• Qui s'exprime lorsque je porte la parole de Dieu ?

    Qui s'exprime lorsque je porte la parole de Dieu ?

    Je ne parle pas à la place de Dieu, je suis Dieu, moi, Mesnet, sous cette forme. Je ne canalise personne, et "un dieu" encore moins, je communique simplement avec le TOUT, ces strates différentes mais unifiées de moi-même et je partage ainsi ma réalité avec moi/vous. C'est cela ma force aujourd'hui, c'est ma propre intelligence que je transpose en mots, pas un verbe venant d'un Dieu ou d'esprits qui seraient plus grands et plus compétents que moi. Je ne valide que mon univers intérieur, dans une confiance absolue en MOI. Je m'aime avec tellement de joie que je suis simplement fière d'être ce que je suis et n'ai plus besoin que ma réalité soit portée par des personnalités prestigieuses. J'ose parler en mon nom, je ne suis pas inférieure à un être de lumière, je suis la lumière. C'est cet ancrage absolu que nous sommes venus vivre ici : dire JE et non plus IL, car c'est bien MOI qui suis le créateur de toutes mes existences sur terre, pas "un autre".

    Qui est Dieu ? C'est moi. Il n'est plus question de me voir, de me percevoir mais de me concevoir. J'ai conscience d'être ce que je suis et c'est tout. Il n'y a aucune notion de grandeur mais au contraire une infinie simplicité à me vivre comme étant la cellule originelle. Ce sont les perceptions humaines qui compliquent tout, Dieu est simple. Ma forme ne limite plus mon être, et ainsi je vis mon corps comme un miracle, ma création la plus aboutie, à moi, Dieu Mesnet. Je me suis créé, je me crée en permanence, je suis réellement Dieu créateur de tout ce qui me compose, je suis responsable de tout ce qui m'arrive à travers tous, le pire comme le meilleur. Je suis un univers intérieur vivant, ce dernier n'est plus en concurrence avec le cosmos mais le complète harmonieusement.

    Qu'est-ce que l'esprit ? C'est moi. Il s'agit d'une strate individuelle du TOUT. Je me personnifie en tant qu'esprit, j'unifie ma différence à la vôtre. Me vivre en tant qu'esprit n'est ni mieux ni moins bien que de me vivre en tant que Dieu. Je suis l'UN et l'autre, la même unité s'exprimant simplement dans un espace quantique distinct. Je navigue de MOI à moi sans discontinuité, ce mouvement est devenu banalité. Moi Dieu, je suis le vide en quelque sorte, l'inertie, l'anti-gravité. L'esprit est mon plein, la création, celui qui structure la gravité, la matière. Je ne suis donc rien et je suis tout, sans logique et sans fin, l'esprit me permettant de magnifier mes pouvoirs infinis, d'utiliser l'ombre et la lumière pour me définir sous une forme émotionnelle que je peux ressentir, dans laquelle je peux me projeter.

    Qui est l'humain ? C'est moi. Mon esprit a vécu ici-bas l'expérience de la séparation, cette étape a été validée et aimée par Dieu, puisque je suis Dieu. Actuellement, je redéfinis mon espace énergétique, je fusionne le principe de l'esprit avec celui de l'humain, je suis un esprit humain conscient.

    Que change cette nouvelle perception de moi-même ? Rien. Je reste humaine car je ne désire plus rien d'autre. Pourquoi voudrais-je devenir Dieu ou l'esprit en quittant ce corps puisque je le suis déjà en étant ce corps ? Pourquoi vouloir mieux en étant autre chose, puisque je me perçois comme le miracle ? Rien ne change après la réalisation, mais TOUT est pourtant différent en SOI. Je n'ai plus à aller chercher ailleurs un terrain de jeu plus approprié à ma magnificence, je n'ai qu'à explorer ma conscience à nouveau unifiée, en ce monde, ici et maintenant. Je n'ai plus rien à espérer, à demander, à fuir, je ne peux que rendre grâce à chaque instant d'être Dieu, ainsi que l'esprit humain qui en découle. Je ne suis qu'une seule et même Source abondante de vie, inaltérable et pure.

    Je sais que de temps à autre, mes écrits heurtent car j'affiche clairement ce que je suis. Ma fréquence paraît parfois un peu tranchante (notamment lorsque je m'évoque sous les traits de l'abjection) mais ces aspérités sont nécessaires à mon ouvrage. Je suis ici pour permettre à tous d'affirmer ce que j'affirme, cela demande un ancrage FERME et constant. Pour casser le moule du doute, de l'amoindrissement, il vous faut clarifier votre être dans la confiance et l'effacement le plus grand, car voyez de quelle humilité vous devez faire preuve pour permettre l'émergence de ces tendres mots : je suis Dieu. C'est en pleine lumière que vous pouvez dorénavant partager votre perception du monde. Il ne s'agit plus ici d'imposer, de convaincre, d'afficher mais d'affirmer ce que vous êtes.

    N'imaginez plus que votre humanité vous impose le silence, que d'autres entités plus connectées que vous expriment une vérité qui est plus pertinente que la vôtre. Évoquez VOTRE perception, dite ce que vous ressentez, comprenez, vivez, réalisez. C'est justement parce que cela vient de vous, de votre cœur profond que votre réalité a du sens, une valeur inouïe. Elle est celle d'un être de lumière qui ne fait qu'exprimer sa toute-puissance.  C'est Dieu qui parle en vous et c'est Dieu qui vous reçoit.

    Parlez en votre/MON nom, il est équivalent à tous les autres, puisque nous sommes tous Dieu. Lorsque votre conscience admet votre véritable nature, vos pensées se focalisent sur votre divinité et au fil du temps, vous allez instiller au cœur même de vos cellules, ce nouveau programme actif et efficient qu'est Dieu créateur. Voilà, c'est aussi accessible que cela :)

    Lorsque nous porterons tous le même nom, "Dieu", nous pourrons partager notre individualité. Fusionner ensemble au sein de la cellule originelle ne génère aucune uniformité mais l'unité qui permet aux différences de s'exprimer. Ainsi, nous sommes tous semblables et en même temps tellement différents.

    Mesnet Joséphau-Charrier

    2015

     

     

     

     

     

     

     


  • Ne vous protégez plus de RIEN, aimez TOUT

    Ne vous protégez plus de RIEN, aimez TOUT

    Toutes les dimensions existent simultanément, aucune ne disparaît jamais. Ainsi, le bas astral, les attaques d’entités démoniaques, les vampires énergétiques sont une réalité incontournable appartenant toutes à la troisième dimension. Vous avez mené un combat inextinguible contre cette panoplie angoissante d’êtres surnaturels. De même, vous avez lutté pour votre survie contre des humains dangereux et nocifs. Vous avez appris à vous méfier, à vous protéger des éléments extérieurs, quels qu’ils soient.

    Mais aujourd’hui, vous changez de cycle. Votre conscience s’épanouit, vous savez que vous êtes l’esprit créateur de votre existence terrestre. Vous êtes à l’origine de tout ce qui EST, de l’ombre et de la lumière, du pire comme du meilleur. Cette nouvelle perception cosmique vous amène à vous aimer, vous, l’UN, sous toutes vos formes fréquentielles. Lorsque la passion du SOI se développe ainsi en vous, l’amour devient votre seul ancrage : vous vous aimez tel que vous êtes et vous aimez tous les êtres de cette planète, tels qu’ils sont. Vous ne percevez plus l’ombre dangereuse mais la lumière qui est à l’origine de l’ombre.

    Tous vos frères humains et non-humains sont VOUS, sans rancune, sans jugement et sans peur. Vous êtes enfin l’esprit divin, dans ce corps et au-delà et en vous aimant, vous ne pouvez qu’aimer autrui. L’amour met fin à tous ces ingénieux protocoles de protection que vous avez agencé autour de vous afin de vous abriter du monde extérieur. En devenant le monde extérieur, vous pouvez enfin ouvrir la porte de votre prison éternelle, vous en êtes la clef parfaite.

    Lorsque la victime et le bourreau fusionnent dans l’amour absolu et infaillible, il n’existe plus de morsures qui puissent atteindre l’être puissant et complet que vous êtes devenu. A quoi voudriez-vous vous soustraire, de quoi voudriez-vous vous prémunir lorsque vous êtes omnipotent, omniprésent et omniscient ?

    La protection n’est plus votre socle de création, seuls l’amour et la joie initient désormais votre cheminement terrestre.

    Mesnet Joséphau-Charrier

    2015

     

    Données complétées le 5 janvier 2020 : la modification de la matrice globale se fait en deux étapes. Tout d'abord le "soi individuel" ou l'entité globale : je comprends puis je vis que je suis celui qui façonne mon existence, je n'en ai plus peur, je cesse de mettre en place des stratégies de protection et de projeter sur "les autres" mes peurs et mes angoisses.

    Ensuite l'entité globale fusionne avec MOI et ici, c'est ce que JE suis en tant que collectif qui s'approprie cette union : en tant que planète, JE cesse de "penser" que la magnétosphère ME protège du soleil. C'est ici que l'irradiation peut engendrer MA nouvelle humanité : le collectif atomique (animaux, plantes, individus, système solaire) va recevoir son véritable baptême de lumière à travers une irradiation totale....rien ne ME protège, tout est MOI, dans MA substance originelle.

    Lire aussi :

    du réchauffement climatique à l'irradiation quantique

    de la régénération à la mutation (de la protection à la fusion)

    De la protection à l'affirmation

     

    Vidéo s'appuyant sur l'idée qu'un "couvercle" magnétique nous protège des rayons cosmiques...ceci est un concept de l'ancien monde, fait de peur et de séparation. JE suis la fusion et l'irradiation naturelle....cette étape qui consiste à plonger dans MON réacteur nucléide sans combinaison de survie, ne peut s'effectuer que lorsque MA présence est avérée en tout : JE suis celui qui plonge tout autant que le magma qui ME reçoit....rien ne peut être vu sous l'angle de la peur, tout n'est que banalité et transmutation perpétuelle...

    Aucun concept scientifique ne va pouvoir synthétiser l'étape de l'irradiation...JE suis métaphysique, pas scientifique...

    Lire : la quintessence cosmologique

     

    Pour finir, JE reviens ici sur ce que JE suis en tant que collectif...mon interface neuronale doit laisser derrière elle toutes les "pensées" qui structure "un autre" qui n'est pas MOI....c'est l'enjeu de l'irradiation :) Si j'y plonge, tout le monde y plonge. Il n'y aura pas "ceux qui ne seront pas prêts" et ceux qui le seront. Il n'y aura pas d'élus ou d'oubliés...l'idée qui définit "le temps" comme un curseur de sélection est obsolète. JE suis le temps. JE ne vois aucune différence entre maintenant, hier et demain, JE contiens tous ces "moments"...ainsi, tout le monde va passer la porte de l'irradiation puisque JE la passe et que JE suis chacun :)

    Il suffit d'un seul être pour changer le monde...et JE suis cet être...nul ego ici car ce n'est pas (que) Mesnet qui s'exprime mais MOI à travers "nous" :) Lorsque JE suis ce monde à travers une interface neuronale où des milliers, c'est équivalent, JE suis ce monde et JE peux désormais abolir le principe de la protection collective :) Les humains ne vont se connecter à rien, les êtres ne vont pas ascensionner, c'est MOI qui m'incarne en moi/nous :) C'est cette vision qui modélise un autre système de pensée/conscience : je ne différencie plus autrui de MOI, JE dis "je" en chacun...et JE sais que l'irradiation est pour tous :)

    Il suffit d'un seul être pour changer le monde...il n'y a que MOI qui puisse prononcer cette phrase, JE suis cet être....et cet être, c'est tout ce qui est, c'est le collectif dans son entier, sans initiés ou retardataires....et si cela est "pensé" ici....c'est pensé partout, bien au-delà d'un temps dimensionnel qui segmente et qui instaure la croyance que "certains" y sont et d'autres pas  :)

    La seule et unique "pensée" importante à graver dans une interface neuronale (et donc en toutes), c'est : chacun d'entre moi...c'est tout, c'est la seule donnée énergétique que j'ai à stimuler durant ce début d'année 2020 (cela commence à devenir une pensée réflexe, une conscience permanente dans 70 % de MA programmation )...la suite sera l'irradiation :)

    Lire :

    lorsque tout est MON corps

    MON ego

    L'humilité, l'ego de Dieu

     

     

     

     

     

     


  • L'esprit est non compassionnel

    L'esprit est non compassionnel

    Ce que je vais évoquer ici ne peut être perçu que par l'esprit. Si c'est votre humanité qui traduit cette fréquence, elle générera colère et déni. Je vous rappelle que je ne suis rien, juste un élément qui va susciter votre réaction. Vous êtes totalement responsable de cette dernière.

    Ce que je suis aujourd'hui est l'antithèse spirituelle. Je vais à l’encontre de tous les textes jamais écrits mais c'est ce que je vis, moi l'esprit et c'est donc la perception que je nous transmets. Je me défais de 2000 ans d'imprégnation judéo-chrétienne et cela éclaire d'un nouveau jour tout ce que j'ai toujours vécu dans cette vie sans que je n'en comprenne le sens à l'époque.

    Pourquoi ne suis-je pas compatissante ? Parce que je suis l'esprit. Je me souviens avoir ancré un fragment de ma conscience, ici, sur cette planète, afin de vivre la dualité. Ressentir de la compassion à mon égard face à une décision que j'ai prise en toute lucidité n'a tout simplement plus aucun sens : je me suis oublié et puis je me suis souvenue, c'est tout. C'est la joie extrême d'avoir pu expérimenter une aventure de mon cru qui m'habite dorénavant, pas la compassion.

    Je suis l'esprit et je ne suis donc pas compatissant vis-à-vis de moi-même dès lors que je me souviens de mon choix, que que je fusionne avec mon  interface humaine. Vous êtes tous des esprits qui avez fait un choix similaire au mien : vous n'avez pas plus de compassion que moi à votre encontre, vous ne vivez que la joie de l'incarnation, pas la douleur. Lorsque c'est votre humanité qui s'exprime, celle qui a oublié qu'elle s'est créée elle-même, vous compatissez à vos souffrances. Dès lors que vous redevenez "entier", vous l'esprit, vous oubliez la douleur et donc la compassion pour ne vivre que l'allégresse et l'amour. Dans ce cycle, êtes-vous censés continuer à vivre la séparation ? Non, vous allez fusionner avec l'esprit et vous vivrez que c'est l'esprit qui se met à "penser", à conscientiser son existence terrestre, à éclairer d'un nouveau jour la réalité de ce monde. Et l'esprit ne souffre pas, il ne peut donc connaître la compassion MAINTENANT, et donc jamais. La compassion est contre nature pour l'esprit, elle contredit l'amour véritable qu'il porte en lui lorsqu'il façonne sa réalité au sein de la dualité.

    Ce cycle est celui de l'esprit qui communique, qui vit, qui s'unifie au TOUT, qui conscientise, il n'est plus celui de sa parcelle humaine qui souffre, qui ne se souvient de rien, qui est séparée de l'UN, qui compatit pour la souffrance éternelle de chacun. Vous vivez en tant qu'esprit ou en tant qu'humain, point. Et l'esprit se souvient de tout, il vibre de félicité et non pas de compassion face à l'expérience qu'il vient de mettre en œuvre durant des millénaires.

    Ainsi, mon esprit, connecté aux esprits humains, ressent leur fascination amusée de vivre la déchirure de l'âme. Je n'éprouve aucune compassion pour un esprit, il sait exactement ce qu'il crée à travers son avatar de chair. Son être est donc entre les meilleures mains qui soient, les siennes, même si son humanité ne s'en souvient pas. Je me sens désormais totalement détachée face à l'histoire humaine. Elle est gérée par les esprits que je côtoie de façon naturelle, en permanence. Ils ne me demandent aucun apitoiement mais au contraire une exultation intense face à l'expérience terrienne qui s'exprime sous mes yeux émerveillés, un respect et une confiance totale vis-à-vis de mes frères esprits qui gèrent d'une façon fabuleuse leur incarnation d'humain non connecté.

    Je ressens pour vous ce que je ressens pour moi, j'agis envers vous comme j'agis envers moi : je n'éprouve plus aucune compassion pour moi-même et je m'aime, moi, l'esprit. L'humain devient alors une merveilleuse création, réelle mais dans laquelle je n'ai plus à me projeter, à m'investir émotionnellement.

    Je n'ai plus de raison de m'unir à l'humanité agonisante, elle n'existe tout simplement plus pour moi. Je n'ai plus à m'entourer d'humains malades, ils n'ont tout simplement plus de place dans ma réalité. Je ne me connecte plus qu'à leur véritable identité quantique, l'esprit qui les initie en toute conscience et dans un amour inimaginable. Car si l'humain cherche l'amour, l'esprit qui crée l'humain vit ce passage mortifère en troisième dimension dans un amour absolu, celui de la neutralité.

    Je sais autre chose qui invalide également tout MON ancien discours spirituel : aucun être de lumière n'a jamais compati à nos errements, aucun extraterrestre n'a jamais voulu nous sauver et pour cause : en tant qu’esprits conscients, ils ont tous vécu, ou vivent ou vivront une expérience telle que la nôtre, c'est à dire s'incarner en s’oubliant. Il n'est donc pas question d'aider un esprit, cela n'a aucun sens, nous observons simplement son expérience avec enthousiasme et bienveillance, pas avec un sentiment de commisération pour des souffrances supposées, puisque non ressenties par l'esprit.

    Je vis la logique de l'esprit, j'éclaire d'un jour nouveau ce que nous sommes vraiment, je parcours le chemin du vécu en dehors de ce qui a été déjà exploré. L'image qui me vient est celle d'un humain qui opte pour une retraite silencieuse et solitaire, dans un monastère, coupé du monde, afin d'évoluer vers lui-même. Le processus n'est pas forcément agréable même si l'expérience est sélectionnée en toute conscience, mais cette personne développe ainsi une plus grande connaissance concernant son univers intérieur. Qui aurait l'idée de compatir à son sort ? Personne ! Le pénitent encore moins que quiconque !

    J'ai retrouvé la mémoire, je me souviens avoir organisé mon séjour sur terre, et m'être coupé de l'univers pour vivre la passion de l'apprentissage de l'être, dans l'extase, pas dans la compassion. Comme toujours, il n'y a que le SOI qui est actif lors d'une révélation : c'est en premier lieu la compassion vers soi-même qui disparaît. Mais pour l'esprit, le "SOI" veut dire tout le monde puisque l'unité est avérée : ainsi, en éradiquant la compassion pour moi, je n'en ai plus pour les autres.

    C'est ma dimension la plus haute qui m'inspire cette autre forme d'amour, de façon innée : le véritable amour sait tout, fait tout, reconnaît tout, intègre tout et n'a que faire d'un sentiment de compassion puisque l'esprit ne souffre jamais, qu'il insuffle son existence au sein de la matière dans l'amour absolu. Ce dernier est exempt de toute souffrance, et sans la souffrance, la compassion n'a pas lieu d'exister, c'est une fréquence émotionnelle déstructurante et erronée.

    Je modifie actuellement mon champ vibratoire, j'en extrais la fréquence de compassion pour y inclure celle de la véritable froideur de l'esprit. Ce mot est le même qu’auparavant et pourtant, il évoque le détachement absolu d'un esprit conscient et aimant face à l'humanité, ainsi qu'une totale reconnexion à la mémoire du tout.

    Gratitude, je suis froide et non compatissante.

    Mesnet Joséphau-Charrier,

    2015

    Ajout 2017 : lorsque je vis en tant qu'esprit, je n'ai plus aucune envie de changer mais j'évolue. Et avec du recul, je nommerais ma fréquence celle de la validation plutôt que celle de la compassion : en tant qu'esprit, je valide ma toute puissance, ma création dans sa globalité.

    l'esprit est non-compassionnel mais l'humain est compassion, processus quantique intégré en 2015, sur ce site.

    Lire également :

    L'esprit autiste

    L'esprit est non compassionnel MAIS l'humain/Dieu fait preuve de compassion

    L'intelligence métaphysique

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


  • Les surdoués sont des êtres spirituels ou l'intelligence métaphysique

    Les surdoués sont des êtres spirituels ou l'intelligence métaphysique

    Je donne ici une définition quantique des enfants précoces. Il ne s'agit aucunement d'informations médicales, intellectuelles, scientifiques. La perception évoquée dans cet article est liée à ma lecture quantique des êtres, à mon expérience personnelle, et s'appuie uniquement sur mon univers intérieur.

    Surdoués, enfants précoces, jeunes sortant du système scolaire....l'école va devoir s'ouvrir à ce que je nomme l'intelligence métaphysique, cette dernière dessinant des êtres qui n'entrent pas actuellement dans les "cases" de l'éducation nationale. Les êtres qui ont une aptitude naturelle à "travailler" leurs espaces quantiques ont également leur place dans une école .....intelligente !

    Pourquoi un enfant surdoué n'est-il pas forcément performant à l'école ? Tout simplement parce qu'il  s'incarne en ce monde pour répondre à des questions d'ordre métaphysiques. Il désire atteindre l'Être en lui et son moteur de recherche évacue la plupart des centres d'intérêt qui ne correspondent pas à ses aspirations. Il n'est pas plus intelligent qu'un autre, mais ses préoccupations sont d'un autre ordre. Ses sujets de prédilection vont à l'encontre de ce qu'on attend d'un enfant normal. Il vient au monde pour transcender la vie, pas pour en jouir de façon illusoire. Il porte en son sein la mémoire de l'absolu. Il s'intéresse à l'univers dans sa globalité  plutôt qu'à son environnement immédiat, limité et contingenté. Un enfant surdoué a donc souvent la tête dans les étoiles et vous posera dès son plus jeune âge les questions auxquelles il cherche impitoyablement des réponses : que sont la vie, la mort, l'amour ? Il sera souvent considéré comme un cancre, incapable de se concentrer sur un apprentissage classique.

    Pourquoi un surdoué nous semble-t-il compliqué ? Son Esprit n'est jamais au repos. Intuitivement, il sait qu'au cœur même de son existence, se cachent les lois quantiques qu'il cherche à se réapproprier. Il devient donc un observateur fasciné par la vie extérieure, la sienne et celle des autres. Les spécialistes émettent l'idée qu'il utilise une plus grande partie de son cerveau. Cette perception n'est pas erronée mais elle est incomplète. C'est l'Esprit puissamment présent en lui, qui performe le cerveau et en décuple le potentiel. N'oublions pas que nos neurones ne sont qu'un outil évolutif de l'Être. Un surdoué est avant tout connecté à l'intelligence du cœur. Grâce à ce câblage inné, il analyse en temps réel, via son cerveau physique, les informations qui lui parviennent d'ailleurs. Aucun temps mort n'est envisageable  puisque le surdoué EST l'information en mouvement. Son approche quantique du monde peut donc paraître abstraite, décalée et survoltée aux yeux de son entourage. Là où personne ne se pose de questions, le surdoué va trouver des réponses ! Dans un milieu adéquat, il apprendra à utiliser ses capacités plutôt qu'à les maudire. Cette ébullition cérébrale n'a rien à voir avec un mental agité qu'il s'agirait de calmer à coup de méditations ou de médicaments. Ces cogitations perpétuelles sont le feu de la connaissance. Il s'agit d'apprendre à les utiliser, pas à les combattre.

    Pourquoi un surdoué semble-t-il plus fragile ? Son appareillage quantique capte des fréquences subtiles et il entend littéralement la pensée vibratoire de tous ceux qui passent à sa portée et au-delà. Il est comme une éponge sensorielle, incapable de ne pas réagir émotionnellement à la détresse qui l'environne. Un surdoué est rarement apaisé et heureux. Sa joie de vivre initiale se gâte avec le temps sous le coup de la douleur. Il porte en lui le monde extérieur et ne sait qu'en faire. Ce poids est trop lourd et amène dépression et souffrance. Tant qu'il ne reprend pas le pouvoir sur ses propres fréquences, il est débordé par celles des autres.

    Pourquoi un surdoué est-il hyperactif ou au contraire, indolent ? Un surdoué est naturellement contemplatif. Il développe un puissant monde intérieur et s'ancre dans le silence. Il donne l'impression de ne rien faire alors qu'il effectue un travail d'introspection colossale. Ce calme apparent n'est qu'illusion car en réalité,  il ingurgite un monceau de données galactiques. Cette hyperactivité de l'âme peut se traduire chez certains par une hyperactivité du corps. Mais l'élément déclencheur d'une agitation incontrôlable est souvent lié à l'apprentissage scolaire : se concentrer sur une approche intellectuelle du monde peut faire de lui un lion en cage,  incapable de rester en place. Il apparaît alors comme trop surexcité aux yeux des autres... ou trop absent !

    Quelles parties du cerveau  utilisent les surdoués ? C'est l'Être en eux qui a pris les commandes. Il utilise tous ses outils avec la plus grande acuité. Les deux hémisphères cérébraux sont donc énormément sollicités. C'est cette arborescence neuronale qui offre au surdoué la capacité de créer des liens entre les événements et donc, de leur donner du sens. La vie devient alors un livre ouvert et pertinent.

    Pourquoi les relations d'un surdoué sont-elles compliquées ? Un jeune surdoué est en perpétuel ballotage entre son mental et son Être. L'Esprit stimule une maturité hors du commun qui lui interdit de jouir de la compagnie de ceux de son âge, il les trouve trop insipides. Dans le même temps,  il cherche refuge dans des enfantillages qui le disqualifient aux yeux de ses pairs. Son comportement n'est donc jamais adéquat, il est trop raisonnable ou trop immature. Cette précocité devient un handicap plutôt qu'un bienfait. Heureusement, dans la plupart des cas, l'équilibre vient naturellement à l'âge adulte. Avec le temps, le surdoué apprend à gérer sa différence et l'harmonie reprend sa juste place.

    Quel est le rapport au temps d'un surdoué ? Il a une forte aptitude à vivre le moment présent lors de ces méditations intériorisées. Mais ce qui le caractérise le plus, c'est la vitesse subliminale avec lequel il traite l'information quantique qui lui parvient de toute part et à chaque instant. Sa vitesse de croisière dépasse l'entendement. Ainsi, un surdoué donne l'impression de perdre son temps à ne rien faire, alors qu'il est particulièrement actif. Tout va très vite en lui, alors que tout semble s'arrêter autour de lui. Cet écart entre la réalité et l'illusion lui est préjudiciable ; il est souvent considéré comme un fainéant, alors qu'il œuvre concrètement à l'émergence du nouveau cycle.

    Un surdoué est-il un indigo ? Un indigo est un surdoué, car il est un travailleur spirituel (lire indigo et cristallin ), mais un surdoué n'est pas obligatoirement un indigo. Actuellement, beaucoup d'Êtres s'incarnent sous la forme de surdoués en puissance. Ils amènent avec eux d'autres chemins de connaissance et puisent dans leurs gènes et dans l'espace, une nouvelle approche de la Vie.

    Pourquoi un surdoué est-il conditionné à la "douance" ? Car il s'appuie sur l'inné, tout est en lui. La douance désigne une habileté naturelle qui se manifeste spontanément, sans apprentissage particulier, dans au moins un domaine d'aptitude. L'inné est l'intelligence de l'esprit omniscient.

    Conclusion, les surdoués vont devenir une norme puisqu'ils sont avant tout des Esprits à la mémoire intacte. Leur séjour en ce monde sera plus facile et lumineux. Ils ne seront plus considérés comme différents mais ils établiront l'ébauche du nouvel humain intelligent, tout simplement. Le temps du mariage entre la matière grise et l'intelligence du cœur est venu. Et surtout, évitons de comparer ces deux formes d''intelligence que sont l'intellect et le discernement du cœur ; aucun enfant n'est plus ou moins intelligent qu'un autre ! Au contraire, dans ce cycle, ces différentes capacités se complètent harmonieusement.

    Conclusion : l'intelligence métaphysique est une intelligence multidimensionnelle qui ne prend pas en compte uniquement la dimension humaine (savoir humain, intellect, pensée, lois physiques de ce monde) mais intègre également la dimension de l'esprit qui lui, a une perception quantique (et non pas physique) des lois de création.

     

    P.S 1: certains enfants ne sont pas diagnostiqués "surdoués" et pourtant, ils sont différents. Dans les temps à venir, il nous faudra adapter le système scolaire à ces êtres qui ne sont rien d'autre que des esprits qui cherchent à s'incarner en conscience, au-delà de toutes étiquettes et perception humaine. Je dirais donc simplement que la différence va devenir une norme, que la notion de surdoué est d'ores et déjà dépassée.

    P.S 2 : on nous appelle désormais les "neuroatypiques"...cherchez sur le web, vous trouverez les renseignements dont vous avez besoin.

    Article complémentaire sur ce sujet : ICI

    Ajout 2017 : cet article a aidé beaucoup de personnes à mieux comprendre ce qu'ils sont, et à accepter leur différence. Pour ma part, l'école fut une véritable torture, je n'y avais pas ma place, mon "intelligence" étant métaphysique et pas intellectuelle...Il est également important d'indiquer, pour les indigos et cristallins entre autre, que votre fréquence évolue : je ne suis plus une indigo, cette "option" quantique ne m'étant plus utile puisque je n'ai plus rien à "chercher".

     

     

    Mesnet Joséphau-Charrier,

    2014

     

    Publication FB du 15/11/17 :  L'intelligence multidimensionnelle
    Parfois, j'observe certains humains et ma pensée pose ce constat : qu'ils sont bêtes ! :) Je n'ai qu'à m'assoir 5 mn devant les infos du soir et c'est un festival d'inepties : appât du gain, vente d'armes pour créer des emplois, discutions sans fin sur des sujets que je réglerai en 5 mn :) Oui, l'humanité (moi y comprise) est parfois stupide dans sa façon d'aborder la vie....oui mais....je suis aussi le créateur ! Et là, ma perception est opposée : quelle intelligence est la mienne lorsque je ME crée sous la forme d'un humain limité, adeptes de croyances incroyables ! Cet humain revanchard à l'esprit fermé et suspicieux, c'est MOI ! Quelle faramineuse intelligence quantique est la mienne : je ME projette ingénieusement au sein de multiples Matrices de conscience, je structure d'innombrables civilisations qui se cherchent...qui ME cherchent :)
    Ainsi, l'humain est une aberration ou une perfection incommensurable...cela dépend quelle dimension de moi-même observe sa/la création :)
    Alors aujourd'hui, lorsque cette pensée advient : "qu'ils sont bêtes", je dirais qu'elle n'est plus alignée sur la même fréquence qu'auparavant. Il y a une grande tendresse en moi lorsque je plonge dans la folie humaine....car cette folie est la mienne, j'en suis à l'origine et ma pensée profonde se calque sur une réalité assez drôle finalement : JE suis bête :) Il s'agit bien de moi, le créateur.
    Dieu est bête, et oui :) C'est l'un de mes potentiels, il est aussi parfait que n'importe quel autre....et quand je vis cela, la bêtise disparaît, ne reste que MON incroyable intelligence, neutre et illimitée....
    Cet état d'être pose un principe fondamental : je ne juge plus les autres, je me juge. Je ne suis plus en colère contre les autres, je suis en colère contre moi-même. Je ne combats plus les autres, je me combats.....et dans cette amplitude, finalement, je ne juge plus, je ne suis plus en colère, je ne combats plus...

    Il n'en reste pas moins, que dans ma dimension humaine, l'agacement est vivace lorsque MA bêtise s'exprime à travers "les autres" :). Je n'ai aucune patience et sur mes réseaux sociaux (symbole de ma matrice collective), j'éradique (je bloque) instantanément ces limites qui sont miennes mais qui n'ont plus leur place au sein de ma nouvelle création...

     

    Lire également :

    L'esprit autiste

    L'esprit non compassionnel

    L'esprit est non compassionnel MAIS l'humain/Dieu fait preuve de compassion

     

     

     

     


  • Une seule cellule à l'origine de toutes les maladies

    Une seule cellule à l'origine de toutes les maladies

    Combien de lecteurs vont être horrifiés par une telle simplification ? Combien de pragmatiques vont hausser les épaules et préférer des études techniques ? Et pourtant, toutes vos pathologies ne proviennent que d’un seul et même virus. Toutes vos maladies émanent d’une seule et même onde magnétique. Toutes vos souffrances, qu’elles soient physiques ou psychiques, n’ont qu’une seule et même origine.  Alors, quel terrible phénomène vous détruit-il ainsi depuis la nuit des temps ?

    Vous savez désormais que la mémoire cellulaire n’est pas un vain mot. Le génome humain est une banque de données qui définit la trame d’un programme vibratoire et émotionnel, ce dernier constituant la matrice de votre dimension actuelle, de votre système solaire. Vous expérimentez ainsi l’univers de la dualité, de la séparation et de la prédation. Sachez que la pierre angulaire de cet espace de création est une onde quantique informationnelle qui structure chacun de vos atomes et qui porte un nom : le désamour. Voici donc nommée pour la première fois la cellule souche responsable de toutes les maladies humaines, le désamour de SOI !

    En tant que thérapeute, je ne me préoccupe plus désormais que de la défaillance de l’être. Les altérations physiques qui découlent du manque d’amour que vous ressentez vis-à-vis de vous-même ne sont que des alarmes de moindre importance. En ce début de cycle, décrypter le sens de toutes les afflictions dont vous êtes victime n’est plus d’actualité. Effectivement, il est possible de diagnostiquer que telle ou telle mémoire karmique constitue un handicap physique. Il est encore probant de définir qu’une meilleure hygiène de vie vous remettra d’aplomb. Il est pertinent de considérer que votre corps va manifester votre désordre émotionnel. Cependant, l’esprit humain que vous devenez vous facilite la tâche à l’extrême : n’étudiez plus rien, ne cherchez plus les causes multiples qui déstructurent votre matière. Aimez-vous. Juste cela. Vous vérifierez avec stupeur que cela reparamétre votre ADN et que vous guérissez de tout.

    Les thérapies du nouveau monde sont avant tout des thérapies de l’être : elles vous permettent de vous focaliser sur un changement de perception : vos pensées se concentrent sur votre grandeur et votre lumière, l’amour vibratoire moléculaire restructure intégralement votre organisme.

    Aujourd’hui, il parait étrange d’évoquer l’amour ou le désamour comme étant des cellules mémorielles constituant le synopsis du drame humain ou de sa rédemption. Cela ne fait pas très « scientifique », mais dans quelques années, nous saurons tous que nous sommes constitués de lumière, et que la fréquence la plus haute et celle de la passion divine.  En devenant la conscience du TOUT, vous défaites actuellement le syndrome du désamour de SOI pour vous ancrer dans l’amour de l’UN. Vous devenez la cellule originelle de vie, elle vous habite et vous constitue, vous n’êtes plus malade, vous êtes immortels, telle est la nouvelle réalité.

    Votre ordonnance thérapeutique est donc des plus banales : aimez-vous et tout ira bien.

     

    Mesnet Joséphau-Charrier,

    2015

    Ajout 2020 :

    Lire aussi :

    De nouveaux mots définissant de nouvelles maladies

    Qu'est-ce qu'un virus ?

     

     

     

     

     

     






    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires