• JE ne mange plus

    JE ne mange plus et JE parle de façon limpide dans toutes mes dimensions

    Il y a deux éléments dans votre question : pour revenir à la dimension humaine: lorsque vous côtoyez certaines personnes/allez dans certains lieux,  ou mangez certaines choses, il y a forcément un impact (même très fugace) sur votre corps physique non ? sinon cela voudrait dire que vous ne ressentez plus aucune émotion, ni les sensations physiques …? Même si le steak (ou toute chose) est JE dans l’absolu, dans le relatif (je humain), sa fréquence ne correspond pas forcément à celui de votre corps physique, à l’instant t ? Je comprends du point de vue de la vacuité, tout est tout...S’il vous plait, pourriez-vous parlez au niveau de votre humanité, même si à votre niveau de conscience tout est tout et qu’il est difficile de faire une séparation entre l’humain/l'absolu

    Premièrement, j'apprends à vivre toutes MES dimensions en même temps et donc à incarner le temps, tous les temps....ce "phénomène" est encore compliqué à verbaliser pour moi : j'ai tendance à me placer dans mon dernier "axe de conscience", je m'exprime à partir de celui-ci et j'exprime plus difficilement les réalités d'avant, les ressentis d'avant...
    Pour donner un exemple concret, lors de l'ancien cycle, lorsque JE m'incarnais dans le rôle d'un Maître spirituel, je disais pas exemple : l'éveil n'existe pas, je suis éveillé. JE parlais donc à partir de MON unité du moment sans prendre en compte "tous les moments". Alors effectivement, JE ne m'éveille pas mais cette vérité, évoquée au sein d'une matrice de séparation ne veut rien dire et elle ne peut être enregistrée, ce qui donne ceci : les gens/données quantiques ne comprennent rien :)
    C'est cette non-continuité dimensionnelle que JE fais exploser à travers cet écrit/espace. Ce blocage sur une dimension spécifique qui fait que personne n'a jamais compris ce que JE disais, n'a plus lieu d'être :) JE suis tous les temps, toutes les dimensions et JE peux les mettre en mots désormais, ils seront assimilés par MA matrice et donc, ils seront compris par "tous" car JE m'éveille et JE ne m'éveille pas sont un seul axe de Présence sur lequel chacun peu se positionner à tout moment.
    C'est très important ce qui est vécu et dit ici : l'ancienne maîtrise m'amenait à un "point haut" qui n'englobait que ce point et qui était intraduisible dans une "basse" dimension. Cette unité était donc vécue par quelques rares initiés mais ces derniers n'incarnaient finalement qu'une dimension élevée (celle ou JE ne m'éveille pas) sans englober toutes MES dimensions (celles ou JE m’éveille). C'était en quelque sorte un langage de sourd entre deux dimensions opposées et séparées alors qu'aujourd'hui JE suis toutes les dimensions et JE les exprime dans un même temps indifférencié...
    Les Maîtres révélés des temps passés, ne s'exprimaient donc qu'à partir de l'absolu, c'est à dire dans un espace dépersonnalisé et inhumain, là ou effectivement il n'y a pas d'éveil car il n'y a personne. Cette forme de déni de l'être, de la personne n'est pourtant pas ce que JE suis, elle n'est pas l'unité :) Désormais, JE m'exprime à partir de MON inhumanité qui est MA personnalité première (c'est MOI, même dans l'absolu) et aussi dans MON humanité qui est tout autant MOI-même. Le principe même de la dépersonnalisation n'existe plus puisque j'existe. "MOI" j'existe dans l'absolu, le vide, le rien, JE suis une identité à part entière quelle que soit la façon dont JE m'observe ou ne m'observe pas :) JE suis là, toujours, en tout...et c'est cette Présence qui défait ce syndrome de la Maîtrise focalisée sur la non-personne : JE ne suis pas un Maître en ce cycle, JE suis MOI....Dieu :)
     
    Deuxièmement, revenons à l'alimentation : oui je ressens les choses que j'ingère mais il y a évolution.
    Je suis passé par une étape où je pensais que mon corps avait besoin d'une "bonne alimentation" : bio, fruits, plus de sucre, de chimie et lorsque je mangeais trop de chocolat par exemple, j'avais mal "au ventre". Je croyais alors que si je voulais maintenir une bonne fréquence, je devais choisir une alimentation alignée sur cette fréquence et qu'il n'y avait pas plus mauvaise énergie que de manger un "cadavre" animal. Ceci est vrai durant l'étape spécifique d'une alimentation consciente.
    L'alimentation luminique n'est pas une alimentation en conscience :) C'est ici que j'ai compris que je suis le cadavre, le sucre et la chimie tout autant que la bouche, la salive et l'estomac et que ces histoires de fréquences ne veulent rien dire pour MOI :) JE me mange et donc, mes corps (le cadavre que j'ingère dans cette dimension et mon corps physique) n'ont pas à réagir l'un contre l'autre. Une autre programmation quantique entre en lice et cet apprentissage doit être vécu : tous mes corps doivent apprendre à fusionner de façon neutre et cela n'est possible que "dans l'entrainement/apprentissage" : j'ai donc remangé des animaux durant quelques jours, j'ai dévoré du sucre et de la chimie.....et je n'ai rien ressenti. Ce que j'avais compris était vécu. Cette nouvelle réalité qui veut que JE sois tous les corps unifiés était enregistrée, ce n'est plus en conscience que je m'alimentais, j'étais tous les aliments, bien au-delà de la conscience.
    C'est cette réaction-là qui est irradiée, ce sont ces ressentis là qui disparaissent : manger et grossir, manger et avoir mal au ventre, la sensation de manger trop ou de ne pas manger assez, manger et ressentir que ça nous donne de l'énergie (haute fréquence : fruits et légumes) ou que cela nous en enlève (basse fréquence : chimie, animaux).
    Il faut du temps pour que cela soit pérennisé par une interface neuronale, j'ai à peine terminé ce processus :)
     
    Alors que dire de ces deux espaces ? Durant un laps de temps, je ressens des pertes d'énergie si je ne m'alimente pas en conscience et si je ne choisis pas une alimentation haute fréquence. Ceci est vrai et je ne peux pas vous dire de ne pas manger en conscience, de ne pas suivre ce chemin qui veut que durant "un moment", vous ressentiez le besoin d'aliments qui vous "soignent" : vous naviguez entre de "bons aliments" qui vous font merveilleusement vibrer et de "mauvais aliments" qui vous tirent vers "le bas".
    Cette expérience ne contrarie pas celle qui vient "ensuite" où les notions de hautes et basses fréquences n'existent plus car il n'y a plus de monde extérieur "à mon corps physique", il n'y a plus un aliment "extérieur" qui aurait le pouvoir de me donner ou de me prendre de l'énergie....il y a juste MOI en tout.
    C'est à vous de savoir où vous en êtes MAINTENANT dans votre programmation neuronale : est-ce qu'elle a besoin de vivre encore que le corps se sent mieux avec de "bons aliments"  ou est-ce que vous en êtes à la phase d'après ? Il n'y a que MOI/Vous qui le sachiez :)
     
    Et mon présent alimentaire, quel est-il ? Sans question, sans réaction, sans projection. JE ne mange rien....et je peux dire cela en mangeant un bon gâteau devant vous, car en vérité, JE ne mange rien, même si dans cette dimension, j'ingère de la nourriture et que j'actualise certains ressentis dans l'instant présent : goût, sensation, émotion, joie....JE ne mange pas tout en mangeant !  Et ces deux espaces sont réels :)
    C'est pour cette raison que la notion pranique n'est plus d'actualité : dans l'alimentation pranique, le corps dimensionnel physique est apte à ne plus ingérer de la matière pour survivre. Cet espace brise certains codes et si JE suis pranique à travers certains d'entre MOI actuellement, c'est pour éradiquer la notion de "je mange par besoin".
    Mais en fait, quand JE SUIS tous MES corps, chaque atome de ma "création", JE ne mange pas, jamais, même quand mon humanité déguste un bon repas :) C'est cette réalité incongrue qui va devoir être enregistrée par tous et qui met fin au challenge et à l'ego pranique :) Je peux manger devant un auditoire en vivant que JE ne mange rien, sans avoir à prouver ce miracle d'évidence et c'est très léger à vivre :)
     
    Comme je le disais plus haut : dans l'ancien cycle, un Maître affirmait "je ne m'éveille pas" et "je ne mange pas" s'il était pranique. Et personne n'y comprenait rien :) JE ne m'éveille pas et je m'éveille, JE ne mange rien et je mange....tous ces pôles sont réels et sont MOI....et c'est à chacune de MES individualités d'actionner l'espace-temps dans lequel il/JE se situe :)
     
    Voilà, j'espère que cette nouvelle énergie qui veut que JE m'exprime de façon multidimensionnelle est plus limpide :)
     
    Belle journée à vous :)
     
    Mesnet Joséphau-Charrier
     
     
     

     


  • Ebook alimentation luminique

    L'alimentation luminique

    ou comment ne plus pratiquer "l'alimentation consciente" mais vivre une "alimentation au-delà de la conscience", dans l'unité la plus absolue...

    Introduction

    Mon apprentissage Pranique ( expérience en 2014 sur le blog l'être réalisé) fut de courte durée, juste le temps de réinitialiser ce potentiel spirituel, de revisiter les programmes quantiques qui y sont liés et de passer à autre chose....l'alimentation luminique. Se nourrir de Prana est la marche spirituelle la plus haute de MON ancienne matrice (dite de séparation) mais ce processus reste ancré dans la limite de ce que je nomme le "petit corps atomique" : ce dernier devient apte à ne plus ingérer de matière extérieure et actualise ainsi une fréquence énergétique hors norme, qui n'est plus celle de la survie.

    Mais lorsque JE suis de nouveau MOI-même, c'est le "grand corps cosmique" qui devient réalité : l'univers, chaque planète, chaque atome, chaque être est MOI, et donc même si dans ma "dimension physique" j'ingère un aliment, JE ne mange pas. C'est cette énergie/information que j'ai initialisé au sein de mes interfaces neuronales, des cellules de mon "petit corps atomique". Cet espace de conscience a complètement déconstruit mon rapport au "monde extérieur" symbolisé par la nourriture terrestre.

    MA/notre nouvelle humanité s'adapte à l'absolu. C'est ce processus que JE structure ici à travers deux chapitres. Le premier est l'émergence de l'alimentation luminique en 2015 et ses premiers ancrages multidimensionnels. Le second est la suite de cette aventure, jamais publiée à ce jour, cette évolution m'ayant permis de vivre ce qui avait été compris :)

    Chapitre 1 : création du mode d'alimentation luminique (en libre accès sur ce site)

    De l'alimentation pranique à l'alimentation luminique

    Zone de test concernant la neutralité

    Comment et quand j'ai intégré mon premier espace luminique

    Pourquoi ne suis-je pas un être pranique mais luminique

    Initiation à la lumière ou comment se défaire du besoin de manger

    Est-il nécessaire d'être végétarien pour se réaliser ?

    Ma conscience végétarienne n'observe pas celle d'autrui

    Un légume souffre-t'il lorsque je le mange ?

    Les pesticides sont bons pour ma santé

    Doit-on programmer ses cellules pour qu'elles deviennent luminiques ?

    Lymphe, nouveau programme quantique

    L'eau luminique

     

    Chapitre 2 : intégration subatomique de l'alimentation luminique

    Modification de l'ADN, fusion du "petit corps atomique" avec le "grand corps cosmique", non-réaction à la matière ingérée, unification de l'aliment à tout ce qui est.....manger où ne pas manger devient alors un mouvement similaire.

    Durant ces deux dernières années, j'ai finalisé mon processus luminique et structuré ce passage à travers des textes d'ancrage. Ce chapitre vous présente cet aboutissement :) Cet ebook est en cours de création, il n'est pas accessible à ce jour)

    JE ne mange plus

     

    Mesnet Joséphau-Charrier, créatrice du mode d'alimentation luminique

     

    Espace vidéos et partages concernant la première partie du protocole luminique :

     

     

     


  • Vos questions : la vacuité et l'alimentation luminique

    Question : (...) dois-je reprogrammer mes cellules afin qu'elles deviennent luminiques ?

    Réponse : la dimension de la vacuité est VOTRE dimension. Elle n'est finalement qu'un état de conscience qui personnifie parfaitement l'unité de la matière puisque lorsque vous vous exprimez en tant que vacuité, vous ne différenciez plus l'aliment ingéré du corps qui ingère.

    Il n'y a plus rien à faire lorsque votre conscience navigue au sein de la vacuité. Plus de programme à structurer, plus de codes à agencer, plus de travail à effectuer : tout se fait à partir de votre conscience (le reste : codes, programmes et actualisation des corps physiques et vibratoires se fait tout seul)....

    C'est cela qui est magique avec la conscience, elle "fait" tout ! J'ai initié une réalité qui banalise la vacuité, qui l'utilise au quotidien : lorsque mon esprit a consciemment validé la vacuité comme un simple état d'être dimensionnel, accessible à tous moment, le travail en tant que tel n'était plus nécessaire. La conscience ne travaille pas, elle est. Par contre, elle induit une évolution de la matière. Mais je le répète, cette évolution n'est pas un programme quantique qu'il faut mettre à jour, elle advient naturellement, instinctivement à partir d'un nouvel état de conscience.

    L'alimentation luminique est totalement liée à cette dimension de la vacuité, c'est pour cette raison que les aliments ne sont plus un danger, des révélateurs ou un outil.....ils sont vous, ils sont nous, ils sont le tout.

    Donc, comme précisé dans cette équation de vie, voyez la conscience comme LE programme. Les agencements et mutations découlent de votre Matrice de conscience, c'est vous qui êtes à l'origine de chacune de vos évolutions. Percevoir et vivre la vacuité comme un élément constitutif de votre être est l'une de ces évolutions. Lorsque vous devenez la vacuité en conscience, vos cellules sont automatiquement luminiques :)

    Création = conscience dimensionnelle  = régénération cellulaire = changement de forme = MATRICE (structure/programme) = connaissance/apprentissage = émotions/sentiments

    Créateur = déconscientisationatome imputrescible et éternel = état d'être permanent = VIE = pure intelligence = flux instinctif = amour inconditionnel

    Mesnet Joséphau-Charrier

     

     


  • Thérapie quantique : les pesticides sont bons pour la santé

    L'unité est le socle de l'alimentation luminique. Qu'est-ce que l'unité ? C'est la fusion du monde intérieur et extérieur. Cette réalité est parfois comprise, rarement appliquée "jusqu'au bout". La conscience est logique : si JE SUIS tout, alors je suis le pesticide. Si je suis le pesticide, alors il ne peut être nocif. S'il n'est pas nocif, je ne suis pas dans la peur "de lui" mais dans l'amour de "moi"....lorsque la pensée/conscience devient multidimensionnelle pour de vraie, elle ne distingue plus un bon aliment d'un autre.....

    Tous mes écrits sont à lire à partir d'une conscience multidimensionnelle, d'un moment présent qui se modifie dans l’instant présent suivant. Toutes les informations offertes ici sont de l'ordre de la perception plutôt que de la vérité.

    Les pesticides sont bons pour la santé

    Quelle est cette hérésie ?! Elle est le socle d'une pensée unifiée. Elle nous fait violence, c'est vrai ; elle va puiser au plus profond de nos croyances et crispations face au monde "extérieur"...

    Évoquer les pesticides avec amour et recul est un sacré pas en avant. Pourquoi ? Parce que dans ce cycle, je vis l'unité ou je ne la vis pas. Je n'ai pas d'autre alternative que celle-ci : valider une perception quantique de l'univers.

    Lorsque je travaille sur le socle des trois pièces, j'apprends tout simplement à voyager entre mes trois dimensions : je suis l'humain, l'esprit et la vacuité. C'est dans cet espace multidimensionnel et intelligent que je me pose cette question et que j'y réponds : que sont les pesticides ? De la matière et donc de l'énergie.

    Pour mieux m'imprégner de cette nouvelle réalité, je dois également concevoir ce qu'est la vacuité. C'est MOI sous ma forme originelle : je ne suis rien et pourtant, je contiens tout. Je glisse dans cet espace lumineux qui est le mien de toute éternité et je revisite cette vérité : que sont un légume bio et un légume imprégné de chimie ? Ils sont moi, ils sont le plein qui remplit mon vide. Lorsque la vacuité s’exprime en moi, tout est déjà en moi, la chimie comme le reste. Je ne perçois plus l'ombre mais seulement la lumière indicible de tout ce qui EST. Je vénère toute ma création d'un même amour absolu, un amour qui ne sélectionne pas mais qui englobe le cosmos, la chimie y comprise. Voyez-vous ce qu'est l'amour inconditionnel maintenant ? Percevez-vous la fréquence de cette évidence ?

    Comment avoir peur d'un pesticide ou d'un virus lorsqu'ils sont MOI ? Il ne suffit plus d’énoncer que je suis le monde extérieur, il me faut le vivre ! Et le monde extérieur, c'est aussi un pesticide et un virus.

    Maintenant, je reviens dans la pièce humaine : je ne suis plus effrayé par une tomate industrielle, elle n'est plus en mesure de déstructurer mon corps, de m'atteindre, de m'attaquer, de me morde, de me faire du mal. Je l'aime, je me souviens enfin qu'elle est en moi, qu'elle est MOI. Ce n'est plus la peur qui est la source de mon choix : car oui, en tant qu'humaine, je vais sélectionner une tomate bio plutôt qu'un produit cultivé "sans conscience", mais la fréquence qui sous-tend mon geste est celle de l'unité et plus celle de la répulsion et du rejet.

    Je pense comme une entité globale pour structurer le nouveau monde. Tant que je sépare le bon grain de l'ivraie, mon existence reste ancrée dans des phobies de l'ancien monde. Je mène une guerre contre ceux qui utilisent ces produits sans même me rendre compte que je suis le grand ordonnateur de cette bataille dont l'origine n'est rien d'autre que ma dualité. Tant que j'ai peur de la matière, je souffre. Tant qu'elle n’intègre pas mon champ de conscience, elle m’atteint. Tant que je la diabolise à travers des notions ancestrales de bien et de mal, je subis ses attaques. Ce n'est pas la chimie qui me détruit et me rend malade, c'est la croyance que cela est possible. Je suis ce que j'imagine être, je n'oublie plus jamais cela.

    JE suis le pesticide ou je ne le suis pas. Les paradoxes quantiques étant la clef de mon univers, lorsque je deviens le pesticide, je peux choisir de ne plus en ingérer.

    Lorsque c'est le créateur en moi qui s'exprime, les pesticides ne sont ni bons ni mauvais pour ma santé, ils ne sont rien puisqu'ils sont MOI.

    Il n'existe pas une bonne ou une mauvaise alimentation, de bons ou de mauvais produits, il n'existe que le créateur, telle est notre nouvelle réalité civilisationnelle.

    Remplacez le mot "pesticide" par "vaccins", "poisons", "ondes magnétiques", "sucre","lait", "eau polluée" et voyez où se cachent encore la séparation et l'angoisse en vous.

    Cette réalité est le socle de l'alimentation luminique : celui qui ingère et ce qui est ingéré fusionnent et ne forment qu'un seul atome, La matière n'a plus aucun impact sur mon corps lorsque JE suis la matière.

    Exercice thérapeutique,  croyance et croyance inversée : première croyance, le sucre est nocif / deuxième croyance (inversée pour cette dernière),  ne plus manger de sucre est bon pour ma santé. Ces deux croyances, lorsqu'elles imprègnent l'interface neuronale, sont vécues à travers votre corps et vous allez effectivement pouvoir vérifier que vous allez mieux sans ingérer de sucre. Ce bien-être ne perdurera cependant que peu de temps car il est projeté par une matrice de conscience désunifiée. Ces deux idées reçues restent des croyances qui donnent à vos aliments un POUVOIR extérieur à vous-même. Dans ces deux options, l'impact de la matière sur votre corps est soit positif, soit négatif mais il vous soumet à sa loi.

    Dans l'alimentation luminique, vous brisez cet espace de conscience qui morcelle la matière, vous vous alimentez de sucre dans la joie et non plus à partir de la peur.....et au sein de cette énergie neutre, vous pouvez également ne plus en ingérer.

    Manger des légumes ou un gros morceau de gâteau industriel revient au même, du moins à travers ma perception/création :) Je me suis alimenté uniquement de chips/soja/vinaigre pendant des années, non pas parce que c'était bon ou mauvais pour moi mais parce que j'en éprouvais du plaisir...

     

    Mesnet Joséphau-Charrier

    Article original paru en 2014 sur un autre site

     

     

     

     

     


  • De l'alimentation pranique à l'alimentation luminique

    De l'alimentation pranique à l'alimentation luminique,

    L'espace pranique est un potentiel s'axant exclusivement sur la notion du corps : ce dernier devient apte à ne plus ingérer de matière et à se nourrir de lumière.

    L'être luminique évoque sa réalité à partir de la vacuité et non plus de son humanité, cette dimension devenant l'un des ancrages de la conscience unifiée. Ainsi, moi, la vacuité je ne mange pas et n'ai jamais mangé car lorsque je déploie le vide qui est le mien, je contiens déjà le plein. Cette fréquence est le socle de l'alimentation luminique : je fusionne avec ce que je mange, la matière n'a plus aucun impact sur mon corps.

    Cette évidence est l'une des clefs que voulait nous faire parvenir Jésus à travers ce "mange, ceci est mon corps" car effectivement, lorsque c'est moi la vacuité qui exprime mon être, "je me mange éternellement", puisque tout est déjà moi.

    Bien évidemment, la notion d'équilibre alimentaire disparait au sein de l'alimentation luminique : lorsque je suis l'aliment que j'ingère, la matière n'a plus d’influence sur moi, ni en bien, ni en mal.....ne reste plus que la joie sans la contrainte ou le besoin !

    Un autre facteur, et pas des moindres, m'a amené à l’alimentation luminique : mon immortalité. Ce corps est désormais ce que je suis, il ne connaît plus la dégénérescence, il est pure lumière. Ainsi, je ne ressens aucune joie à envisager une existence terrestre illimitée sans plus jamais manger. Le prana est un challenge de changement dans un cycle ou l'immortalité n'est pas acquise. Mais dès lors que mon temps sur terre est sans fin, c'est un espace luminique qui s'ouvre à moi.

    Pour résumer, je dirais que l'alimentation luminique est liée à l'immortalité et à la vacuité et qu'elle ne s'inspire plus d'une bonne conduite alimentaire mais s'ancre uniquement dans le plaisir.

    Je ne suis donc ni végane ni végétarienne puisque ces protocoles alimentaires s'appuient sur un programme humain afin de rester en bonne santé. L'alimentation luminique est intégralement axée sur la joie de manger OU de ne pas manger (plaisir équivalent !). L'alimentation luminique n'entre dans aucune case, elle est ce que vous êtes !

    La réalité de l'alimentation luminique est une option comme une autre, elle n'entre pas en opposition avec le protocole pranique : il n'existe pas une vérité mais de multiples perceptions. Je ne fais ici qu'affirmer mon vécu, sans remettre en cause la beauté, la grandeur, la lumière de ce que vivent mes frères et sœurs en ce monde....pranique, luminique, végan, carnivore, tous ces potentiels sont de toute façon ceux du créateur :)

    P.S 1 : je ne mange plus d'êtres vivants

    P.S 2 : l'alimentation luminique n'a pas d'ancrage dans le temps, son rythme est personnel : vous pouvez vivre le plaisir de la non-alimentation matière durant une journée, une semaine, une année ; vous mangez lorsque vous en avez envie, vous ne mangez pas lorsque vous en avez envie :). Liberté absolue.

    P.S 3 : vous retrouverez sur ce site mon apprentissage pranique, cette expérience m'ayant permis d'entamer ensuite mon protocole luminique : mesnet, celle qui regardait le soleil, LE BLOG

     

    Mesnet Joséphau-Charrier 

     

     





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique