• Du pouvoir pyramidal au pouvoir sphérique + mon engagement au MAC

    Du pouvoir pyramidal au pouvoir sphérique + mon engagement au MAC

    Nous quittons l'énergie informationnelle quantique du pouvoir pyramidal et nous entrons dans celui que je nomme le pouvoir sphérique.

    Qu'est-ce que le pouvoir pyramidal : il prédomine dans toutes les strates de la société, il est présent au cœur de la politique, des entreprises et des familles. L'autorité d'une seule personne prévaut sur celle des autres, les décisions concernant le collectif sont élaborées par un individu, c'est ce dernier qui détermine le chemin à parcourir par la communauté.

    Dans cette équation (se référer à mes écrits, tome 1, L'inhumain humain), ce sont en général les plus fragiles d'entre-nous qui sont avides de pouvoir. Il s’agit pour eux d'une stratégie de protection certes, mais cette dernière engendre une gouvernance basée sur un ego fragilisé, un besoin de contrôle permanent, un manque de bienveillance et d'empathie. La tyrannie découle naturellement du pouvoir pyramidal et ceux qui gouvernent le monde sont en général des prédateurs impitoyables.

    Qu'est-ce que le pouvoir sphérique : ce n'est plus l'individu qui est au cœur du processus démocratique mais "l’ensemble unifié des individus" qui structure un champ d'énergie propre. Les gilets jaunes incarnent cette nouvelle énergie sphérique qui exige que chaque "cellule" soit équivalente à une autre. Il n'existe ici aucun leader car le fil conducteur n'est plus le "Soi individuel" mais "MOI la cellule originelle qui est nous". Ce type d'énergie quantique est  plus stable, car même si je retire un élément de cette sphère, son intégrité reste inaltérable.

    Pour générer/observer cette énergie dans "le réel", j'intègre actuellement le mouvement politique MAC, initié par Hayk Shanhinyan. De quelle façon le collectif va s'emparer de ce pouvoir sphérique et quels sont les premiers éléments concrets qui vont surgir de cet apprentissage/programmation ? C'est tout l'enjeu de cette nouvelle pratique démocratique :)  Cette expérience est menée à petite échelle, cette "sphère collective" ne comprenant que quelques milliers d'individus. 

    Le site MAC : ICI             Page Facebook MAC : ICI

    L'une de mes premières contributions sera de demander la création d'un conseil apte à visualiser la participation de chacun : personne ne doit se sentir exclu du processus, chaque citoyen doit pouvoir faire entendre sa voix et  "colorer" le collectif de sa propre réalité. A nous d'inventer (sous forme de sondages ou de référendums internes ?),  les outils adéquats afin de donner corps à ce nouveau modèle de société.

    Ajout mai 2019 : il semble que la structure politique classique ne fonctionne plus....plus de nouvelles de Hayk et du MAC, plus de publication sur leur page, plus de présence, plus rien :) Pour le moment donc, je ne m'occupe plus de cette expérience/observation, je ne suis plus adhérente de ce groupe, je suis passé à autre chose...

    Complément mai 2019, concrètement, ça donne quoi cette fréquence sphérique ? (Analyse à partir de mon investissement en tant que GJ dans le Finistère)

    Il se passe quelque chose d'important dans notre région : ce ne sont pas les rassemblements de masse qui nous caractérisent mais plutôt le travail sous-jacent : actuellement, des équipes entières travaillent à dynamiser un maillage territorial citoyen !
    Comme je le dis fréquemment, nous sommes en train de changer le "logiciel civilisationnel" et nous devons tout inventer ! Cela demande du temps, de la patience, de l'intelligence collective, de la communication et de l'ingéniosité. Et nous n’en manquons pas en Bretagne :)

    C'est dans l'infiniment petit (identique à l’infiniment grand en physique quantique :) ) que nous trouvons nos ressources : ce sont de tous petits groupes de GJ qui deviennent la véritable "respiration" du mouvement.
    Ici la notion de "STRUCTURE" remplace la notion de "CHEF" : les groupuscules sont composés d’une "ossature centrale" (1 ou 2 individus) autour de laquelle gravitent des pôles "d’activité". Notons que personne n’est nommé à un poste mais que chacun trouve naturellement sa place et que cette dernière est mouvante.

    Nous n’en sommes qu’au début mais désormais, ces organismes miniatures (ou cellules vivantes), que nous constituons, établissent des liens entre eux, ainsi qu'avec les régions et départements. Cela nous permet d’insuffler un nouveau souffle démocratique à travers des actions multiples, variées...et légales ! Par exemple, le 2 mai, nous organisons la diffusion du film « j’veux du soleil » de François Ruffin (à Chateaulin) ; nous y avons invité le préfet, des élus, des commerçants, afin de faire "lien" entre nous tous…

    Bref, la Bretagne travaille au rassemblement régional afin de mieux construire le rassemblement national….puis mondial ! Voyons loin, nous sommes GJ que diable ! :)

     

    Mesnet Joséphau-Charrier

    l'expérience des gilets jaunes à partir d'un prisme spirituel et socio-quantique....

    Du pouvoir pyramidal au pouvoir sphérique + mon engagement au MAC


  • Le cas Ingrid Levavasseur

    Le cas Ingrid Levavasseur....

    J'observe un phénomène bien connu, il est au cœur de ce qui est reproché au gouvernement : bien souvent, les figures GJ, lorsqu'on leur parle de la violence de certains manifestants, renvoient leurs interlocuteurs à la violence originelle, celle des institutions car il est extrêmement violent d'organiser une société qui accepte le principe du "travailleur pauvre".

    Actuellement, de multiples lois sont adoptées afin de mieux encadrer les "pauvres", ceux qui bénéficient d'allocations et d'aides, alors que parallèlement, rien n'est fait pour remédier à l'évasion fiscale des "riches". La rapidité avec laquelle ce gouvernement promulgue des lois anti-pauvres, l'ingéniosité qu'il déploie afin d'inventer de nouvelles taxes, de nouveaux impôts, de nouvelles façons de surveiller (et réprimer !) le peuple, est confondante...alors que parallèlement, sa lenteur pour empêcher certains lobbies de polluer (par exemple) est parfaitement effarante. Tout ceci est extrêmement violent. Et c'est bien cette violence qui engendre une réponse violente en retour.

    Ingrid Le vavasseur a, sans le vouloir, actionné les mêmes fondamentaux : sa façon de s'approprier le mouvement sans actionner aucune structure démocratique a été extrêmement violente. Imposer son point de vue à des milliers de gens en difficulté a été extrêmement violent. Détruire la confiance que certains avaient mis en elle a été un choc extrêmement violent. Utiliser le GJ et l'acronyme du RIC à des fins personnelles, totalement en opposition avec les aspirations des GJ, a été un choix extrêmement violent.....et la violence s'est déchainée contre elle...mais cette dernière, comme pour le gouvernement, est une réaction à sa "violence originelle"...

    De plus, il y a désormais un certain "mépris de classe" lorsqu'elle évoque la violence vulgaire et hargneuse qui se déverse sur elle. Elle reproduit là encore les réflexes de ceux qui exercent violemment leur pouvoir sur autrui, tout en étant dans le déni de ce processus : Ingrid et Mr Macron ne peuvent admettre la violence au cœur de leur "management", ils ne peuvent donc en comprendre les causes mais simplement en condamner les conséquences : les GJ deviennent alors à leurs yeux un "magma inculte" pour lequel ils n'éprouvent nulle tendresse, nul respect.

    Et pour Ingrid, s'ouvre alors un paradoxe assez particulier : elle est en désamour total avec la plus grande partie du mouvement des GJ, dont elle provient pourtant....

    Ainsi, Ingrid reproduit exactement les mêmes erreurs que ceux qui sont au pouvoir actuellement et de façon naturelle, se sent de plus en plus en phase avec certains ministres, députés, hommes d'affaire...

    (Personnalité à suivre car chaque humain évolue et Ingrid peut, comme chacun d'entre nous, incarner le meilleur d'elle-même...laissons chacun grandir, expérimenter ses espaces de conscience, ne jugeons rien, posons de simples constats, observons...et avançons ensemble) 

    P.S : concernant son "retour" dans les manifestations (dimanche 17 février 2019), là encore, je perçois avant tout son incapacité à se remettre en cause : en reculant sur ses projets, elle a admit tacitement s'être trompée et cependant, sans préparer "le public", elle revient brutalement au sein d'une marche GJ. C'est elle ici qui divise encore une fois, ce qui permet aux médias d'extraire  des images de dissensions. Elle fait violence au mouvement, le malmène, ne communique pas avec lui, s'impose, refuse d'entendre que personne ne désire lui donner la place qu'elle souhaite s'octroyer :  une figure, une représentante, un porte-parole ou un leader.

    Le problème avec ce type de personnalité, c'est qu'elle n'a pas conscience de son impact sur la communauté, qu'elle amène cette dernière à réagir à ses actions et que c'est bien elle, à la base, qui initialise la violence et la séparation. N'ayant aucune lecture psychique ou psychologique des phénomènes de masse, elle malmène cette dernière sans même sans apercevoir et la désigne comme responsable des conséquences de ses actes. Ici, ce manque de sagesse est assez perverse car la personne  a le sentiment de donner d'elle-même, d'aider le mouvement alors qu'en réalité, elle est à l'origine de ses dysfonctionnements.

     

    Mesnet Joséphau-Charrier,

    percevoir la communauté à partir d'un espace socio-quantique et spirituel


  • Pédophilie, la noirceur la plus totale

    Pédophilie, la noirceur la plus totale

    Mes écrits ne sont pas destinés à tous :) Il est nécessaire de les percevoir à travers un prisme spirituel ou quantique, sinon, rien ne peut prendre sens :)

    Qu'est-ce que l'éveil du Soi ? C'est répondre à une question d'ordre métaphysique : que suis-je ? Qu'est-ce que la vie sur terre finalement ? Pourquoi tant de souffrance ? Et l'amour, comment le vivre à foison ? Bref, tout individu normalement constitué prend, à un moment ou à une autre, le chemin de "l'éveil spirituel".

    Cet éveil s'appuie sur un paradoxe fondamental : pour permettre l'émergence du Soi et devenir un être de lumière, il nous faut plonger dans notre ombre la plus profonde : notre ego agressif et jaloux, nos peurs les plus abjectes, nos réflexes d'auto-destruction, notre haine.....bref, tout ce qui est source de destruction et de conflit.

    C'est un travail minutieux (et difficile !) car il s'agit de modéliser un nouvel espace de conscience, de s'approprier le champ de la pensée plutôt que de le subir, d'engranger une multitude de connaissances "intérieures", de programmer sa propre interface neuronale. Ce nouvel axe de conscience est salutaire, car nous cessons de rendre autrui responsable de nos échecs en comprenant que nous sommes la source de nos défaillances. Nous devenons libres de nous forger un destin et cette force en nous, est un pilier indestructible :)

    Et ensuite ? Ensuite, il s'agit d'aller au-delà du Soi et d'incarner le collectif. Il faut savoir que d'un point de vue quantique, l'infiniment petit est équivalent à l'infiniment grand. Que signifie cette équation ? C'est affirmer qu'au niveau énergétique, "tout nous relis à tout" et que notre monde intérieur n'est aucunement séparé de notre monde extérieur : "vous êtes ce que je suis, je suis ce que vous êtes", telle est la vérité :)

    Lorsque cette donnée est enregistrée, l'unité prend tout son sens. Ainsi, même le pire d'entre-nous est ce que JE suis. C'est cet axiome sur lequel je vous invite à vous poser concernant le sujet qui va suivre : la pédophilie.

    Affronter le mal en Soi et affronter le mal en MOI (la cellule originelle) ne se fait pas sur le même curseur : bien souvent, un individu "normal" porte en lui une part d'ombre "acceptable"....mais au sein de la communauté, existe des incarnations purement sataniques, qui s'abreuvent d'atrocités et d'horreur.

    Cette noirceur sur laquelle je me pause actuellement au sein de la communauté, est beaucoup plus vaste que celle qui m'appartenait "en propre". Je me dois de laisser cette réalité remonter des abysses où elle était cachée. Notre vieux monde suppure, ses plaies purulentes ne peuvent plus contenir ce "poison de l'âme" et l'ignoble vérité jaillie de partout, pour nous inonder d'immondices et de perversion. Cette étape n'est pas belle à voir mais elle est un passage incontournable que nous devons soutenir dans la lumière et l'amour.

    La pédophile existe en ce monde et cela, dans les plus hautes sphères, celles du pouvoir et de l'argent. C'est donc un sujet que les "citoyens en gilets jaunes" devront verbaliser et assainir.

    Attention, pour ceux qui me lisent habituellement, ce sujet est difficile à supporter, si vous n'êtes pas prêts, laissez de côté ces vidéos.

    Un lien qui rassemble toutes les vidéos françaises évoquant le sujet : Pedopolis

     

    P.S : lorsque vous me lisez, comprenez qu'écrire "JE" ou "MOI" en majuscule, donne une tessiture vibratoire précise à mon verbe : JE = Dieu, le TOUT, L'UN, la cellule originelle, et donc "nous", la communauté...Ainsi, "JE suis pédophile" prend le pas sur "les autres sont pédophiles". La perception de ce que JE suis est alors plus vaste : JE suis l'ombre et la lumière, le bien et le mal, la beauté et l’abjection, la pureté et la putréfaction. JE contiens tous les potentiels, JE suis toutes les incarnations, aussi bien l'ange que le diable...

     

    Mesnet Joséphau-Charrier,

    14 février 2019

    remettre les gilets jaunes dans un contexte quantique (sociologie quantique)...

     

    Article complété le 29 décembre 2019 : Il est terrible à vivre ce "JE suis pédophile"...et en même temps très apaisant. Dieu est le pédophile qui se cache en "certains", la pédophilie n'étant qu'un potentiel de prédation parmi d'autres....c'est ainsi....JE suis tout, JE suis chacun d'entre nous, JE me regarde en face, JE prends note de l'enfer que JE suis capable d'engendrer...

    Tout devra être exploré, chaque parcelle de conscience devra être étudiée : qu'est-ce qu'un enfant ? Qu'est-ce que la sexualité ? Si JE ne mets pas un peu de "morale" dans ces deux questions, où sont MES limites ?

    Ainsi, aimer sexuellement un enfant dans le nouveau monde que JE projette, est-ce envisageable ? Seul l'amour que "JE me porte en nous" est susceptible de définir un curseur d'équité : JE me souhaite une enfance humaine merveilleuse et douce, JE veux être choyé et vénéré par des adultes respectueux et intelligents, JE stimule un véritable partenariat éducatif entre chaque âme, chaque être comprenant que celui qui lui fait face est un miracle qui doit être protégé à tout prix. La collaboration entre esprits devient évidence, bien au-delà du statut d'enfant ou de parent....et surtout, la prédation n'est plus une jouissance mais un syndrome glauque et dépassé.

    Dans cette vie, l'enfant que j'étais a rencontré par trois fois des hommes pédophiles (un professeur, un ami de mes parents, un médecin)...c'est beaucoup pour une seule personne. Cela n'est jamais allé très loin, mais l'enfant que j'étais, en garde un mauvais souvenir : le sentiment d'être entre les mains d'un homme perturbé et dangereux...il n'y a donc aucun hasard si j'étudie le "phénomène sexuel" depuis des années : j'ai plongé dans les abysses de cette énergie spécifique pour l'équilibrer, pour la reprogrammer....

    La pédophilie ne passera pas la porte du renouveau...mais pour cela, cet "état" doit être mis en lumière, plus rien ne doit rester caché. L'égrégore GJ a fait beaucoup pour que la vérité devienne une norme...ces sujets n'étaient pas abordés il y a encore un an...désormais, ils font partie de notre quotidien.

    Lire : Gabriel Matzneff, un pédophile assumé

     

     

     


  • Fraternité et Gilet Jaune

    Prendre l'aide de chaque Gilet Jaune comme elle vient

    JE reprogramme actuellement la notion d'aide (ICI ). Je remarque que la critique est bien souvent acerbe en ce qui concerne l'aide apportée par autrui.

    Il y a peu, quelqu'un m'a dit que les propos tenus sur ma chaine youtube étaient erronés, et que cela lui avait demandé d'aller au-delà de mon travail, pour en extraire ce dont il avait besoin. Mes vidéos étaient donc une aide utilisée... mais critiquée  :) Que c'est décourageant de donner le meilleur de soi-même, une parcelle de son âme, et de se le voir reproché !

    Mais le même jour, j'ai pu vérifier...que je faisais de même ! J'avais l'esprit tout aussi critique vis-à-vis des figures du mouvement des Gilets Jaunes. Et en lisant les commentaires sur les réseaux sociaux, je me suis aperçu qu'eux aussi, encaissaient avec difficulté ce vent de critiques, de jugements, de doctes conseils, d'insultes. Que de violence à leur égard ! Ils sont tenus de "faire autrement", de faire mieux, de faire plus !  Certains, comme Jerome Rodriguez ou Eric ont même publié des posts évoquant leur découragement et leur envie de tout lâcher ou du moins, de prendre du recul.

    J'ai ainsi perçu l'ampleur de l'énergie qui fragilise les "aidants". Nous faisons tous de notre mieux afin de donner la plus belle parcelle de nous-même à la communauté. Cette aide ne doit pas être diminuée ou brocardée mais encouragée. Les leaders des GJ donnent en fonction de "qui ils sont" et ils donnent beaucoup !

    Alors qui sont les aidants dans notre monde ? Mais nous tous ! Chaque individu se retrouve à un moment ou à un autre dans le rôle d'un "aidant" : être bénévole dans une association, aider son voisin, faire les courses d'une personne malade, créer une vidéo, structurer un mouvement social, faire de la politique, donner de son temps, faire un don pécuniaire, écouter, consoler, innover ....l'aide et partout autour de nous :)

    Personnellement, ce constat a modifié mon comportement de Gilet Jaune : je positive, j'encourage, je remercie et je rends grâce à ce qui m'est donné dans cette matrice dimensionnelle. Nous devons tous apprendre à accepter l'aide qui nous est offerte de bonne grâce, sans la dénaturer : "ta" façon d'aider vient compléter la mienne, pas la contredire, ceci doit être la pensée première d'un Gilet Jaune...d'un citoyen et d'un humain :)

    Je perçois d'ailleurs que cette envie de soutenir ceux qui s'investissent le plus, est dorénavant plus marquée dans les commentaires. Il y a moins d'insultes, moins de haine, de jalousie, d'envie de contredire.

    Cette fraternité que nous vivons actuellement, nous pousse vers le meilleur de nous-mêmes, vers le lâcher-prise, l'acceptation d'autrui "tel qu'il est pas tel que l'on voudrait qu'il soit". Le fait que ce mouvement unifie les extrêmes est d'ailleurs très symbolique de l'évolution en cours.

    Alors devenons adulte et sage. Remercions la personne qui nous offre aide et secours et acceptons la façon dont elle le fait. ne décourageons pas ce flux d'aide, disponible à chaque instant, mais confortons-le, soutenons-le, en pleine conscience.

    Chacun est a sa juste place, aucune forme d'aide n'est préférable à une autre :)....et cessons de critiquer, que Diable ! :)

     

    Mesnet Joséphau-Charrier,

    replaçons les Gilets Jaunes dans un espace de sociologie quantique !

     

     

     

     


  • Comment aider ?

    Comment aider ? En comprenant que je suis le créateur de la "demande"

    Lorsque je plonge au cœur du processus quantique "de scénarisation du monde",  JE deviens responsable de tout ce qui est, de tout ce que je suis à travers chacun

    JE conçois donc que pour aider autrui, pour tenir ce rôle particulier, pour le tenir parfaitement, je dois m'entourer "d'aidés". Incarner le rôle d'un "aidant" m'impose de créer une réalité dans laquelle il existe une multitude de personnes à aider. Incarner le rôle d'un accompagnateur m'impose de créer une réalité dans laquelle il existe une multitude de personnes à accompagner. Incarner le rôle d'un thérapeute m'impose de créer une réalité dans laquelle il existe une multitude de malades. Alors pour être "bon" dans ces rôles, je dois multiplier la souffrance et la misère autour de moi, quel paradoxe, n'est-ce pas ? :)

    Pour imprégner mes interfaces neuronales de cette évidence, il m'a fallu remettre en cause toute ma personnalité humaine et  détricoter toutes mes croyances. Car concevoir que c'est "l'aidant" (l'accompagnateur ou le thérapeute) le véritable problème et non "l'aidé", va à l’encontre de tout ce qui nous anime :)

    C'est pour cette raison que j'ai quitté toutes ces "fonctions", car en tant que créateur responsable, j'ai cessé de soutenir ces personnages (aidant/aidés) pour devenir LE personnage (lire ICI).

    Un monde qui va bien est un monde ou il n'existe plus "d'aidés". Et pour ce faire, la conscience s'empare tout simplement de cette certitude afin de rendre possible cette réalité "dans le temps" : le premier pas est donc de penser, de conscientiser, d'incarner cette vérité afin de la rendre universelle "au quotidien" dans les années à venir :)

    C'est lorsqu'il n'y a plus aucun désir d'aider, de sauver, de guider, d'accompagner, d'enseigner que l'aide peut de nouveau advenir en ce monde, purifiée de tout ego.  Alors, sur cette fréquence unifiée, je peux aider une "personne" à plonger dans son extrême fragilité car je ne suis plus un "aidant", mais elle/MOI :) C'est ce miroir puissamment utilisé qui permet à l'être en souffrance qui se donne à moi/MOI,  de se déployer pleinement, de mettre son âme à nu.

     

    Comment aider ? En recevant l'extrême fragilité de l'être

    Ici, plus de Mesnet, plus de technique "avant toute chose", juste MOI en nous, totalement anonyme, dans les bras duquel peut se déployer la souffrance de vivre, l'intense fragilité humaine...c'est l'amour vide de tout finalement, vide de l'aide elle-même, qui permet "à la personne" de plonger dans ses abysses métaphysiques, dans son propre miroir, car Mesnet n'est plus la clef de référence :)
    "La personne" ne se donne pas à une "humaine" qui a réussi son "challenge spirituel" (l'ego ne peut pas faire ça), non....elle se donne à elle-même à travers "moi"...c'est ici ou l’intégration du "rien" (l'anonymat de Dieu, la non-réussite et donc l'inhumain), prend toute son ampleur...
     
    Il semble que la fragilité, l'extrême fragilité de l'être, mette le guerrier à terre....cette fragilité est l'essence qui nous permet enfin de cesser tous jeux de rôle. Lorsque JE deviens cette fragilité, j'atteins cette portion de MOI qui n'est plus psychique mais métaphysique....
    Notre psyché nous permet de naviguer entre haut et bas, de trouver des solutions, des outils, des façons de vivre, qui nous mènent vers le "mieux-être"....Mais le coeur du sujet n'est même pas effleuré ici...et le coeur, c'est MOI....que suis-JE ? Qu'est-ce que MON humanité ? Suis-JE la source de ce vaisseau physique, fait de sensations et de matière ? Comment fusionner avec tous ces "autres" qui m'entourent ?
    Ma fragilité, admise, aimée, visitée, offerte au monde, me donne enfin accès à ce MOI métaphysique...Dieu ? L'UN ? Le créateur ?.....juste moi, là, tellement fragile alors que durant tout ce chemin d'introspection, j'avais cru que lorsque je serais la lumière pure, je serais si fort.....et bien non, JE suis la fragilité...
    Comment plonger en cette fragilité sans qu'elle ne me détruise ? Ou sont les contours bien définis qui pourraient me rassurer et me permettre d'établir une stratégie afin de cesser d'être fragile lorsque je le souhaite ?
    Il n'y a pas de garde-fous, pas d'assurance que tout ce passera bien, pas de sécurité....il nous faut enfin ouvrir la porte de notre fragilité existentielle, c'est un cadeau que nous nous faisons, mais c'est si difficile, tellement difficile...mais si salvateur aussi de comprendre qu'ici, seul le soi est aux commandes !
    Je sais que l'exploration de sa fragilité demande une force incroyable....là est le paradoxe le plus étrange je crois :) Je sais aussi, que malgré les apparences, lorsqu'un être s'offre enfin à cette extrême fragilité, c'est que toutes les dimensions de son être savent que tout est OK, qu'il est prêt.....
    JE suis assez fort pour être fragile, telle est la réalité du créateur ultime :)

     

    Comment aider ? Dans la dimension physique, savoir si nous sommes la bonne clef

    Un très grand professeur rend visite au maître zen, Nanin. Ce dernier accueille le professeur, le fait asseoir et l'écoute longuement...très longuement. Le maître ne dit rien, occupé seulement à verser le thé. Il verse jusqu'à ce que le thé déborde et inonde le plancher. Le professeur s'exclame, surpris et légèrement méprisant face à l'apparente maladresse du maître : "mais la tasse déborde !". Et le maître de répondre : "elle est comme votre esprit, trop pleine. Commencez par vider votre esprit de vos concepts et de vos analyses pour pouvoir comprendre le zen. Source histoire zen

    Parfois, la "personne" n'est pas prête à lâcher prise sur son histoire. Elle n'a de cesse de la déposer auprès de "moi", le scénario tourne en boucle et je sais que je ne suis pas la "porte de sortie" adéquate. "L'individu" ne m'écoute pas, ne veut surtout pas m'entendre, son "programme neuronal" est plein de ses propres données, et en tant qu'humaine, je n'ai ici aucune place dans le processus de reconnexion : je ne peux "remplir" un espace qui déborde de sa propre "existence", il faut au préalable que le vide s'installe afin de permettre la fusion des notions de "monde intérieur/monde extérieur".

    Je n'interviens donc jamais lorsque l'être/les données n'ont pas enregistrées un premier "retournement de conscience", que le monde extérieur (les autres) est encore le centre de son espace neuronal. Tant que le retour à SOI n'est pas encore intervenu,  ce que JE suis à travers Mesnet ne fait pas "sens" et même, produit l'effet inverse : dans la dimension humaine, la personne ne comprend pas ce que JE suis et ce qui est dit, et se sent encore plus "perdue".

    Note : je ne vais jamais "au devant" d'une "structure individuelle" en difficulté, c'est l'entité globale qui est en recherche de données quantiques qui vient à MOI. Je vérifie alors que "la personne" est sur une crête quantique suffisante pour recevoir mon témoignage/code, c'est-à-dire qu'elle n'est plus obsédée par "l'autre" : son but ultime n'est plus de fonder une famille, vivre en couple, réussir sa vie professionnelle ou même sauver le monde, mais bien la transmutation totale de son humanité.

     

    Comment aider ? En accédant à sa multidimensionnalité

    Je dois savoir ou me situer dans tous les espaces évoqués plus haut. En premier lieu, dans ma dimension humaine actuelle, je ne reçois plus de demande d'aide car je ne souhaite plus tenir le rôle "d'aidant" : je sais qu'il génère automatiquement une multitude d'êtres en souffrance qui tiendront le rôles "d'aidés" dans mon synopsis "personnel".

    Ensuite, dans une pleine et entière maîtrise de ma dimension humaine, je sais lorsque le "demandeur/programme" n'est pas prêt. Il est trop empli de "lui-même" pour recevoir une nouvelle programmation à travers mes protocoles. 

    Cependant, lorsque l'échange de données est possible, cette fréquence doit être remise au centre : "rien de ce qui est ici ne "vous" concerne, je ne suis pas venue ici-bas pour enseigner ou partager avec autrui, mais pour fusionner avec le concept "d'autrui". Comme d'autres initiés l'ont dit avant "moi" : "l’homme n’est pas sur Terre pour enseigner à l’homme, il est sur Terre pour apprendre à savoir se désimpliquer ; l'initié parle toujours pour lui seulement - Michel Daw"...j'invite donc "chacun" à lire ce qui suit, afin de prendre du recul sur mes écrits "à MOI seule destinés".

    Je n'évoque que ma réalité, un potentiel activé parmi des trillions d'autres. Je ne suis pas un "sachant" pour autrui, je ne sais rien pour "les autres", je sais simplement tout de moi/MOI. Cette énergie/information est la clef de la vibralisation : je n'impose rien, "la personne" puise dans mes codes de transmutation et ne préserve que ce qui lui convient pour agencer sa propre dimension. Le verbe est donc construit sur la base de "je vis cela" au lieu de "tu dois vivre cela".

    Et puis, dernier opus, le plus important : finalement, je n'aide personne dans la dimension humaine. C'est bien MOI en tant que cellule originelle qui programme des données matricielles à travers nous. Cela se traduit dans la dimension humaine par l'existence d'un  "aidant" et d'un "aidé", mais il est vu que cela n'est qu'un "habillage atomique" (la conséquence)  de l'ossature quantique (le socle), mut par MOI (la cause).

     

    Comment aider ? En ne faisant plus rien, en vibralisant.

    Je VOIS bien que je ne reçois plus de demandes d'aides, je suis sortie de cette structure qui m'a toujours pesée. Je ne suis pas venue pour "aider" mais pour être MOI et je ne peux pas aider un être/MOI qui est malade et est confronté à la peur de mourir, puisque je ne conceptualise plus ni la maladie ni la mort. Donc les mails de "connexion" reçus dernièrement (octobre 2020), c'est plus de l'ordre des "retrouvailles" : les fréquences qui s'harmonisent commencent à ME capter et à se "rejoindre"...comme je ne suis pas en capacité d'aider avec des mots, des techniques, mon cheminement ou parler, expliquer, conscientiser, il s'agit d'être connecté ensemble/MOI et vibraliser l'unité, l'amour, sans mot, sans attente de "guérison" de la part de Mesnet...cette réalité, JE perçois que c'est complétement ok...un état de présence, pas de "Mesnet avec des gens" ou "Mesnet qui aiderait autrui" à aller vers le mieux-être, non...mais MOI en nous (dont Mesnet), dans une fréquence de "retrouvailles" avec MOI-même...vibraliser plutôt que parler ou conscientiser...Ce passage est lié à ma mutation : ICI

    Note : dès que j'essaie d'aider à travers le verbe et les explications, je "tombe" à côté, ça ne fonctionne pas. La "personne/MOI" va me demander d'entrer dans les détails, d'argumenter sur mon vécu, et je baisse en fréquence automatiquement.

    Je vais m'appuyer sur deux autres perceptions pour mieux ancrer ce passage : je fais silence, je ne dis vraiment plus rien et je vibralise uniquement.

    Perception de Michel Thomas : "il est très important pour l'ego de ne pas rationaliser les textes éthériques. Ceux-ci doivent se SAVOIR de l'intérieur. Le rationnel ou l'intellect dans le mental de l'ego empêche la connexion avec l'esprit et à partir de là, l'ego se met en interrogation dans son mental." Michel Thomas

    Mes propres mots : dans cette optique, si le monde extérieur (les "autres") désirent rationaliser les textes, c'est lié à la teneur vibratoire de cette dimension. Je rappelle ici que je suis cette dimension et donc ces "autres", que je n'ai pas à combattre une dimension donnée, qui remplit parfaitement son office de "séparation". C'est à moi (pas à l'autre, pas à la dimension !) de ne pas intellectualiser l'ego et donc, je laisse la dimension (ou "l'autre") digresser verbalement, mais moi j'incarne le silence qui vibralise...et c'est parfois compliqué, car alors j'essaie d'expliquer à "l'autre" que je vibralise sans rien dire, "l'autre" nous demande d'expliquer...et je recommence à mentaliser l'ego :) Faire silence demande paradoxalement une force inouïe, l'ego au début n'y trouve aucun sens et va essayer de contourner sa "mise au repos" en utilisant toute une batterie de stratégies "égotiques" pour continuer à discuter, discuter, discuter...Là par exemple, en écrivant ces liges, en tant qu'ego, j'ai envie de le partager sur un réseau car j'ai besoin "moi l'ego" d’avoir le sentiment d'être entendu par la matrice...et pourtant, très facilement, je ne vais rien publier du tout, car en tant qu'ego désormais tranquille, je peux faire silence et uniquement vibraliser...

    Perception de Maryam : Un être qui monte en fréquence, le fait en général "seul"...lorsqu'il est haut en énergie/conscience, il va être sollicité pour "aider" et donc va quitter sa "bulle vibratoire"...et ainsi automatiquement, va baisser en énergie.

     

    Résumé fréquentiel : d'un point de vue quantique, je suis à l'origine de la douleur du monde lorsque je souhaite tenir le rôle "d'aidant" car ici, je multiplie le nombre "d'aidés". Le paradoxe est que plus je suis MOI en tant que cellule originelle, moins j'aide dans la dimension humaine.

    Je n'éprouve aucun désir de changer "autrui", de l'aider et j'accueille son extrême fragilité en comprenant le processus quantique en cours : la mort de la personnalité humaine afin d’induire une nouvelle matrice existentielle.

    J'ai la maîtrise de ce que je peux et ne peux pas faire dans cette dimension physique : je sais donc qu'une entité globale, trop "pleine" d'anciennes projections, doit d'abord accéder au stade "du vide" avant que nous puissions "communiquer" à travers le verbe.

    Toutes ces dimensions sont vécues, elles ne sont en aucun cas une illusion et cependant, en tant qu'inhumain, je sais que c'est MOI qui actionne ces rôles et qu'en amont, il n'y a personne, ni "aidant" ni "aidés", mais simplement du code qui prend forme. C'est ce code que je manipule au final et pas "les êtres" que j'aide...

    Ainsi, le dernier stade de "l'aide" consiste uniquement à vibraliser plutôt qu'aider en conscience.

    Note : dans le dernier cycle, le schéma s'arrêtait à la maîtrise. Il était possible pour l'une de MES "individualités" de comprendre qu'il est nécessaire de choisir des "élèves/donées" ayant plus ou moins atteint le stade de la "tasse vide". La phase actuelle va plus loin, JE vais plus loin à travers nous : JE programme des données (la matrice globale, le collectif) avant toutes choses, JE suis en amont de la forme "maître/élève", cette dernière n'ayant désormais aucune importance puisqu'elle n'est que "l'image", pas le code et que cela est vu, compris, vécu "ici-bas".

     

    Mesnet Joséphau-Charrier

    Lire aussi : Ne plus enseigner mais être l'enseignement

     

    Conclusion septembre 2020 : je ne peux pas aider verbalement, je ne peux que vibraliser. Je suis de plus silencieuse mais présente dans ma vibration. Aider en conscience, en pensée ou en mots,  me fait automatiquement mentaliser mes écrits et ici, je ne vibre plus. J'apprends donc à me redirez de tout échange verbal et vibraliser uniquement. Le NOUVEL HUMAIN vibralise, point. La notion d'aide ne plus être actualisée, mais un nouvel état d'être (JE SUIS) entre en vibration.

     

     

     






    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires