• Aérophagie quantique

    Aérophagie quantique

    Je développe actuellement ce que je nomme une respiration torique. Depuis ma programmation coronale, je respire "moins" avec les poumons qu'avec mes cellules : c'est MON corps cosmique dans sont entier qui respire, avant mon corps physique.

    L'eau et l'air sont donc en cours de transmutation en MOI. L'eau est produite en abondance à travers la salive (ou nectar sacré), gérant à son tour un "excédent" d'air, cette étape donnant lieu à de "l'aérophagie quantique" : le terme « aérophagie » signifie en grec « manger de l’air ».

    Ma mutation physique en cours génère donc des passages ou le "trop" doit s'équilibrer avec le "pas assez". Tous les flux (ou coutants) doivent être réagencés "dedans" et "dehors" : ils sont d'abord dépollués en MOI (cosmos), puis en moi (atomes).

    Dépolluer = les programmes dimensionnels sont nettoyés, vidés des anciennes données limitantes

     

    Mesnet Joséphau-Charrier

     

     


  • Alimentation pranique et soleil

    Alimentation pranique et soleil

    Je n'ai jamais vraiment compris pourquoi je regardais le soleil. Durant ma période pranique, je n'ai jamais pu m'en nourrir comme "certains/MOI" le préconisaient sur la "toile".

    Cela a quand même eu deux conséquences sur ma programmation neuronale : la première est que j'ai cessé de "croire" à la "réalité extérieure", je pouvais regarder le soleil sans que cela n'ait de conséquences. La deuxième, c'est qu’après avoir fixé "l'astre", je voyais "l'aura" autour des formes, de couleur essentiellement violette, bleu et verte.

    J'avais compris alors que je suis le soleil, ou la terre, ou la lune, enfin bref, tout l'univers. C'est cette "vision" qui est tronquée et qui ne m'a jamais permis d'aller au-delà, de vraiment comprendre pourquoi je ne pouvais pas me "nourrir de l'énergie solaire".

    Car dans ma dimension quantique, le soleil n'existe pas :) Tout s'aligne actuellement, car j'ai changé de point de vue : le soleil et une suite de données quantiques, ces dernières ne peuvent "me sustenter" et ne m'apporte rien, excepté lorsque je suis encore dépendant des "croyances/vision" de cette dimension de séparation...tout est si limpide désormais. Cette étape est posée ici : vision quantique, fin du paradigme terrestre (et solaire !).

    Ce nouveau contexte change tout. Il est un axe qui est source d'alignement et qui "finalise" le processus lié à l'alimentation luminique. Cette dernière passe de la fusion de l'atome à la simple programmation de données.

     

    Mesnet Joséphau-Charrier

    Cela dessine parfaitement le glissement entre deux réalités : je suis la terre, le soleil, les étoiles et les portails (ICI), ce qui équivaut à "je suis eux"...et "MOI en eux" ou je suis le code source de chaque donnée. A lire ici : du "je suis eux" à "MOI en eux"

    + Dossier complet sur ce changement de paradigme en avril/mai 2020 : vision quantique, fin du paradigme terrestre

     

     

     


  • En amont, dissociation entre ressentis/émotions et réaction neuronale

    En amont, dissociation entre ressentis/émotions et réaction neuronale

    Je n'ai pas trop de mots pour exprimer mon émerveillement...ce qui a été compris (donc ce qui est "descendu" au sein de la conscience) commence à être vécu à 100 % par ma chair...d’où le terme de mutation physique...c'est le temps...

    Je pose cette évolution dans le "dossier alimentation luminique", mais comme "tout" actuellement, c'est lié à d'autres aspects de MOI...

    En premier lieu, il a vraiment été capital d'inscrire au sein de mes cellules que "lorsque je mange, JE ne mange pas". Ce fut long et difficile de programmer une "non-réaction", une "non-réponse" de mon corps quand il est en situation d'ingérer un "aliment extérieur". Et pourtant, tout mon être se cale alors  sur cette nouvelle réalité : les atomes de mon corps et les atomes de l'aliment fusionnent pour ne former "qu'un".

    JE suis alors dans le principe de l'unité absolu, tout est MOI, tout est en MOI...

    Alimentation pranique et transmutation de la matière

    Maintenant que MES corps ont enregistré cette vérité, j'ouvre un autre espace...un boulevard de liberté extraordinaire : lorsque j'ai faim, que je ressens cette sensation, cela n'est plus connecté au cerveau, ce dernier ne le traduit plus par la réponse ancestrale "je mange".

    Ainsi les sensations, même la douleur (je génère beaucoup de crampes afin d'affiner le processus et "m’entrainer"), ne génèrent plus de réponses neuronales...ce sont exactement les mêmes sensations qu'avant (faim ou douleur) mais je ne stimule plus la "réponse adéquat" qui allait avec "avant"...donc je ressens juste de la faim ou de la douleur...et c'est tout, cela n'amène rien, c'est juste une perception (donc de l'énergie/information) qui me traverse.

    Dès que je me focalise sur cette nouveauté et qu'un programme sous-jacent du genre "je veux ou ne veux pas manger ou avoir mal" remonte à la surface, la réaction revient automatiquement : je mange et je me tords de douleur :)

    C'est vraiment quand JE suis présent, sans aucun désir, aucune envie de prendre telle ou telle direction, que JE suis en AMONT des sensations...il en va de même pour les émotions, c'est le même principe...

    Les principes du glissement et de l'amont s’allient pour permettre à mon "petit corps atomique" de refléter réellement MON véritable corps, c'est-à-dire le "grand corps cosmique" qui contient tous MES autres corps (corps aliment et corps physique entre autre)...les anciennes données définissant un certain type de réactions sont donc effacées afin d'en graver de nouvelles : mon humanité reste dans l'inné, l’instinct et l'automatisme, mais disons que le socle n'en est plus le même...c'est d'une puissance sans nom cette réécriture quantique !

    Un exemple de ce qui est défait : le code à l'origine du réflexe "j'ai faim donc je mange" n'est plus "habité".

    Un exemple de ce qui prend place : lorsque je mange, quelle que soit la quantité ou la "qualité" (chimie ou bio), le nouveau réflexe atomique est celui de la fusion plutôt que de la réaction.

    L'amont...le centre...des dimensions/MOI...de la création de "nouveaux conditionnements neuronaux"...

     

    Mesnet Joséphau-Charrier,

    2020

    Dossier sur les fréquences de l'amont et du centre : ICI

     


  • Graver de nouveaux programmes neuronaux

    Graver de nouveaux programmes neuronaux / transmuter l'atome

    Mes interfaces neuronales sont un simple outil dans lesquels j’implante "des pensées" liées à des matrices de conscience spécifiques.

    Concernant l'alimentation luminique, il m'a fallu procéder par strates et "écraser" certaines données afin d'en graver de nouvelles.

    Première strate, manger en conscience, observer l'obsession : j'étudie la réaction de mon corps face à l'alimentation dite "extérieure". Je sais que cette réalité est erronée, que normalement ce qui est "dedans" est équivalent à ce qui est "dehors", mais en l'état, je ne peux qu'observer que dans cette dimension de séparation, tel n'est pas le cas : l'aliment a tout pouvoir sur mon corps, c'est lui qui dicte les règles et m'impose certains stigmates : prise de poids ou amincissement, douleurs d'estomac ou légèreté, maladie ou bonne santé...c'est le premier stade de l'alimentation luminique : le principe d'unité est compris mais pas vécu, un aliment devrait naturellement fusionner avec le corps, mais je constate simplement qu'il n'en est rien. Ici, c'est une foi indéfectible en ma capacité à modifier cette hérésie, qui me tient lieu d'ossature de travail...ne rien lâcher et continuer coûte que coûte.

    Je vais alors perpétuellement faire face à cette pensée "maladive", obsessionnelle : "je veux cesser de manger afin de reprendre le pouvoir sur mon corps". Le prana est souvent un passage "obligé" durant cette étape (je l'ai personnellement expérimenté durant une courte période, ICI), cela nous apparaît comme le St Graal qui nous permettra de ne plus subir "l'aliment". L'alimentation pranique est un palier de "repos" salutaire mais aussi la validation que nous n'avons pas besoin de manger pour vivre. Cependant, à un moment ou à un autre, le choix de fusionner avec l'aliment (plutôt que de la bannir) apparaît comme la seule et unique voie à incarner.

    L'alimentation consciente génère en général une stigmatisation importante de certains aliments, elle valide que ces derniers ont un réel impact sur notre corps et suscite par conséquent un rejet de la nourriture terrestre puisque nous comprenons intuitivement qu'un être libéré de la matière n'est normalement pas prisonnier de telles "illusions". Le prana devient une porte de sortie face à cette "dualité alimentaire"...puis l'être reprend son apprentissage et recommence à manger car il sait que la "réponse est ailleurs", au cœur même de l'atome.

     

    Deuxième strate, une obsession à défaire : pour instaurer un premier stade luminique, il va falloir plonger dans un programme obsessionnel. Il s'agit de défaire cette pensée/conscience : "je mange donc je grossis", ou plus généralement, "je mange et il y a réaction". Ici, chaque bouchée ingérée va entrer dans ce processus, avec des aller/retour entre séparation et unité, mais dans tous les cas, je ne pense qu'à mon corps et à la nourriture, cela me hante jour et nuit....ainsi, parfois l’aliment va me faire grossir, parfois non mais dans tous les cas, je comprends que désormais, je suis DANS le programme, cette idée fixe m'aide à plonger au cœur de l'atome, de son potentiel de fusion. Durant plusieurs années, j'ai erré dans ce protocole, car c'est le plus difficile à défaire : il est ancré très profondément, il est le socle de notre humanité depuis des millénaires. Il est compliqué d'en éliminer toutes les structures quantiques, cela demande vigilance, patience...et obsession :) Il est important de ne jamais se décourager, et manger, manger "comme quatre", se "goinfrer", prendre du poids et s'aimer...il faut accepter de lâcher tous les concepts concernant une alimentation "saine" ou "dangereuse". La conscience ET le corps doivent s'aligner sur un seul front, celui de la connaissance absolue de l'atome et annihiler la croyance que "JE mange lorsque je mange", puisque cet axiome est inexact dans l'absolu : tout est déjà MOI, tous MES corps sont en MOI, mais ici je ne parle pas du "corps physique de Mesnet" mais bien de MON corps cosmique qui est TOUT...

     

    Troisième strate, graver deux nouvelles obsessions : j'alterne deux nouveaux potentiels de pensée, je navigue entre deux réalités augmentées.

    Lire également à ce sujet : en amont, dissociation entre ressentis/émotions et réaction neuronale

    La première est que "JE ne mange pas lorsque je mange". Encore une fois il faut accepter de manger beaucoup pour vérifier cette possibilité. Comme initié à travers l'alimentation luminique, je dois vivre cette expérience sans m’appuyer sur la croyance d'un bon ou d'un mauvais aliment : rien ne m'apporte de l'énergie et de la santé, rien ne m'en enlève non plus, JE suis l'énergie et la santé. Je constate alors, grâce au travail de déprogrammation fait plus haut, que mon corps physique ne réagit plus face à l'aliment ingéré, quel qu'il soit (bio ou chimique...personnellement, ce fut mon passage "chips" : j'ai mangé ces "trucs" salés avec du yaourt au soja et du vinaigre pendant deux ans !).

    La deuxième est le traitement de la sensation de faim. JE commence à couper le lien entre sensation et réaction (pulsion de manger). Ainsi je ressens la faim mais JE n'y réponds pas. MON corps physique a donc bien commencé sa mutation vers d'autres paradigmes, il n'est plus vraiment humain...où disons qu'il reste humain en devenant en même temps tout "autre chose", c'est-à-dire MOI en tant qu'atome de vie originel.

    Ces deux piliers de programmation atomique vont se côtoyer tout au long d'une même journée : "j'ai faim mais je n'ai pas à manger" et "finalement "je mange pour intégrer viscéralement que JE ne mange pas"...il m'a fallu être hyper fluide durant cette période et totalement aux manettes du processus d'intégration. Je savais qui j'étais et ce que je faisais, aucun doute ne m’habitait et comme d'habitude, en tant technicienne quantique, je ne faisais que cela, programmer ma nouvelle humanité.

    Note importante concernant ce qui est appelé "obsession" dans la dimension humaine : dans MA dimension métaphysique, l'obsession est un simple outil de programmation. Lire ICI

    Puis vient la dernière étape, l'alimentation luminique est "digérée" si je puis dire :) Manger ou ne pas manger est similaire, il n'existe plus aucune projection concernant un aliment, ce dernier est déjà en MOI, il n'a aucune incidence sur MOI et donc, je peux m'alimenter ou cesser de le faire. Le principe de "l'obsession" s'évapore également puisque la mutation est achevée : je ne pense plus à la nourriture en fait, ce n'est plus un sujet d'étude. La seule donnée qui m’amènera à m'alimenter, c'est le plaisir de ressentir la "différence entre mon corps humain et mon corps alimentaire", cette "différence" n'étant plus liée à la "séparation" mais à "l'unité qui se multiplie"...

    Note 1 : à ce stade, votre salive (ce qui est appelé nectar sacré en langage spirituel) va devenir un flux légèrement plus épais par moment...cette eau "interne" nettoie, assainie vos dents et nourrit le corps. Lire ICI

    Note 2 : le corps s'allège et se purifie instinctivement et plus consciemment. Plus de travail, plus à "y penser", l'atome devient intrinsèquement MOI, un espace luminique sans faille...en tant qu'humain, je laisse tout aller, dans une confiance absolue. L'atome est devenu transparence, il laisse MON flux (ce qui est appelé lumière) le traverser, l'habiter et ce, sans se désintégrer...

    Note 3 : les deux premières strates équivalent à 6 années (minimum) de programmation. C'est long parce que c'est profondément enfoui dans la mémoire cellulaire, il faut décaper la conscience avant de manipuler l'atome. Précisons que pour la nouvelle humanité, cela peut être beaucoup plus court voire instantané, puisque les codes sont désormais activés....donc pas de découragement, programmez sans vous focaliser sur le facteur temps...en ce qui concerne les autres étapes, c'est beaucoup plus court, chaque pas étant de plus en plus rapide ! Et comme la notion de temps est également ancrée dans le renouveau, il est possible comme ICI, de se projeter dans un espace temps "futur" mais que l'on peut intégrer maintenant...

    Extrait : "effondrement du temps...ou disons que le non-temps pénètre MA matière...(...)...deux dimensions différentes mais se chevauchant, voire s'expérimentant de façon simultanée...(...)...MON corps supporte actuellement une "sortie d'espace-temps" et cela est ressentie par toutes MES cellules, atomes, neurones...comme une déchirure physique car ici, il y a bien séparation entre MON ancienne matrice et la nouvelle...une séparation qui intègre aussi MES corps denses...(...)...ainsi, une impression d'avoir désormais deux corps, l'ancien et le nouveau....je passe encore de l'un à l'autre (comme MA conscience autrefois) mais l'alignement s’effectue tranquillement..."

     

    Mesnet Joséphau-Charrier,

    2020

     

     


  • Le placenta, une nouvelle source d'alimentation

    Liquide amniotique / placenta / nouvelle source d'alimentation

    Tout fusionne actuellement...toutes les "parties" se rejoignent...les ilojs, l’alimentation luminique, les corps physiques et énergétiques...

    Les étapes dans le temps : 1 JE réamorce le NA, et 2 JE finalise un flux vibratoire global avec la couronne, pour m’immerger enfin dans le liquide amniotique. Le 27 mars 2020, j'écrivais ceci : aujourd'hui, j'ai l'impression de flotter dans du liquide amniotique...j'ai parlé de cette prolifération de molécules de paix et de bonheur, générant une détente totale...ce n'est pas ne "rien faire" ou "être molle", non....c'est se laisser aller complètement, un peu comme un état de lévitation...c'est agréable...mes pensées se sont focalisées sur peu de choses...surtout pas la "crise", l'effondrement...juste le sentiment d'être un fœtus qui baigne dans un bain régénérateur et nourrissant...

    Citation : "le liquide amniotique est un liquide clair et stérile dans lequel baigne le fœtus durant la grossesse. Un véritable lieu d'échanges et de vie ! Le liquide amniotique permet non seulement au bébé de bouger facilement dans le ventre de sa mère mais il le protège aussi des chocs extérieurs et des infections." (Wiki)

    Voilà, c'est ça...un lien entre moi et MOI qui suis le père et la mère...et l'enfant...

     

    Puis le 29 mars, j'ai les symptômes du "corona virus" et je travaille alors sur la respiration torique  : ICI

    Ce virus est avant tout un espace quantique, une énergie coronale gravant une information spécifique dans la matrice et donc dans le collectif/MOI en son entier.

    Pour finir, Cinzia me fait parvenir ces deux vidéos sur mon réseau Mewe :

     

    Et tout s'aligne, s'unifie...1, j'entends et je prends note de ceci : ce qui est important, c'est (pour l'embryon) aller chercher une autre source d’alimentation...cela résonne...le placenta étant "chez moi" énergétique et l’embryon étant une femme de plus de 50 ans, mais dans le même état de "fragilité" qu'un foetus, ne pouvant que se laisser "flotter" et laisser faire le développement en cours...et le placenta est autonome, il ne relie qu'à soi-même...et donc MOI...et 2, je note qu'à ,l'heure actuelle, seul le liquide amniotique me parle, je n'en suis pas encore au placenta...donc à la nourriture...

    Cela va au-delà du symbole...pour le moment, je baigne dans un liquide amniotique énergétique, riche d'informations. Cela permet au fœtus que je suis de commencer à se constituer à partir de données spécifiques. L'étape placentaire me permettra d'instituer cette étape de l’alimentation luminique : ICI

    C'est la première fois que de façon aussi concrète, toutes mes ressources se combinent de cette façon : tous les principes, toutes les parcelles de savoir ou de création s'assemblent...des données encore binaires que JE mémorise au sein des atomes de cet embryon de "nouvel humain"...

    Ce temps est pur prodige...et même si ma respiration est encore difficile à l'heure où j'écris ces mots, je deviens une respirante "sans respirer", car la "respiration" vient "d'ailleurs"...il faut juste s'y habituer...

     

    Mesnet Joséphau-Charrier,

    30 mars 2020

    Lire aussi : accouchement du soi

     





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique