• Quand l'instinct prend enfin le pas sur la conscience, je ne veux pas changer mais j'évolue

    Quand l’instinct prend enfin le pas sur la conscience, je ne veux pas changer mais j'évolue

    En premier lieu, je dois valider en conscience ce que je suis en tant que créateur : je suis le pire comme le meilleur. Durant cette phase me permettant de visualiser ma création dans sa globalité, je vais m'évertuer à changer ce que je réprouve en moi. A la force de ma conscience magnétique, je vais intégrer des traits de caractère me semblant mieux correspondre à ma vision de l'humain : je veux changer !

    Lorsque vient ensuite l'étape de la déconscientisation, ce qui précède n'est plus d'actualité car je n'adjective plus ce qui est, je ne le verbalise plus, je ne le conscientise plus. Je considère donc que je n'ai pas à changer, je suis parfait, sous tous les angles, à travers chacun d'entre moi. C'est pourtant à ce moment précis où je ne veux pas changer, que je change ! Il ne s'agit plus ici d'un exercice de conscience mais tout simplement de l'instinct qui est le véritable curseur d'évolution du créateur. Ce paradoxe ne peut être compris et expliqué, il ne peut être que vécu.

    Ainsi, je ne veux pas changer ce monde (en conscience), mais je le change de façon instinctive. Il n'y a nul apprentissage puisque nulle conscience ou savoir, l'impulsion est innée, il s'agit d'une aptitude naturelle inhérente au créateur : instinct, définition du Larousse : ensemble des comportements animaux ou humains, caractéristiques d'une espèce, transmis par voie génétique et qui s'exprime en l'absence d'apprentissage / Impulsion innée, automatique et invariable qui régit le comportement de tous les individus d'une même espèce / Avoir un don, une disposition naturelle, une aptitude à sentir ou à faire quelque chose.

    Je change le plus possible à travers la conscience mais je me transforme réellement de façon instinctive. L'humain change en conscience, le créateur évolue à partir de l’instinct.

     

    Mesnet Joséphau-Charrier,

    2017

     

     

     

     


  • Vos questions : comment faire lorsque les gens nous rejettent et ne nous aiment pas ?

    Ebook 6 : conscience, déconscientisation et dissolution

    Question : comment faire lorsque les gens nous rejettent et ne nous aiment pas ?

    Mesnet Joséphau-Charrier

    2017

     

     

     


  • Vos questions : comment être réellement Dieu créateur au quotidien ?

    Glande thyroïde

    Lors d'examens effectués en 2009, il a été détecté chez moi des problèmes de thyroïde. Cette glande était devenue quasi inexistante. Il s'agissait d'une thyroïdite chronique de type Hashimoto.

    Wikipédia, thyroïdite de type Hashimoto

    Je ne me suis jamais inquiété de ce verdict médical. Je n'ai pris aucun médicament, refusant le traitement à vie que les médecins me proposaient. Inconsciemment, je comprenais déjà à l'époque que je savais tout sur moi et que je devais suivre mon instinct.

    Je ne sais pas ce que donneraient des radios aujourd'hui ? Aurais-je une glande thyroïde intacte ? S'est-elle reconstituée ? Ai-je une glande thyroïde vibratoire qui n'a pas besoin de son double physique dans la matière ? Aucune idée. Je suis toujours en parfaite santé, c'est tout ce qui compte.

    Les radios que j'ajoute à cet article sont les miennes. Je n'y comprends pas grand-chose, je ne suis pas médecin. Le diagnostic qui les accompagne annonçait un monceau de problèmes....heureusement, je n'en ai pas tenu compte.

    Voici un site qui s'exprime sur les troubles de la glande thyroïde : Canoë santé

    Et puis celui-ci, qui nous explique que depuis Tchernobyl, il y a beaucoup plus de problèmes de thyroïde chez les femmes : Au féminin.com

    Au niveau de la troisième dimension, il s'agit bien d'une maladie. Mais au niveau spirituel, qu'est-ce que cela nous montre sur notre évolution ? Est-ce que cette glande n'est plus importante dans le nouveau cycle ? Nous devons oser nous poser toutes ces questions. L'être guéri que je suis n'a plus de thyroïde, à priori...alors ? Je vous invite à revisiter cet article ou j'expose l'idée que nous devons considérer "la  maladie" avec un autre regard : La dégénérescence à travers le prisme spirituel

     

    Mesnet Joséphau-Charrier

    2013

    Lire aussi :

    neurones, hormones, neurotransmetteurs

    Squelette vibratoire

     

     

     

     

     

     

     


  • Thérapie quantique : collaboration dans l'UN plutôt qu'utilisation de l'autre

    Collaboration dans l'UN plutôt qu'utilisation de l'autre

    Il y a quelques mois, j'ai posé un constat, une perception de ce qui est : dans la dimension humaine, un être s’inspire de mon travail humain et en se l'appropriant, il m’utilise.

    Cette création problématique dans la sphère humaine a pourtant finalisé 10 ans de travail ! En premier lieu, j'ai posé le fameux "c'est à moi du créateur", achevant d'intégrer mon quotidien multidimensionnel. J'ai ainsi fait mes premiers pas en tant créateur vivant. Puis j'ai expérimenté ce que ressent le créateur guerrier au sein de la déconscientissation et j'ai donné sens à ce vieil adage : tendre l'autre joue.

    Le problème est donc devenu cadeau. Pourquoi ? Parce qu'il ne s'agit plus ici d''utiliser autrui mais de collaborer avec un autre esprit. Ce dernier est toujours bienveillant et vous offre le meilleur de lui-même. Il n'y a ainsi plus rien à rejeter de l'expérience mais au contraire, vibrer de gratitude devient évidence.

    Je n'utilise pas autrui, je collabore avec chacun d'entre moi. Dans la collaboration multidimensionnelle, je ne peux que tirer profit de la situation sans jamais subir de perte. Cette femme m'a utilisé, a utilisé mes écrits mais son esprit a collaboré avec le mien :) Cette perception vécue plus que comprise change tout :)

    Gratitude infinie à l'entité globale qui m'a offert tout cela.

    Mesnet Joséphau-Charrier

    2016

     

    Processus d'intégration : Lorsque vous êtes face à une situation conflictuelle, évacuez l'autre de l'équation. Cela ne vous sera d'aucune utilité de décrypter celui "qui vous fait mal", d'essayer de savoir s'il à tort ou raison, s'il est juste ou injuste. Ne perdez pas votre temps à faire son procès, n'utilisez plus de faux fuyant comme "c'est un pervers narcissique" "ou bien "c'est un être égotique", demandez-vous plutôt qui vous êtes. Vous concentrer sur autrui, évoquer ses failles ou son "ombre" durant des heures ne fera que vous retarder dans l’avènement de votre nouvel état d'être.

    Dans la dimension humaine, vous ressentez lorsqu'un autre vous utilise mais vous devez surtout percevoir que vous êtes à l'origine de ce décalage. Vous utilisez alors le verbe, la pensée et la conscience pour équilibrer votre création. Dans le même temps, vous êtes connectés à l'esprit de l'autre protagoniste (c'est cela être multidimensionnel !) et vous collaborez avec lui : chaque partie en présence a quelque chose à mettre à jour, le cadeau est toujours réciproque.

    Posez un juste constat sur la situation, quel que soit le sujet abordé. Devenez le centre de l'expérience : ainsi, s'il ne reste que vous, pourquoi avez-vous créé telle ou telle complication ? Là est votre question, là est votre réponse. Puisque le sens est obligatoirement positif, que voyez-vous ? Une part de votre humanité est-elle encore dans la réaction plutôt que dans la gratitude et l'étude de votre création ? Rendez-vous encore l'autre responsable des événements qui parsèment votre existence ? Vous avez compris mais pas vécu ce qu'est l'intrication quantique entre deux entités globales ?

    Tant que vous êtes dans la colère et la douleur à cause d'un autre, c'est que vous ne collaborez pas avec cette entité globale et que vous n'avez pas enregistré pour de vrai que vous êtes celui qui sollicite l'expérience. Lorsque vous n'êtes plus centré que sur vous et votre création, respirez ! Tout est parfait, vous y êtes :)

    N'oubliez pas également que vous ne devez rien renfermer et juger vous concernant ! Vous êtes en colère ? Exprimez là sans la stigmatiser ou la réprimer. Vous verrez que le phénomène de déconscientisation intervient ici : si vous n'adjectivez pas la colère, si vous ne la conscientiser pas comme une émotion à éradiquer car non spirituelle, elle devient un simple flux vivant qui vous traverse, sans rien laisser d'autre que la joie....et surtout, elle est un outil quantique de premier ordre vous permettant de débusquer vos programmes dit de "séparation" !

    En général, vous devrez poser en ce monde, d'une façon ou d'une autre, cette vision juste de vous-même : par le verbe ou l'échange, vous validerez "dans le monde extérieur" votre état d'être dans son entier : oui , je fais preuve d'ego mais je m'aime ainsi car je suis le créateur, je n'ai rien à rejeter ou cacher de ce que je suis. Se voir tel que l'on est au lieu de se focaliser sur ce qu'est autrui est l'un des exercices les plus difficiles qui soit ! C'est ici que la pratique décrite plus haut prend tout son sens. L'autre n'est jamais le problème, vous êtes votre problème. Lorsque cela est vécu au lieu d'être compris, le problème disparaît de lui-même : vous n'êtes pas un problème vous êtes la vie qui s'exprime dans un flux constant !

    Cela ancrera en vous votre capacité multidimensionnelle à vous exprimer : vous communiquez avec tous en même temps que vous ne parlez qu'à vous-même. Ainsi, il ne s'agit plus d'avouer vos péchés sur la place publique mais bien d'être vous-même dedans et dehors.

    Bonne route à chacun :)

    2016

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


  • Tendre l'autre joue

    Tendre l'autre joue

    J'ai toujours trouvé cette expression très spirituelle et pour tout dire un peu naïve. Je la valide pourtant aujourd'hui, mais d'un point de vue quantique.

    Comme je l’exprime ici, je suis le créateur de la guerre qui fait rage en ce monde. Expérimentant la paix individuelle en tant que Mesnet, comment comprendre ce phénomène en tant qu'architecte de l'agitation collective ? En vivant cet espace guerrier, tout simplement :)

    Ayant organisé avec sagesse une confrontation publique dont le sujet importe peu ici (les protagonistes encore moins puisqu'il ne s'agit finalement que de MOI à travers chacun d'entre moi), j'ai pu observer, non pas comment je structure un état de guerre (je connais ces process de création par cœur), mais comment je me vis en tant que créateur guerrier.

    J'ai donc dessiné un périmètre conflictuel sur le net et je me suis étudié. Il y eut d'abord une première vague de constats : la guerre n'est pas ressentie par le créateur. Guerre et paix appartiennent tous deux au même flux de VIE. Les deux pôles, au sein de la déconscientisation sont équivalents. Je peux vivre la guerre de façon paisible et joyeuse ! Symboliquement, je dirais que je suis désormais la création, cet espace de conscience qui s'agite et qui acte la vie à partir de sa personnalité humaine, et en même temps, je n'en pense rien en tant que créateur, la vie n'est que légèreté absolue.

    Pour compléter cette première salve, une entité globale est fort aimablement venue m'agonir sur mon lieu d'expérimentation, et le premier mot qui est venu est : merveilleux ! Cet éblouissement fut purement instinctif !

    Il ne s'agit plus ici de conscientiser qu'il n'y a plus ni attaquant ni attaqué au sein de la création, cette réalité est déjà mienne et elle s'opère au sein de la conscience dimensionnelle dans laquelle j'incarne de multiples personnalités. Mais la sphère de création n'est pas celle du créateur ! C'est en tant que créateur que je comprends et vis cette réalité initié par MOI/Jésus :) Je ne perçois plus la diversité "des soi" mais uniquement le flux instinctif de la vie :  au sein de cette onde sans nom, sans adjectif, sans pensée, sans verbe et sans conscience, les énergies de paix et de guerre (et le vocabulaire qui les portent) sont similaires, je ne perçois aucune différence.

    Ainsi, si quelqu'un me frappe sur la joue droite, je lui tends instinctivement (et non pas consciemment !) la joue gauche car symboliquement et vibratoirement, la joue droite représente la guerre alors que la gauche incarne la paix :  il s'agit de deux facettes opposées mais égales, formant un seul et même visage, celui du créateur. Lorsque JE me frappe sur la joue droite à travers une entité globale, je ne ressens pas l'agression mais MOI-même sous l'une de mes formes. Ainsi, instinctivement je "laisse aller" le mouvement guerrier initié par cet "être qui est MOI", je ne réagis pas, je ne réponds pas et peux ainsi tendre "mon autre joue" car elle ne ressentira rien, excepté  l'amour et la perfection multidimensionnelle.

    Ce fameux "tendre l'autre joue" est tout simplement la figure du créateur : insultes et compliments sont équivalents.....le phénomène de guerre s'éteint ici, à partir du créateur, en dehors de tout espace de conscience.

    Cette réalité ne s'établit plus à partir d'une conscience unifiée mais bien au contraire, elle est instinctive : chaque mot prononcé par un autre soi, qu'il soit enjôleur ou mordant est accueillie de la même façon car le verbe ne contient plus rien d'autre que moi-même : il n'a aucun sens...je suis vivant.

    La conscience et le sens des choses n'ont rien à voir avec LA VIE :)

    Plus de réactions face à la fréquence dimensionnelle des mots mais un émerveillement face au flux de la vie pure...

     

    Mesnet Joséphau-Charrier

    2016

     

     

     

     






    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires