" que pour rétablir un lien de confiance entre nous quatre.

    Ensuite, lorsque la relation sera "réparée", nous ferons en sorte d'apaiser les tensions avec leurs amis, qui leur en veulent beaucoup. Nous permettons ainsi à toute la communauté d'aller vers "le haut", de tirer profit de cette situation, d'apprendre, d'aimer et de pardonner, sans juger et "montrer du doigt" celui qui a "fauté"....puisque je le rappelle, il n'y a pas eu faute mais don :)

    L'un des organisateurs de cette soirée m'a dit combien cela l'apaisait que l'on réagisse ainsi car il ne voyait pas d'autres solutions que de ne plus entrer en contact avec son ami, mais cela lui faisait mal finalement...alors qu'ainsi, en ouvrant toutes les portes, ils pourront se revoir et aller de l'avant...

    Nous n'avons pas besoin de lois institutionnelles pour laisser émerger cette justice du cœur, elle est naturelle et toujours dans la justesse.

    Ce monde ancré dans une justice administrative payante et une justice policière violente est totalement injuste. Alors que la justesse d'amour est pure équité...et notre petite communauté est prête pour cette nouvelle énergie, cette dernière s'exprimant de manière très concrète dans notre quotidien humain :)

    Voilà ce que la communauté peut être lorsqu'elle est luminique :)

    Gratitude pour cette évolution collective et sereine...

     

    Mesnet JC

    Une privacy rave, avec musique transcendantale et vibratoire...j'ai adoré ! J'ai dansé avec eux toute la nuit :)

     Texte trouvé sur le web :

    Chez les Himbas de Namibie en Afrique australe, la date de naissance d’un enfant est fixée, non pas au moment de sa venue au monde, ni à celui de sa conception, mais bien plus tôt: depuis le jour où l’enfant est pensé dans l’esprit de sa mère .
    Quand une femme décide qu’elle va avoir un enfant, elle s’installe et se repose sous un arbre, et elle écoute jusqu’à ce qu’elle puisse entendre la chanson de l’enfant qui veut naître. Et après qu’elle a entendu la chanson de cet enfant, elle revient à l’homme qui sera le père de l’enfant pour lui enseigner ce chant. Et puis, quand ils font l’amour pour concevoir physiquement l’enfant, ils chantent le chant de l’enfant, afin de l’inviter.
    Lorsque la mère est enceinte, elle enseigne le chant de cet enfant aux sages-femmes et aux femmes aînées du village. Si bien que, quand l’enfant naît, les vieilles femmes et les gens autour de lui chantent sa chanson pour l’accueillir.
    Au fur et à mesure que l’enfant grandit, les autres villageois apprennent sa chanson. Si bien que si l’enfant tombe, ou se fait mal, il se trouve toujours quelqu’un pour le relever et lui chanter sa chanson. De même, si l’enfant fait quelque chose de merveilleux, ou traverse avec succès les rites de passage, les gens du village lui chantent sa chanson pour l’honorer.
    Dans la tribu, il y a une autre occasion où les villageois chantent pour l’enfant. Si, à n’importe quel moment au cours de sa vie, la personne commet un crime ou un acte social aberrant, l’individu est appelé au centre du village et les gens de la communauté forment un cercle autour de lui. Puis ils chantent sa chanson. La tribu reconnaît que la correction d’un comportement antisocial ne passe pas par la punition, c’est par l’amour et le rappel de l’identité. Lorsque vous reconnaissez votre propre chanson, vous n’avez pas envie ou besoin de faire quoi que ce soit qui nuirait à l’autre.
    Et en va de même ainsi à travers leur vie. Dans le mariage, les chansons sont chantées, ensemble. Et quand, devenu vieux, cet enfant est couché dans son lit, prêt à mourir, tous les villageois connaissent sa chanson, et ils chantent, pour la dernière fois, sa chanson. »


    Tags Tags :