• Les gilets jaunes imposent la réalité

    Les gilets jaunes imposent LA réalité

    D'un point de vue quantique, réaffirmons qu'actuellement, bien au-delà d'un mouvement social, nous sommes devant un reconditionnement de la matrice dimensionnelle : nous passons d'un espace de conscience limité à un espace de conscience illimité.

    Ainsi, quels que soient nos actes et notre implication dans l'égrégore GJ, nous avons déjà gagné car le but de ce processus n'a jamais été de crier nos revendications dans des manifestations diverses et variées, le but était d'imposer LA réalité partout et tout le temps et c'est fait : tous les citoyens Français "voient jaune" chaque jour, c'est-à-dire que dans les médias ou ailleurs, quelque chose ou quelqu'un les oblige à valider que nous arrivons au bout de "ce monde" ou tout au moins, l'incite à se poser des questions sur l'avenir de la société.

    Nous avons fait naître de la rage chez certains (ceux qui profitent du système bien souvent), des doutes, de l'espoir, de la fraternité, de l'intelligence collective....bref, nous avons permis à chaque espace de CONSCIENCE de s'ouvrir....et même si cette ouverture est encore minime pour une grande majorité "des gens", il n'y aura pas de retour en arrière, nous ne pouvons désormais qu'avancer vers plus de conscience, encore et encore....donc oui, les GJ sont un égrégore précieux, un pilier fondateur du nouveau monde.

    Voyons dans les faits comment notre perception éclairée contraint la "pensée collective" : le grand débat ? C'est grâce à nous. Les questions sociales et fiscales ? C'est grâce à nous. Une nouvelle façon de concevoir la politique ? C'est grâce à nous. Le pouvoir de prédation des multinationales ? C'est grâce à nous. La remise en cause de l'intégrité des gouvernants ? C'est grâce à nous. Le RIP pour l'aéroport de Paris ? C'est grâce à nous.

    L'énergie de vérité que nous déployons est telle, que plus aucune distorsion ne peut rester dans l'ombre. Nous imposons la réalité, nous permettons à des questions transcendantales d'éclore dans la psyché collective et surtout nous y apportons des réponses : nous pouvons sauver cette planète et ses habitants, c'est le message d'espoir que nous véhiculons intrinsèquement...

     

    Mesnet Joséphau-Charrier,

    observer le mouvement des gilets jaunes à travers un prisme socio-quantique

    Les gilets jaunes imposent la réalité

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • La convergence de nos dimensions individuelles

    La convergence de nos dimensions individuelles + Les GJ font sécession

    En 2018, j'écrivais ceci, sous le titre "changement de dimension ou de roue dimensionnelle":

    je vois, j'entends, je perçois, j'observe l'ancienne dimension, elle est mienne, intégralement...mais mon humanité actualisée n'y est plus. Rien ne disparaît, je perçois donc cette dimension de séparation et "ceux" qui l'habitent...ils ne sont rien d'autre que MOI-même, alors comment pourrais-je ne pas ME voir et M'entendre ?! Mais "maintenant", j'induis une humanité s'inscrivant dans de nouveaux protocoles quantiques de conscience et j'incarne ma personnalité dans une dimension différente, c'est tout, c'est aussi simple que cela ! Cela donne ce ressenti, cette image, cette perception : je dirais que l'ancienne dimension est comme une roue, un peu comme celle que l'on dispose dans une cage afin que notre rongeur s'active...et bien, je m’active dans une autre roue, juste à côté de ma vieille roue "usagée" et périmée...je la vois parfaitement cette "vieille roue", je la conscientise mais sans que cela n'affecte plus le mouvement de "ma roue toute neuve :)". C'est assez étrange ce changement de dimension, très loin de ce qu'avait imaginé la femme qui s'agitait dans sa roue grippée et sans issue :) Ma conscience "habite" une nouvelle dimension sans que l'ancienne ne m’atteigne plus. C'est juste un phénomène de conscience, une conscience qui s’élargit et qui programme donc une interface neuronale en phase avec cette expansion...ce n'est ni physique ni "actif", c'est simplement ma conscience qui gravite autour d'un autre axe...qui tourne dans une autre roue, une autre réalité...(2018/ à lire dans le livre "l'inhumain humain)

    Observation 2019 : à l'époque, il me semblait être la seule à me mouvoir dans cette roue dimensionnelle reprogrammée : j'incarnais une nouvelle bulle de réalité tandis que "les autres" continuaient à graviter à l'extérieur, identiques à ce qu'ils avaient toujours été. Pourtant, je réalise aujourd'hui que nous avons été nombreux à vivre ce protocole quantique (création de sa propre sphère d'unité) !...et finalement, l'égrégore des GJ n'est que l'agrégation de ces "bulles dimensionnelles individuelles" !

    Il y a eu convergence de "bulles", si je puis m'exprimer ainsi :) Et c'est bien cette convergence qui a donné naissance à une nouvelle matrice collective :) Ce qui est formidable dans ce processus, c'est que désormais, nous sommes devenus un socle de lumière, une "bulle de réalité alternative" à part entière.

    Il y a quelques mois, je sentais quelque chose de l'ordre du séparatisme se mettre en place et c'est bien de cela dont ils s'agit : nous faisons sécession ! Nous constituons un nouveau monde, nous sommes une "bulle collective", une "roue dimensionnelle" à part entière, cette dernière jouxtant  l'ancienne mouture énergétique.

    La prochaine étape sera l'autonomie complète de cette "sphère habitable" : nous allons de moins en moins dépendre de leurs lois, de leurs peurs, de leurs manques, de leur projection matérialiste de l'univers :)

    Nous n'avons rien détruit (c'est là l'évolution ultime, bien mieux qu'une nouvelle édition de nos r-évolutions successives), mais nous avons construit :) Ceux qui sont encore de l'autre côté du voile vont nous rejoindre dans le temps, nous n'avons rien à FAIRE pour cela, juste à ÊTRE :)

    Nous sommes passés de la transmutation individuelle à la transmutation collective et ma foi, ce processus est passionnant à observer :)

     

    Mesnet Joséphau-Charrier,

    étudier l'égrégore des GJ à partir d'un prisme socio-quantique

    Ici, une photo publiée sur mon profil FB en février 2019 : je percevais l'idée du séparatisme, mais je n'en définissais pas clairement les contours....le séparatisme a bien eu lieu, mais la version quantique avant la version humaine : 2 sphères de consciences coexistent sur cette planète, celle de l'ancien monde et celle du nouveau monde :)

    La convergence de nos dimensions individuelles + Les GJ font sécession

     


     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Qui suis-je ?

    Qui suis-je ?

    Je suis née en 1967 sur la planète terre...et je n'y ai pas trouvé ma place :) Enfant en souffrance, adolescente solitaire, jeune femme dépressive et suicidaire, mon chemin fut difficile et tourmenté : souffre-douleur à l'école, estampillée comme "inapte" par cette institution, ayant un comportement à tendance autistique ne me permettant pas de développer des relations durables, mes 30 premières années furent plutôt un long "stage de survie".

    Puis je suis devenue maman et j'ai très vite compris que, pour ne pas abîmer mes enfants, je devais soigner cette "déficience du bonheur". C'est donc l'amour maternel qui a été ma première clef de transformation, cette dernière étant tout d’abord étayée par une thérapie "classique" : grâce aux compétences d'un psychologue, j'ai pu opérer ce qui est appelé un "retournement de conscience" (lire ICI).

    A 40 ans, j'étais donc une femme plutôt épanouie, mais je sentais qu'il manquait quelque chose...mais quoi ?! La réponse est venue lors d'un rendez-vous avec une numérologue : cette dernière a évoqué nos capacités énergiques...et je suis rentrée chez moi  en me demandant de quoi elle voulait bien parler ! Mon cheminement quantique a débuté ainsi. Ce jour-là, je suis également devenue végétarienne, comme si ma conscience venait de faire un bond en avant.

    Durant une dizaine d'années, j'ai donc cheminé vers moi-même, trouvant des réponses à toutes mes questions. J'ai exercé en tant que thérapeute, organisant des stages de "mieux-être" et j'ai même participé à un documentaire sur la notion de "mission de vie".

    Puis ce travail d'introspection s'est dissipé, la programmation d'une interface neuronale unifiée et d'une pensée multidimensionnelle était terminée, je pouvais passer à autre chose :)  J'ai donc mis fin à mon statut de guide spirituel ou d'aidant et je me suis contenté de vivre, tout simplement :)

    Pour finir, le mouvement des GJ s'est arrimé à ma réalité : j'observe ainsi en "live" le processus de transmutation de la communauté à partir d'un prisme socio-quantique, je structure le chaos et lui donne du sens, je définis les premiers ancrages d'une nouvelle civilisation "en devenir" :)

    Ainsi, si vous passez par là, vous savez que ma vision du monde est atypique et vous adhérez à ce principe :) Vous n'êtes pas obligé de lire mes écrits, je ne les impose à personne. Je n'ai rien à vendre, ma page FB ne vous sollicitera donc jamais pour des raisons publicitaires ou professionnelles :) Je ne fais que partager ce que je suis, dans la joie et la bonne humeur, j'offre une perception de ce qui EST, en aucun cas une vérité :)

    Nous vivons une époque grandiose, l'égrégore des gilets jaunes est le symbole d'une matrice collective en pleine mutation et j'ai tout bêtement envie de participer pleinement à ce big-bang énergétique :)

    Je n'oublie jamais que je suis L'UN, la cellule originelle mais surtout, que je suis humaine :)

     

    Mesnet Joséphau-Charrier

    Ma page Facebook, qui évoquera le mouvement des gilets jaunes mais abordera aussi d'autres sujets, plus spirituels : ICI

     

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • François Boulo ou la fréquence du monolithe

    François Boulo ou la fréquence du monolithe

    Certains de nos gilets jaunes sont devenus porte-parole de ce mouvement en s'appuyant sur deux modes de communication énergétiques spécifiques. Commençons par la première, celle qui est la plus difficilement accessible, la fréquence du monolithe.

    Ici, la personne devient imperméable à tout, ne se laisse atteindre par rien et pour tout dire, le monde extérieur glisse sur elle sans jamais susciter de riposte.

    François Boulo incarne parfaitement cette force d'âme maîtrisée. L'observer sur un plateau TV face à des journalistes aguerris, c'est mieux comprendre l'impact d'un stratège initié à l'art de la guerre et utilisant la neutralité comme arme absolue. François nous explique qu'il a bien réfléchi à ce mode opératoire particulier : sa communication n'a rien de hasardeuse, elle demande au contraire une discipline exemplaire et s'appuie sur une connaissance affûtée de SOI et de l'autre. 

    En premier lieu, il a appris à ne laisser transparaitre aucune émotion car il se destitue de sa propre personnalité : il ne parle jamais en son nom mais il représente un collectif. En conséquence, il ne montre aucune réaction face aux salves agressives qui lui sont envoyées car il ne les considère pas comme un affront personnel ; il n'attaque jamais ses adversaires et s'interdit même l'humour, trop "intime" d'après lui. Ainsi, François devient un monolithe sans aucune aspérité à laquelle s'accrocher, dont les parois sont si lisses et infranchissables qu'elles déroutent ses interlocuteurs.

    C'est grâce à cette vigilance constante qu'il dirige les hostilités, qu'il devient maître du jeu,  laissant les "professionnels de la com" s'agripper au vide qu'il représente. Ils sont alors débordés par leurs émotions et leur argumentation décalée n'a plus aucun fondement.  

    Maintenant, abordons rapidement une deuxième fréquence, celle du roc, cette dernière étant très présente chez Jérôme Rodriguez.

    Cette structure a quelque chose de rassurante, car un "roc" est immuable dans sa constitution. Il ne lâche rien, il avance au contraire en gardant le cap et devient un pilier dans la communauté. L'humain roc est intrinsèquement une "belle personne" sur laquelle on peut compter, qui sera toujours juste avec autrui et prête à lui tendre la main. Le roc est parfois moins stable que le monolithe dans ses émotions mais son sens de l'amitié et sa fidélité sont indéfectibles.

    La fréquence du roc est donc liée à un état d'être naturel (plus sensible, moins dans le travail sur SOI) alors que la fréquence du monolithe est le propre d'une entité globale qui a évolué vers d'autres sphères de conscience à partir d'un travail spirituel très ciblé. 

    Lorsqu'une personnalité allie ces deux pôles, ce qui est le cas chez beaucoup de GJ, une nouvelle humanité transparait :)

     

    Mesnet Joséphau-Charrier,

    avril 2019

    observer le mouvement des gilets jaunes à travers un prisme socio-quantique

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • De l'art de la guerre individuel à l'art de la paix du collectif

    De l'art de la guerre chez l'individu à l'art de la paix du collectif

    Un être qui s'éveille spirituellement développe une interface neuronale qui réinterprète totalement le réel. Il aiguise sa conscience grâce à ses émotions et ressentis, il s'ouvre à la neutralité et avec le temps, l'intelligence du vivant prend le pas sur l'intellect.

    Il devient un stratège hors normes, ce qui lui permet de survivre à la matrice dite "duelle"et, en se connaissant lui-même, il déchiffre parfaitement ses "ennemis" et sait les combattre. L'art de la guerre se transforme en jeu de création, à la fois binaire et évident. L'apprenti devient un maître et accède à l'arme ultime : le silence. En effet, il sait ne plus réagir aux attaques, il jauge ses opposants avec lucidité, sans jamais les sous-estimer mais en affirmant sa suprématie : il les surpasse en contrôle de soi et sa capacité à perpétuellement se remettre en cause lui donne toujours un "coup d'avance".

    Le guerrier de lumière est un être d'amour qui n'attaque jamais ceux qui l'entourent, les notions de vengeance lui sont inconnues, l'envie de faire mal à autrui n'est jamais le moteur de ses actions. Cependant, son ego exprime intrinsèquement une certaine satisfaction à se situer au-dessus de la mêlé et à tenir les rênes du conflit. Il y a donc une certaine jouissance à pratiquer l'art de la guerre en ayant la garantie de remporter la victoire. Ici, le fait de "gagner" ne s'appuie pas sur la mise à mal de l'adversaire mais au contraire, cela nous permet de plonger au sein de LA connaissance  : nous savons que toute expérience est porteuse d'apprentissage et alors, même si nous perdons un combat, nous gagnons la guerre.

    Cet état d'être permet à l'individu d'affronter "ce qui est" sans peur et sans jugement, et même si l'entité globale ne se lance jamais dans une bataille, elle ne l'évite pas non plus : ce qui doit advenir advient, nous en sommes la source tout autant que l'observateur et le participant.

    L'art de la guerre s'appuie sur la fréquence du monolithe, chaque individu peut en intégrer les protocoles et ce passage particulier est infiniment salvateur : concevoir des stratégies qui s'appuient sur un psychisme aguerri et éclairé est une expérience passionnante ! :)

    Mais ce qui advient actuellement est la phase d'après : tous ceux qui sont devenus des maîtres dans l'art de la guerre se rassemblent et développent désormais l'art de la paix. Ici, ce n'est plus L'INDIVIDU qui est au centre de l'exercice mais le COLLECTIF.

    L'égrégore "gilet jaune" est axé sur cette fréquence spécifique : nous n'avons plus envie de nous battre ni même de gagner "contre l'autre". Nous n'éprouvons plus aucun plaisir à être plus intelligent que nos tyrans, nous leur souhaitons le meilleur car nous vivons au plus profond de notre âme que ces belligérants têtus et vindicatifs ne sont rien d'autre que nous-mêmes/MOI/L'UN.

    Tout est là, dans cette évolution entre l'individu qui est devenu un maître dans l'art de la guerre et le collectif qui s'incarne dans l'art de la paix.

    Cette énergie est une splendeur, elle émerge partout au sein des multiples communautés qui activent les piliers quantiques du nouveau monde :)

    "Si on ne livre pas la guerre, on peut gagner la paix"- Reynald Charrier (mon mari)

     

    Mesnet Joséphau-Charrier,

    observer le mouvement des gilets jaunes à travers un prisme socio-quantique

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique